SIT-IN IN BAMAKO FÜR DEN ENTFÜHRTEN OPPOSITIONSFÜHRER – Mobilisation à Bamako pour la libération de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition

1. Mali: die Plattform der Führerinnen mobilisiert sich für die Befreiung von Soumaïla Cissé
RFI – 05/06/2020 um 06:42
In Mali organisierte ein Kollektiv von Politikerinnen und Frauen der Zivilgesellschaft am Donnerstagmorgen (04.06.) in Bamako ein Sit-in, um die Freilassung von Soumaïla Cissé zu fordern.
2. Beim Sit-In für die Befreiung des ehrenwerten Soumaila Cissé: Was diese Verantwortlichen sagten!
Le Pays – 05. Juni 2020
Abgeordnete, URD-Führer und andere politische Bewegungen waren bei dem am 4. Juni 2020 organisierten Sit-in für die Befreiung des Ehrenwerten Soumaila Cissé auf der Straße… Einige dieser Führungskräfte äußerten sich an unserem Mikrofon.
Frau Sy Kadiatou Sow, Präsidentin der Plattform An ko Mali dron: „Wir fordern, dass Soumaila mit seiner Familie, seinen Freunden, Verwandten, Genossen wiedervereint werden kann…“

DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE DEEPL-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM FRZ. ORIGINAL

1. Mali: la Plateforme des femmes leaders se mobilise pour la libération de Soumaïla Cissé
RFI – 05/06/2020 à 06:42

(Illustration) Le leader de l'opposition malienne, Soumaïla Cissé lors d'une marche en septembre 2018 à Bamako.
Foto (c) MICHELE CATTANI / AFP (Illustration): Le leader de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé lors d’une marche en septembre 2018 à Bamako.Der Chef der malischen Opposition, Soumaïla Cissé, während eines Marsches im September 2018 in Bamako.

Au Mali, un collectif de femmes politiques et de la société civile a organisé un sit-in à Bamako ce jeudi matin, pour réclamer la libération de Soumaïla Cissé. Le chef de file de l’opposition a été kidnappé le 25 mars pendant la campagne électorale pour les élections législatives dans son fief à Niafunké, dans la région de Tombouctou. Il est toujours … entre les mains d’un groupe jihadiste depuis plus de deux mois. Le président de l’Union pour la république et la démocratie (URD), candidat à plusieurs reprises à la présidentielle, a été enlevé fin mars alors qu’il faisait campagne en vue des législatives.
Trop c’est trop, pour Nana Traoré Sissako, vice-présidente de la Plateforme des femmes leaders au Mali, interrogée par notre correspondante, Coralie Pierret.
Soumaïla Cissé était en « mission politique », en campagne électorale, nous rappelle t-elle, et l’Etat avait assuré que les conditions sécuritaires étaient réunies. « Nous sommes dans un état de droit, pas dans la jungle, s’insurge Nana Traoré Sissako, on ne peut pas parler de démocratie quand il y a une faille, une absence aussi remarquable que celle de Soumaïla Cissé ».
© 2020 rfi.fr

2. Lors du Sit-In pour la libération de l’honorable Soumaila Cissé : Ce que ces responsables ont dit !
Le Pays – 05 Juin 2020

