AFRICAN ROOTS: KWAME NKRUMAH, KÄMPFER FÜR AFRIKANISCHE EINHEIT – Racines d’Afrique : Kwame Nkrumah, le combattant de l’unité africaine

Foto (c) aBamako.com/Momo: Statue de N’Krumah, Avenue Kwamé N’Krumah, Bamako-Hamdallaye – Denkmal für den Panafrikanisten Kwame Nkrumah in Bamako, auf einer Verkehrsinsel der Hauptverkehrsader Avenue Kwamé N’Krumah

1. African Roots: Kwame Nkrumah: der Kämpfer für die afrikanische Einheit
Deutsche Welle – 01.03.2018
Nach seinem Studium in den USA und England kehrte Kwame Nkrumah in sein Heimatland Ghana zurück, um dort den Kampf um die Unabhängigkeit zu führen. Er wird der erste Präsident des Landes werden. Seine Vision eines Föderalismus nach amerikanischem Vorbild wird allerdings niemals Wirklichkeit.
2. 61. Jahrestag der Unabhängigkeit von Ghana: Hommage an Kwame N’Krouma!
Info Matin – 12.03.2018
Die ghanaische Botschaft in Mali hat am Dienstag den 61. Jahrestag der Unabhängigkeit Ghanas durch die Kranzniederlegung am KWAME-NKROUMAH-Denkmal im Viertel ACI 2000 gefeiert.
3. Eine sehr viel ausführlichere Biografie
aBamako.com – 01.09.2014
(leider keine deutsche Übersetzung)

DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) JEWEILS WEITER UNTER DEN FRZ. ORIGINALEN

Über die Comicserie zur afrikanischen Geschichte / Au sujet de cette série sur l’histoire africaine
=> „AFRICAN ROOTS“, GESCHICHTE DES KONTINENTS IN COMICS – Nouvelle série de BD sur l’histoire africaine: Racines d’Afrique
in MALI-INFORMATIONEN

1. Racines d’Afrique : Kwame Nkrumah : le combattant de l’unité africaine
Deutsche Welle – 01.03.2018
Par Isaac Kaledzi, Gwendolin Hilse et Philipp Sandner
Après des études aux USA et en Angleterre, Kwame Nkrumah retourne dans son pays natal, le Ghana, pour y mener le combat de l’indépendance. Il deviendra le premier président du pays. Sa vision d’un fédéralisme à l’américaine ne deviendra en revanche jamais réalité.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo en français
=> Das Video auf Englisch

Kwame Nkrumah est né en 1909 dans la colonie britannique connue sous le nom de Gold Coast. Il a quitté le Ghana dans les années 1930 en s’embarquant sur un bateau et a continué à étudier aux États-Unis, puis plus tard en Grande-Bretagne. Au cours de ses 12 années à l’étranger, il s’est engagé de plus en plus dans les organisations politiques africaines. Il rentra dans son pays en 1947 et commença à se battre contre la domination coloniale. Une décennie plus tard, Nkrumah est devenu le premier Premier ministre du Ghana après l’indépendance et est devenu son premier président en 1960.
C’est non seulement le colonialisme que Kwame Nkrumah combattait en Afrique, mais aussi le capitalisme. Il croyait fermement à un type particulier de socialisme africain qui unissait la justice sociale et les traditions africaines. Mais mettre la théorie en pratique s’est avéré un exploit difficile. L’approche de Nkrumah à la politique dans son propre pays était souvent contradictoire avec le socialisme dont il écrivait. Pour Wilhelmina Donkor, professeur d’histoire à l’Université Kwame Nkrumah des sciences et technologies du Ghana, ces contradictions font du père fondateur du Ghana un sujet intéressant même un demi-siècle plus tard.
„Kwame Nkrumah était spécial ou unique en ce sens qu’il ne pensait pas seulement au Ghana: sa vision a traversé l’Afrique et c’est pourquoi lors de l’indépendance en 1957, il a fait cette déclaration célèbre évoquant que l’indépendance du Ghana n’est pas complète à moins qu’elle ne soit liée à la libération totale de tout le continent.“
Des citations célèbres
„Nous ne faisons face ni à l’Est, ni à l’Ouest: nous faisons face à l’avenir.“
„Les révolutions sont provoquées par les hommes, par les hommes qui pensent comme des hommes d’action et agissent comme des hommes de pensée“.
„La liberté n’est pas quelque chose qu’un peuple peut accorder à un autre comme un cadeau. Un peuple la revendique comme sienne et personne ne peut lui prendre.“

