SALIF KEITAS LIED AN DIE FRAUEN – Moussolou By Salif Keïta

Mit MOUSSOLOU erweist Salif Keïta allen Frauen seine Referenz. Das Lied erschien 2002 in seinem Album MOFFOU.
Schade, dass er sich nur an die Frauen am Herd und bei den Kindern wendet – aber das war vor fast 20 Jahren. Wie ist seine Position heute?

Avec MOUSSOLOU, Salif Keïta rend hommage à toutes les femmes. La chanson fait partie de son album MOFFOU sorti en 2002.
Dommage qu’il ne s’adresse qu’aux femmes au foyer et s’occupant des enfants – mais c’était il y a presque 20 ans. Quelle est sa position aujourd’hui ?


Dieses Video vom Februar 2014 zeigt andere Bilder vom Alltag der Frauen als das offizielle Video, November 2013 (ganz unten). Die Musik kann man ruhig zweimal hören.
Cette vidéo de février 2014 montre d’autres images de la vie quotidienne des femmes que la vidéo officielle de novembre 2013 (tout en bas).

Moussolou, de Salif Keïta (Mùsolu : „Les femmes“)
MALI PENSE – 16.01.2016
Par Marilou Robillard, Sabine Courtin, Soumaïla Camara (professeur), Amadou Diarra, et l’auteur de Mali-pense.net
Voici une modeste tentative de transcription de la célèbre chanson de Salif Keïta, Moussolou (Mùsolu dans l’écriture orthographique correcte). Cette chanson est essentiellement en maninka (malinké) ; bien que la frontière avec le bambara soit ténue et les emprunts réciproques fréquents (les langues n’ont pas de frontières elles non plus), nous avons tenté de présenter en regard de la version originale une traduction en bambara et une traduction en français.
Hier ist ein bescheidener Versuch, Salif Keïtas berühmtes Lied Moussolou (Mùsolu in der korrekten Schreibweise) zu transkribieren. Dieses Lied ist im Wesentlichen in Maninka (Malinké) verfasst. Obwohl die Grenze zum Bambara fließend ist und gegenseitige Entlehnungen häufig sind (auch Sprachen haben keine Grenzen), haben wir versucht, parallel zur Originalfassung eine Bambara-Übersetzung und eine französische Übersetzung zu präsentieren. (Deutsche Übersetzung folgt)

Maninka (malinké) équivalent bambara (mot à mot) français
mùsolu mùsow les femmes
Barikada mɔ̀ɔbalu ye, Barikada jàmana mɔ̀ɔlu ye, kà barikada mùsolakalu ye. Barikada mɔ̀gɔbaw ye, barikada jàmana mɔ̀gɔw, kà barikada mùsolakaw [1] ye ! Remerciements (rendons grâce) aux gens importants, aux gens du pays, à la gent féminine (aux femmes) !
Hakilimaya rɔ, e ma lɔn mùsolaka sɛ̀gɛlen ? Hakilimaya la, e ma dɔn mùsolaka sɛ̀gɛnnen (dòn) ? Avec (toute ta) sagesse, tu ne sais pas que les femmes sont fatiguées ?!
Ho mùsolu sɛ̀gɛlen. Ɔ̀hɔɔ mùsow sɛgɛnnen ! Ah oui, les femmes sont fatiguées !

(La suite en français seulement; VOIR PLUS DE DETAILS ICI.)
Salut la femme au foyer !
Avec (toute ta) sagesse, tu ne sais pas que les femmes sont opprimées ?!
Ah oui, les femmes sont opprimées !
Salut la femme au foyer !
Avant de te vanter de (ta) richesse, dis (nous) ta belle origine !
Hein que cette origine est belle !
Avant que tu deviennes un gros riche, c’est par une femme que tu as été enfanté
C’est ta mère, ta mère, c’est ta mère, ta mère
Ta mère pleine de mérites femme au foyer
Ta mère femme au foyer
(…) Hé ! il n’y en a (jamais) eu de pareille !

Les femmes font tout ce travail en plus de leur loyauté
Les femmes respectent leurs maris.
Mon mari est revenu du champ, la cruche d’eau chaude est prête
Mon mari est sorti du bain, le repas du soir est servi.
Dans la vie conjugale, c’est l’activité de l’après-midi qui a payé les condiments.
Aller chercher le bois dans la brousse lointaine a payé les vêtements
Et passer la journée entière à cette corvée, jusqu’à tomber !
La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
Et passer la journée entière avec toi, jusqu’à tomber !
Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
REFRAIN : Ma mère, mes pensées vont à ma mère.
Ma mère, mes pensées vont aux femmes
Nous sommes tous issus des femmes.
Ma mère, mes pensées vont à ma mère.
Ma mère, mes pensées vont aux femmes
Hein, ma maman chérie

Baba chérie, chacun va faire attention à sa mère.
C’est notre mère qui nous gâte.
C’est notre mère, tant qu’on est enfant, qui nous débarrasse de notre caca et de notre pipi,
et qui veille sur notre (devenir d’) homme (état d’homme, humanité),
et le transforme en notre désir (nous aide à devenir ce qui nous plaît)
Tu deviens un homme important
Ah oui ! Femme au foyer !
(…)
Elle est revenue, elle est revenue la grande mère pleine d’attention
Avant de devenir un homme très riche, ton origine, c’est une femme.
Ah oui ! c’est bien vrai
En vérité, la femme est l’origine de toute chose.
Avant de devenir un grand roi, c’est d’une femme que tu es issu.
Ah oui ! c’est bien vrai
En vérité, la femme est l’origine de toute chose.
Elle est revenue, elle est revenue la grande mère pleine d’attention
Hein, La maman chérie qui aime ses enfants est venue !
le fils authentique de Siriman le rouge, le fils de sa grande mère, est revenu (…)

mùsolu, mùsolu, mùso ! mùsow, mùsow, mùso ! Femmes, femmes, femme !

© 2016 mali-pense.net

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s