Des députés, cadres de l’URD et d’autres mouvements politiques étaient présents au sit-in organisé le 4 juin 2020, pour la libération de l’honorable Soumaila Cissé, enlevé depuis le 25 mars 2020 entre Koumaïra et Saraféré dans le cercle de Niafunké. Certains de ces cadres se sont prononcés à notre micro.
Lisez leurs avis !
Rassemblés par Boureima Guindo
Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de la plateforme An ko Mali dron : « Nous demandons à ce que Soumaila puisse retrouver sa famille, ses amis, ses proches, ses camarades… »
« Je suis là pour plusieurs raisons. D’abord, Soumaila Cissé est pour moi et pour toutes ces femmes, un époux. Il est notre ami et est notre camarade de lutte. C’est un homme politique d’envergure nationale et même internationale. Son enlèvement a provoqué un choc dans la société malienne, en Afrique et partout à travers le monde. La situation actuelle de notre pays est, certes, difficile sur le plan sécuritaire et sur d’autres plans, mais qu’une personnalité politique comme Soumaila Cissé, chef de file de l’opposition, se fasse enlever en pleine campagne électorale pose problème. Cela n’honore pas notre pays et cela pose la question de la sécurisation qui avait été promise par les autorités pour ces opérations électorales. Nous pensions tous que cet enlèvement ne durerait que quelques jours, mais nous sommes, aujourd’hui, à plus de deux mois. Nous sommes profondément tous ici, hommes et femmes, très inquiets.
Nous n’avons aucune nouvelle de lui. Nous ne savons pas dans quelle condition il se trouve. Nous ne savons pas qui l’a enlevé. À ce jour, aucune information n’est disponible. Nous pouvons comprendre la discrétion des autorités qui ont en charge des négociations, semble-t-il, en cours pour sa libération, mais deux mois et quelques jours, c’est énorme non seulement pour sa famille, pour nous autres, ses proches, mais pour l’ensemble du peuple malien. C’est trop difficile à supporter. Nous demandons à ceux qui le détiennent de le libérer le plus rapidement possible pour qu’il puisse retrouver sa famille, ses amis, ses proches, ses camarades et qu’il puisse continuer à jouer son rôle de leader politique. Notre démocratie a besoin de cela, notre système républicain a besoin de cela. Nous les supplions de le libérer. Nous demandons aux autorités qui sont en train, semble-t-il, de mener les négociations pour sa libération d’accélérer la démarche. C’est notre espoir qu’il nous rejoigne le plus tôt que possible et en bonne santé, physique et mentale. Nous espérons que cet appel sera entendu.
Quant à la communauté internationale et aux forces étrangères présentes au Mali, elles ont contribué à faire libérer certains otages. Elles devraient donc se mobiliser et utiliser tous les moyens possibles pour obtenir la libération de Soumaila Cissé. Elles en ont la capacité ; elles ont surtout les moyens de renseignement qui sont montrés efficaces quelques fois et nous pensons qu’elles doivent contribuer à la libération de Soumaila Cissé. »

Honorable Eli Diarra, député URD élu à Koulikoro : « Aux ravisseurs, je demande de penser à la famille de Soumaila Cissé »
«… Le président Soumaila Cissé a beaucoup fait pour le Mali : il a été ministre, député. Il a aussi occupé des postes de responsabilité dans la sous-région au nom du Mali. Aussi, est-il actuellement la 2e personnalité politique de notre pays. Donc chacun de nous, l’opinion nationale et internationale, doit s’impliquer pour la libération de cet homme qui a autant pour ce pays. C’est un minimum pour nous de sortir ce matin, à travers ce sit-in, demander le retour sain et sauf de Soumaila Cissé, un homme d’État. L’appel que je lance aux autorités maliennes, c’est de chercher le président Soumaila et de le libérer. ….
Aux ravisseurs, je demande de penser à la famille de Soumaila Cissé. Ça ne sert à rien de garder un être humain qui n’a rien fait pour mériter sa situation actuelle. Il a été enlevé quand il était en campagne pour apporter sa pierre pour le développement de son pays. Je leur demande de le libérer. Il a plus de 70 ans. Qu’ils pensent à sa santé. Nous sommes entre frères et nous pouvons discuter en famille. »

Honorable Daouda Moussa Koné, député élu à Kolondièba, : « Soumaila Cissé fait partie de la solution du Mali et non du problème »
« Ce sont les autorités qui savent ce qui bloque la libération de l’honorable Soumaila Cissé. Ce sont elles qui doivent aujourd’hui savoir là où il est. Et ceux qui le détiennent aussi. Tout ce que je sais, c’est que ce sont les autorités qui ont en charge d’assurer la sécurité des Maliens. Le Gouvernement a en charge la sécurité des personnalités telles que l’honorable Soumaila Cissé, un député élu de la nation. Donc ce sont elles, les autorités, qui doivent savoir où il est et quand est-ce qu’on doit le libérer.
Il faut que le Gouvernement prenne les dispositions pour mettre tous les Maliens en sécurité. C’est un devoir régalien de l’État d’assurer la sécurité des Maliens. Il faut qu’il prenne toutes les dispositions pour nous faire venir Soumaila Cissé sain et sauf.
Aux ravisseurs de l’honorable Soumaila Cissé, qu’ils sachent raison gardée. Soumaila Cissé, un honorable élu de ce pays, est un homme bien, un homme d’expérience, un homme qui travaille pour le développement de ce pays, pour la solution aux problèmes qui se posent au Mali. Soumaila Cissé fait partie de la solution du Mali et non du problème. Qu’ils fassent en sorte que l’honorable Soumaila soit vraiment libéré, qu’ils le libèrent pour qu’ensemble, nous trouvions de solutions afin que ce Mali aille de l’avant. »

