Mon pays va mal … Ogossagou

Mon pays va mal, de mal en mal, le pays va mal…

Mindestens 134 Tote bei Angriff auf Dorf in Mali
dpa – 24. März 2019 09:46
Bei einem bewaffneten Überfall auf ein Dorf in Mali sind nach Angaben der Vereinten Nationen mindestens 134 Menschen getötet worden, darunter viele Frauen und Kinder.
2. Kinder und Alte verbrannt
taz – 24.03.2019
134 Menschen sterben bei einem Überfall auf das Peul-Dorf Ogossagou in Mali. Zur gleichen Zeit findet der Besuch des UN-Sicherheitsrats statt.

DEUTSCHER ARTIKEL WEITER UNTER DEN FRANZÖSISCHEN UND DEM 2. FOTO

1b. Au Mali, „134 civils tués“, une enquête annoncée
BBC Afrique – 24.03.2019
Le gouvernement malien annonce l’ouverture d’une enquête sur la mort de plus de 100 civils tués samedi dans le centre du pays, afin de „déterminer les circonstances de ces crimes“.

Foto (c) Tuul and Bruno Morandi/Alamy Stock: Peuhl animal herders near Sofara in central Mali, approximately 100km from Ogossogou village where the attack took place. – Peulh-Hirten in der Nähe von Sofara, etwa 100 km entfernt von dem überfallenen Dorf Ogossagou entfernt

Selon des témoins, les assaillants étaient habillés de tenues traditionnelles donso, du nom de l’une des ethnies du pays. Mais leur identité n’est pas encore connue…
La Minusma et le gouvernement malien font état de plus de 100 civils tués dans le village d’Ogossagou. Mais Moulaye Guindo, le maire de Bankass, la localité dont département administrativement ce village, parle de 134 morts.
C’est la première fois qu’un nombre aussi important de personnes sont tuées dans une attaque au Mali, durant ces dernières années.
(…)
© 2019 bbc.com

1a. Une centaine de civils tués dans une attaque au Mali
BBC Afrique – 23 mars 2019
Au moins 110 personnes, toutes des civils, ont été tuées l’attaque de la localité d’Ogossagou, dans la région de Mopti, située dans le centre du Mali, a annoncé le maire de Bankass, Moulaye Guindo, à notre correspondant à Bamako, Alou Diawara. (…)
Ogossagou est un village majoritairement habité par des Peuls. Des officiels maliens ont été envoyés dans la zone.
Selon nos informations, un détachement de l’armée est arrivé dans la zone, dans l’après-midi.
„Ils ont pillé tout le village“, a dit un témoin affirmant avoir peur pour sa sécurité.
L’identité des assaillants n’est pas connue. S’agit-il d’une attaque terroriste ou d’affrontements intercommunautaires ? Rien ne permet de privilégier une hypothèse pour le moment, selon notre correspondant à Bamako.
Le centre du Mali est en proie à l’insécurité. Il est le théâtre d’activités terroristes et de violences intercommunautaires entre Peuls et Dogons.
Selon les Nations unies, plus de 500 personnes, des civils pour la plupart, ont été tuées dans cette partie du pays en 2018, ce qui en fait la zone la plus dangereuse du Mali, devant le nord d’où est partie la crise sécuritaire en 2012-2013.
© 2019 bbc.com

2. Mali: délégation gouvernementale attendue sur les lieux d’un massacre de plus de 130 Peuls
AFP – 24.03.2019 à 11h50
…La délégation, qui comprend des membres du gouvernement et des responsables de l’armée, a quitté Bamako dimanche matin pour le village d’Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass.
(…)
L’attaque de samedi, survenue à l’aube, est le fait de chasseurs dogons présumés, selon des sources concordantes. Elle a eu lieu en pleine visite d’une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU dans un Sahel en proie à la menace jihadiste.
L’attaque est également survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l’armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.
Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l’opération de Dioura par les « crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls ».
Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres « groupes d’autodéfense ». …
Les Peuls dénoncent des exactions de la part de groupes de chasseurs, tolérées voire encouragées selon eux au nom de la lutte contre les jihadistes, par les autorités ou l’armée, ce que dément le gouvernement.
© 2019 AFP

Post auf Mali Interest Group:
Remembering Bankass in more optimistic times when farmers and herders were working together to improve everyones‘ lives

Foto (c) Mary Allen

1. Mindestens 134 Tote bei Angriff auf Dorf in Mali
dpa – 24. März 2019 09:46
Bei einem bewaffneten Überfall auf ein Dorf in Mali sind nach Angaben der Vereinten Nationen mindestens 134 Menschen getötet worden, darunter viele Frauen und Kinder.
Mindestens 55 weitere wurden verletzt. Wie ein Sprecher von UN-Generalsekretär Antonio Guterres mitteilte, hatten bewaffnete Männer am Samstag das Dorf Ogossagou im Zentrum des Landes angriffen. Nach Angaben eines Militärsprechers töteten sie wahllos Menschen und brannten zahlreiche Häuser nieder. Die Regierung habe Truppen in das Dorf entsandt, um die Region zu stabilisieren, sagte der Sprecher.
Guterres zeigte sich schockiert über die Attacke. Der UN-Generalsekretär forderte die Verantwortlichen in Mali auf, ihre Anstrengungen zur Stabilisierung und Befriedung der Region zu verdoppeln.
Wer hinter dem Angriff steckt, war zunächst unklar. Hintergrund könnten ethnische Konflikte zwischen den Volksgruppen der Fulbe und der Dogon sein. Die Gesellschaft für bedrohte Völker in Göttingen sprach von einem «Massaker», das Dorf sei von Dogon-Jägern *) eingekreist und überfallen worden. Bei dem Angriff sei ein Großteil der Dorfbevölkerung ermordet worden, später seien fast alle Häuser von der angreifenden Miliz niedergebrannt worden.
Vor allem der Norden Malis ist Rückzugsgebiet für zahlreiche Gruppen islamistischer Extremisten. Immer wieder verüben sie Angriffe auf die malischen Streitkräfte oder die UN-Friedensmission, an der sich auch die Bundeswehr mit rund 1000 Soldaten beteiligt.
© 2019 dpa
*) Ob die Angreifer wirklich Donso (Jägerkaste der Dogon) waren, ist nicht belegt, nur dass sie wie Donso gekleidet waren. Ed