Mme Adiawiakoye Ramatou Koné, présidente des femmes de l’URD : « Une personnalité de la trempe de Soumaila Cissé ne peut pas disparaitre pendant 72 jours sans que l’on ne sache où il se trouve »
« Nous nous sommes réunies ce matin à la place de la Colombe pour apporter notre soutien à la libération de Soumaila. Nous, femmes de l’URD, pensons que c’est un devoir pour nous de nous joindre au collectif des femmes pour la libération de Soumaila Cissé que je félicite au passage pour l’initiative. Notre rôle est capital dans ce combat. Notre président, depuis plus de 72 jours, est porté disparu. Nous n’avons aucune nouvelle de lui ni des personnes qui peuvent être ses ravisseurs.
… Pour nous, l’État a une grande responsabilité dans la disparition de Soumaila Cissé.
Il était en mission politique et des garanties ont été données pour cela. L’État, à travers son porte-parole, à travers le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation a fait dire que toutes les dispositions sont prises sur le plan sécuritaire pour que les élections se tiennent et que toutes les dispositions sont prises pour que les candidats puissent battre campagne. C’est après cette assurance que Soumaila est parti. Si aujourd’hui, il est porté disparu, nous prenons le Gouvernement et le chef de l’État qui doit prendre toutes les dispositions pour faire revenir Soumaila Cissé. Une personnalité de la trempe de Soumaila Cissé ne peut pas disparaitre pendant 72 jours sans que l’on ne sache où il se trouve. C’est pourquoi nous, femmes de l’URD, nous nous associons au collectif des femmes pour la libération de Soumaila pour demander au chef de l’État, en personne, de prendre ses responsabilités pour que notre président puisse retourner dans sa famille sain et sauf. »

Abdramane Diarra, président des jeunes de l’URD, : « Sa famille a sa nostalgie, son parti a sa nostalgie, l’opposition a sa nostalgie, les Maliens ont sa nostalgie »
« Nous sommes sortis pour exprimer notre inquiétude, notre cri de cœur concernant notre président, l’honorable Soumaila Cissé, privé de sa liberté depuis plus de 70 jours. Je tiens à saluer ici les autorités qui sont en train de se battre pour le retour de notre président. Mais nous leur demandons de redoubler les efforts, car le président a trop duré entre la main des ravisseurs. … Nous prions qu’il nous rejoigne le plus rapidement possible.
Ce qui nous inquiète le plus est qu’aucun groupe n’a revendiqué l’enlèvement. Nous n’avons aucune information sur sa condition de vie, sur sa santé. On nous a quand même rassuré qu’il va bien et nous prions Dieu qu’il en soit ainsi. J’invite tous les Maliens à se donner la main pour qu’ensemble, nous puissions obtenir la libération de notre président et de tous les autres détenus. »
© 2020 Malijet.com

1. Mali: die Plattform der Führerinnen mobilisiert sich für die Befreiung von Soumaïla Cissé
RFI – 05/06/2020 um 06:42
In Mali organisierte ein Kollektiv von Politikerinnen und Frauen der Zivilgesellschaft am Donnerstagmorgen (04.06.) in Bamako ein Sit-in, um die Freilassung von Soumaïla Cissé zu fordern. Der Oppositionsführer wurde am 25. März während des Wahlkampfes für die Parlamentswahlen in seiner Hochburg in Niafunké in der Region Timbuktu entführt. Er befindet sich seit mehr als zwei Monaten in den Händen einer dschihadistischen Gruppe.Der malische Oppositionsführer Soumaïla Cissé befindet sich seit mehr als zwei Monaten in den Händen einer dschihadistischen Gruppe.Der Präsident der Union für die Republik und die Demokratie (URD), ein wiederholter Präsidentschaftskandidat, wurde Ende März während des Wahlkampfes für die Parlamentswahlen entführt.
Dies ist zuviel für Nana Traoré Sissako, Vizepräsidentin der Plattform der Führerinnen in Mali, die von unserer Korrespondentin Coralie Pierret befragt wurde.
Soumaïla Cissé befand sich während des Wahlkampfes in einer „politischen Mission“, erinnert sie uns, und der Staat habe uns versichert, dass die Sicherheitsbedingungen gegeben seien. „Wir befinden uns in einem Rechtsstaat, nicht im Dschungel“, rebelliert Nana Traoré Sissako, „man kann nicht von Demokratie sprechen, wenn es einen solchen Fehler gibt, eine so schwerwiegende Abwesenheit wie die von Soumaïla Cissé.
© 2020 rfi.fr