2. Kinder und Alte verbrannt
taz – 24.03.2019
Von Dominic Johnson
134 Menschen sterben bei einem Überfall auf das Peul-Dorf Ogossagou in Mali. Zur gleichen Zeit findet der Besuch des UN-Sicherheitsrats statt.
… Der zuständige Präfekt von Bankass, Boubacar Kané, bestätigte gegenüber Journalisten am Samstag zunächst 115 Tote, bis die UN-Mission in Mali (Minusma) die Bilanz auf 134 erhöhte. Sie erklärte, mit Hubschraubern die Evakuierung von Verletzten durch Malis Armee und die Abwehr möglicher weiterer Angriffe zu unterstützen.
UN-Generalsekretär Antonio Guterres sagte, er sei „schockiert und empört“. Der Zeitpunkt des Angriffs war ein klares Signal an die UNO. Am Freitag war der komplette UN-Sicherheitsrat in Malis Hauptstadt Bamako gelandet, um Gespräche über den stockenden Friedensprozess und die zunehmende Gewalt zu führen.
Das Massaker von Ogossagou dominierte dann die Beratungen…
In Zentralmali eskaliert seit Jahren die ethnische Gewalt. Radikale Islamisten der in Mali und Burkina Faso kämpfenden „Gruppe zur Unterstützung des Islam und der Muslime“ (GSIM) haben Jugendliche der Peul-Volksgruppe rekrutiert. Dies treibt andere Volksgruppen dazu, Peul kollektiv als Terroristen und Feinde anzusehen.
Das traditionelle friedliche Zusammenleben von Peul-Viehzüchtern und Bauern aus anderen Volksgruppen ist damit zerstört(…)
Während Tuareg-Rebellen im Norden Malis in einen umfassenden Friedensprozess eingebunden sind, ist dies für Peul-Rebellen in Zentralmali nicht der Fall. Diese werfen wiederum Malis Regierung vor, Milizen anderer Völker zu unterstützen oder zumindest bei Angriffen auf Zivilisten gewähren zu lassen, und sprechen von ethnischer Säuberung und Völkermord.
Die Tuareg-Rebellen Nordmalis sprachen in einer Erklärung am Samstag von „organisierten Pogromen“, die „unverzüglich beendet“ werden müssten. Sowohl Tuareg als auch Peul sehen in solchen Massakern einen Grund, dem Friedensprozess in Mali nicht zu trauen und daher nicht wie vorgesehen all ihre Kämpfer zu demobilisieren. Zu den Toten von Ogossagou gehörten auch demobilisierte Peul-Rebellen.
– Armeebasis angegriffen –
Das Massaker von Ogossagou ereignete sich in einem bereits explosiven Kontext. Sechs Tage vorher hatten Tuareg-Kämpfer der GSIM eine Armeebasis im Ort Dioura angegriffen und 26 Soldaten getötet. In der Bekennererklärung stellte die vom Tuareg Iyad ag Ghali geführte Truppe den Angriff auf die Armee als Rache für Angriffe der Regierungsarmee und verbündeter Milizen auf „unsere Peul-Brüder“ dar.
Wütende Witwen der Soldaten versperrten daraufhin am Donnerstag dem malischen Armeechef, General Abdrahamane Baby, den Zugang zur Armebasis von Nioro.
Am Freitag gingen in mehreren Städten Ehefrauen von Soldaten auf die Straße und forderten, ihre Männer nicht mehr ohne ausreichende Ausrüstung in den Krieg gegen Dschihadisten zu schicken.
Diese Ereignisse erinnern fatal an den Beginn der Krise in Mali 2012. Damals waren Proteste von Soldaten und ihren Familien nach einer Reihe von Niederlagen gegen Tuareg-Rebellen zu einem Militärputsch eskaliert. (…)
© 2019 taz.de

3 Gedanken zu „Mon pays va mal … Ogossagou

  1. Mali : après les tueries d’Ogossagou, les sanctions
    Deutsche Welle – 25.03.2019
    Par Baba Ahmed
    Le gouvernement malien a dissous la milice Dan Nan Ambassagou suspectée d’être à l’origine de cette attaque qui a fait plus de 130 morts. Plusieurs hauts gradés de l’armée ont été également remplacés.

    Foto (c) PresidenceMali: Minute de silence pour honorer les victimes au conseil des ministres, le 24 mars 2019
    C’est à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire tenu dimanche 24 mars, au lendemain du massacre.., que le gouvernement a annoncé la dissolution de l’association Dan Nan Ambassagou. Le groupe armé dogon basé dans le centre du Mali, suspectée d’être à l’origine de cette attaque, affirme défendre les civils de la communauté.
    Depuis quelques années, le centre du Mali est le théâtre d’un conflit ethnique dont la communauté peul est la principale victime. Elle est accusée par les autres communautés de la région d’être allié aux groupes djihadistes présents dans la région et qui attaquent fréquemment l’armée malienne et les forces internationales présentes au Mali.
    Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta expliquait l’origine de ce conflit entre Peuls et dogons au micro de la DW au mois de février dernier lors de son passage en Allemagne.
    „Il y a la continuation d’un phénomène qui a été relativement maîtrisé dans le Nord grâce aux opérations combinées entre nos forces et les forces alliées, que ce soient les forces de la Minusma, la force Serval et maintenant Barkhane. Il y a néanmoins eu des reflux vers le sud et on essaie d’instrumentaliser cela de manière subtile et intelligente en poussant des communautés qui ont toujours vécu en parfaite symbiose et en grande convivialité à être opposées“, déplore Ibrahim Boubacar Keïta.
    „Cela se fait en tuant et massacrant dans telle communauté qui du coup prenait sa revanche. C’est un phénomène nouveau qu’on n’a pas connu auparavant », confie le chef de l’Etat malien.
    En plus de la dissolution de la milice Dan Nan Ambassagou, le président malien a limogé son chef d’Etat-major général des armées, celui de l’armée de Terre et de l’Air ainsi que le chef de la sécurité militaire. Il s’agit des mesures qui devraient amener une nouvelle dynamique dans l’organisation de l’armée malienne, mais sur les réseaux sociaux beaucoup de Maliens demandent le limogeage des ministres en charge de la sécurité et de la défense.
    Une délégation du gouvernement s’est rendue sur place, dimanche pour rencontrer les familles rescapées ainsi que les personnes blessées.
    La milice dogon, Dan Nan Ambassagou, pointé du doigt dans l’attaque de samedi, rejette la dissolution du groupe d’autodéfense. Il avait déjà été accusé en 2018 par plusieurs associations de droits de l’homme et associations communautaires d’exactions contre des civils peuls. Des faits qu’ils ont toujours niés.
    (…)
    © 2019 dw.com