2. Beim Sit-In für die Befreiung des ehrenwerten Soumaila Cissé: Was diese Verantwortlichen sagten!
Le Pays – 05. Juni 2020
Abgeordnete, URD-Führer und andere politische Bewegungen waren bei dem am 4. Juni 2020 organisierten Sit-in für die Befreiung des Ehrenwerten Soumaila Cissé auf der Straße… Einige dieser Führungskräfte äußerten sich an unserem Mikrofon.
Lesen Sie ihre Meinungen !
Zusammengestellt von Boureima Guindo
Frau Sy Kadiatou Sow, Präsidentin der Plattform An ko Mali dron: „Wir fordern, dass Soumaila mit seiner Familie, seinen Freunden, Verwandten, Genossen wiedervereint werden kann…“
„Ich bin aus mehreren Gründen hier. Zunächst einmal ist Soumaila Cissé für mich und für all diese Frauen wie ein Ehemann. Er ist unser Freund und Kampfgenosse. Er ist ein Politiker von nationalem und sogar internationalem Format. Seine Entführung löste einen Schock in der malischen Gesellschaft, in Afrika und auf der ganzen Welt aus. Die gegenwärtige Situation in unserem Land ist natürlich schwierig, was die Sicherheit und andere Fragen betrifft, aber es ist ein Problem, dass eine politische Persönlichkeit wie Soumaila Cissé, der Führer der Opposition, mitten im Wahlkampf entführt wurde. Das gereicht unserem Land nicht zur Ehre und wirft die Frage nach der Sicherheit auf, die die Behörden für diese Wahlkampagne versprochen haben. Wir alle dachten, dass diese Entführung nur ein paar Tage dauern würde, aber sind es schon mehr als zwei Monate. Wir alle hier, Männer und Frauen, sind zutiefst besorgt.
Wir haben keine Nachricht von ihm. Wir wissen nicht, in welchem Zustand er sich befindet. Wir wissen nicht, wer ihn entführt hat. Bis zum heutigen Tag liegen keine Informationen vor. Wir können die Diskretion der Behörden verstehen, die für die Verhandlungen zuständig sind, anscheinend auf dem Wege zu seiner Freilassung, aber zwei Monate und ein paar Tage sind enorm, nicht nur für seine Familie, für uns, seine Nahestehenden, sondern für alle Menschen in Mali. Das ist sehr schwer zu ertragen. Wir bitten diejenigen, die ihn festhalten, ihn so bald wie möglich freizulassen, damit er mit seiner Familie, seinen Freunden, seinen Verwandten, seinen Kameraden wieder vereint werden kann und damit er weiterhin seine Rolle als politischer Führer wahrnehmen kann. Unsere Demokratie braucht das, unser republikanisches System braucht das. …. Wir hoffen, dass dieser Appell gehört wird.
Was die internationale Gemeinschaft und die ausländischen Kräfte in Mali betrifft, so haben sie zur Freilassung einiger Geiseln beigetragen. Sie sollten daher alle möglichen Mittel mobilisieren und einsetzen, um die Freilassung von Soumaila Cissé zu erreichen. Sie sind dazu in der Lage; vor allem verfügen sie über die nachrichtendienstlichen Mittel, die sich mehrfach als wirksam erwiesen haben, und wir glauben, dass sie zur Freilassung von Soumaila Cissé beitragen sollten.“
(…)
Abdramane Diarra, Vorsitzender der URD-Jugend: „Seine Familie vermisst ihn, seine Partei vermisst ihn, die Opposition vermisst ihn, die Malier vermissen ihn“.
« Wir sind hierher gekommen, um unsere Besorgnis und unseren tief empfundenen Schmerz über unseren Präsidenten, den ehrenwerten Soumaila Cissé, der seit mehr als 70 Tagen seiner Freiheit beraubt ist, zum Ausdruck zu bringen. Ich möchte hier die Behörden grüßen, die für die Rückkehr unseres Präsidenten kämpfen. Aber wir bitten sie, ihre Anstrengungen zu verdoppeln, denn der Präsident war schon zu lange in den Händen der Entführer . . . Wir beten, dass er so bald wie möglich zu uns stoßen wird.
Was uns am meisten beunruhigt, ist, dass sich keine Gruppe zu der Entführung bekannt hat. Wir haben keine Informationen über seinen Zustand, seinen Gesundheitszustand. Uns wurde jedoch versichert, dass es ihm gut geht, und wir beten zu Gott, dass dies der Fall ist. Ich lade alle Malier ein, sich die Hände zu reichen, damit wir gemeinsam die Freilassung unseres Präsidenten und aller anderen Gefangenen erreichen können. »
© 2020 Malijet.com

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s