    Massacre d’au moins 154 Peuls au Mali : des sanctions qui peinent à convaincre
    jeune afrique – 25 mars 2019 à 16h42
    Par Baba Ahmed – à Bamako
    … Réuni en Conseil des ministres extraordinaire, le gouvernement d’Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé des mesures fortes afin d’apaiser le climat social. La première, la dissolution du groupe de chasseurs dogons Dan Na Ambassagou, suspecté d’être à l’origine de l’attaque. La seconde, le limogeage de hauts gradés comme celui du chef d’état-major général des armées, le général M’Bemba Moussa Keïta, du chef d’état-major de l’armée de terre, le colonel major Abderrahmane Baby, et celui du directeur de la sécurité militaire.
    Des décisions qui ne semblent pourtant satisfaire qu’à moitié les attentes des Maliens, qui espéraient toujours des sanctions depuis l’attaque de Dioura…
    « C’est un premier signal, mais qui manque à mon avis de puissance puisqu’au niveau politique personne n’a été inquiété, notamment au ministère de la Défense ou celui de la Sécurité intérieure », analyse Ibrahim Maïga, chercheur à l’Institut d’études de sécurité (ISS) de Bamako. (…)
    Autre crainte : la dissolution de la milice Dan Na Ambassagou. Beaucoup doutent de sa dissolution effective, notamment compte tenu du contexte actuel dans le centre du Mali. « Prendre un décret est un acte, mais le faire appliquer dans le contexte actuel au centre du Mali est autre chose, ajoute le chercheur de l’ISS. Je doute que l’État ait les moyens de désarmer cette milice dans le Centre, surtout que les facteurs qui ont poussé à la création de cette milice sont toujours là ».
    Dan Na Ambassagou, qui dément être à l’origine de l’attaque d’Ogossagou, reconnaissait jusque-là l’autorité de Bamako et contrairement aux autres groupes armés du Centre, et déploie le drapeau malien dans tous les villages où elle est présente.
    L’administration malienne avait même délivré un récépissé pour reconnaître ce groupe initialement créé pour défendre les Dogons. Mais au lieu de détenir des armes de chasse comme tous les Dozo, Dan Na Ambassagou détient, lui, des armes de guerre dont beaucoup d’acteurs s’interrogent sur leur provenance.
    D’autant qu’au lendemain de l’annonce de sa dissolution, un climat de défiance s’est installé entre l’État malien et Dan Na Ambassagou dont le chef, Youssouf Toloba, ne compte pas respecter le décret du gouvernement malien. « Le gouvernement ne peut pas dissoudre Dan Na Ambassagou parce que ce n’est pas lui qui l’a créé, affirme à Jeune Afrique Youssouf Toloba. J’ai créé Dan Na Ambassagou parce qu’il y avait des attaques dans le pays dogon, où le gouvernement est absent. Le 27 septembre 2018, nous avons signé un cessez-le-feu et le gouvernement a promis qu’il allait sécuriser le pays dogon, mais jusque-là rien n’a été fait ». …En lire plus

    Gefällt mir

  2. Reportage et analyse approfondie du massacre d’Ogossagou
    Mali : la guerre dans un imbroglio de milices
    Le Point Afrique – 28/03/2019 à 18:59
    Par Olivier Dubois
    Dans la région centre du Mali, enferrée depuis 3 ans dans des violences communautaires larvées opposant Peuls et Dogons, on n’avait jamais connu un massacre d’une telle violence. Le pire carnage que ce pays ait connu sur son territoire depuis des décennies, alors que depuis la crise de 2012, il tente de faire face à une intensification des attaques, attentats et conflits intra et intercommunautaires….
    Dana Ambassagou, ce groupe d’autodéfense créé en 2016 pour protéger la communauté dogon contre l’insécurité perpétuelle qui sévit dans cette partie du pays, a été souvent, ces trois dernières années, accusé d’exactions, d’exécutions sommaires, d’attaques en règle et de pillages contre les camps et villages de la communauté peule. Cette nouvelle attaque d’une rare violence contre cette communauté a naturellement placé ce mouvement d’autodéfense comme principal suspect, vu son passif et son influence dans la zone, même si depuis ce terrible événement, les chasseurs du mouvement Dana Ambassagou nient catégoriquement leur implication dans ce « pogrom ».:::
    « Moi, je suis peul. Je sors les jeunes Peuls du djihadisme, ça fait environ 10 mois que je fais ça », se présente Sékou Bolly, homme d’affaires, commerçant, chef d’une milice armée, qui en moins d’un an a construit deux camps pour djihadistes repentis à Dialassagou et Ogossagou. « Chaque jour, on tue les Peuls, on les tue comme des mouches, j’ai vu ça. J’ai décidé d’ouvrir une base pour leur donner un sens dans la vie, qu’ils reviennent dans le droit chemin, les faire sortir du djihadisme pour les faire rentrer dans le DDR », explique celui qui aurait réussi à tirer plus de 400 jeunes des griffes des djihadistes en les débauchant majoritairement sur les réseaux sociaux : « Tous les Peuls sont sur WhatsApp aujourd’hui, j’ai lancé mon appel via un message vocal et j’ai donné mon numéro. Tout le monde m’appelait, ça n’arrêtait pas », affirme-t-il…
    …En lire plus
    © 2019 lepoint.fr

    Gefällt mir

  3. Au Mali, encore un espoir de réconciliation entre communautés
    Deutsche Welle – 27.03.2019
    Par Fréjus Quenum
    Les enquêtes sont en cours pour connaître les auteurs du massacre de 160 villageois majoritairement peuls (selon le dernier bilan) dans le centre du Mali. Pendant ce temps, deux nouvelles attaques se sont produites dans la même région de Mopti entre lundi et mardi. Celles-ci ont coûté la vie à au moins six personnes dans des villages dogons. Un déchaînement de violence dont l’ampleur surprend. Car un accord de paix a été signé fin août entre communautés peules et dogons pour mettre fin aux conflits.
    À Mopti en effet, depuis deux ans, un cadre de dialogue existe dans l’objectif d’entretenir des relations pacifiques entre les communautés. Une équipe de la Mission de réconciliation entre Dogons et Peuls a été détachée sur place.
    En deux ans, de nombreuses réunions ont été organisées dans les différents cercles de la région de Mopti. „L’initiative est appuyée par l’Etat malien, la mission de stabilisation de l’ONU (Minusma) et d’autres ONG humanitaires“, explique Alou Kampo le chef de la Mission de réconciliation entre Dogons et Peuls.
    Ces efforts ont abouti le 28 août 2019 à la signature d’un accord entre Peuls et Dogons. Mais après les violences de ces derniers jours, Alou Kampo se dit déçu…
    Dans l’interview qu’il a accordée à la DW, Alou Kampo se souvient d’une ambiance de „véritable symbiose entre les populations. Et les gens avaient des mécanismes de dialogue. Vous avez la caste des griots, les alliances à plaisanterie, on faisait recours à toutes les forces vives pour éteindre le feu, éviter la propagation du feu. Voilà comment ça marchait.“
    …En lire plus

    VOR AUSSI dans MALI-INFOS => FRIEDENSPFEIFE ZWISCHEN PEULH-HIRTEN UND DOGON-BAUERN – Reconciliation entre Peulhs et Dogons dans le centre du pays, 20.03.2018

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s