© 2018 dw.com

1. African Roots: Kwame Nkrumah: der Kämpfer für die afrikanische Einheit
Deutsche Welle – 01.03.2018
Von Isaac Kaledzi, Gwendolin Hilse und Philipp Sandner
Nach seinem Studium in den USA und England kehrte Kwame Nkrumah in sein Heimatland Ghana zurück, um dort den Kampf um die Unabhängigkeit zu führen. Er wird der erste Präsident des Landes werden. Seine Vision eines Föderalismus nach amerikanischem Vorbild wird allerdings niemals Wirklichkeit.
Kwame Nkrumah wurde 1909 in der britischen Kolonie, damals als Goldküste bekannt, geboren. Er verließ Ghana in den 1930er Jahren, indem er sich auf einem Boot einschiffte und in den Vereinigten Staaten und später in Großbritannien studierte. Während seiner 12 Jahre im Ausland engagierte er sich zunehmend in afrikanischen politischen Organisationen. Er kehrte 1947 nach Hause zurück und begann gegen die Kolonialherrschaft zu kämpfen. Ein Jahrzehnt später wurde Nkrumah der erste Premierminister des neuen unabhängigen Ghana und 1960 dessen erster Präsident.
Kwame Nkrumah kämpfte nicht nur gegen den Kolonialismus in Afrika, sondern auch gegen den Kapitalismus. Er glaubte fest an eine besondere Art von afrikanischem Sozialismus, der soziale Gerechtigkeit und afrikanische Traditionen vereinte. Die Theorie in die Praxis umzusetzen erwies sich jedoch als eine schwierige Aufgabe. Nkrumahs Einstellung zur Politik in seinem eigenen Land widersprach oft dem Sozialismus, über den er schrieb. Für Wilhelmina Donkor, Geschichtsdozentin an der Kwame Nkrumah Universität für Wissenschaft und Technologie in Ghana, machen diese Widersprüche Ghanas Gründungsvater sogar ein halbes Jahrhundert später zu einem interessanten Thema.
„Kwame Nkrumah war besonders oder einzigartig in dem Sinne, dass er nicht nur an Ghana dachte. Seine Vision ging quer durch Afrika und deshalb machte er 1957 bei der Unabhängigkeit das berühmte Statement, dass die Unabhängigkeit Ghanas erst vollständig ist, wenn sie mit der totalen Befreiung des gesamten Kontinents verbunden ist.“
Berühmte Zitate
„Wir blicken weder nach Osten noch nach Westen: wir blicken in die Zukunft.“
„Revolutionen werden von Menschen gemacht, von Menschen, die wie Handelnde denken und wie Denkende handeln.“
„Freiheit ist nicht etwas, das ein Volk einem anderen als Geschenk geben kann. Ein Volk beansprucht sie als seine eigene und niemand kann sie ihm nehmen.“

© 2018 dw.com

2. 61e anniversaire de l’Indépendance du Ghana: hommage à Kwamé N’Krouma !
Info Matin – 12.03.2018
Par Saba Ballo
L’ambassade du Ghana au Mali a célébré, hier mardi, le 61e anniversaire de l’indépendance du Ghana à travers le dépôt de gerbe de fleurs au monument KWAME NKROUMAH, à l’ACI 2000.
Plusieurs diplomates accrédités et ambassadeurs au Mali ont pris part à la cérémonie…
Notre pays y était représenté par M. Bakary Coulibaly, représentant du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le représentant du chef d’État-major des Armées du Mali, un représentant du Haut conseil islamique. C’est la toute première fois que l’ambassade du Ghana au Mali, procède au dépôt de gerbe de fleurs au pied de ce monument dans notre pays, lors d’une célébration d’anniversaire de l’indépendance de la république du Ghana au Mali, nous a-t-on confié.
Cette cérémonie représentait un hommage de la communauté Ghanéenne au premier président de la republique du Ghana, KWAME NKROUMAH (1909-1972). Il est l’une des icônes du Ghana et par-delà de l’Afrique entière.
M. Bakary Coulibaly a salué la communauté Ghanéenne au Mali pour cette initiative avant d’apprécier les bonnes relations de coopération entre nos deux pays. Il a expliqué qu’il y avait de très bonnes relations de coopération entre le Ghana et le Mali dans tous les domaines (santé, éducation…)
Selon lui, le Ghana et le Mali ont les mêmes aspirations.
© 2018 Info Matin

2. 61. Jahrestag der Unabhängigkeit von Ghana: Hommage an Kwame N’Krouma!
Info Matin – 12.03.2018
Von Saba Ballo
Die ghanaische Botschaft in Mali hat am Dienstag den 61. Jahrestag der Unabhängigkeit Ghanas durch die Kranzniederlegung am KWAME-NKROUMAH-Denkmal im Viertel ACI 2000 gefeiert.
Mehrere akkreditierte Diplomaten und Botschafter in Mali nahmen an der Zeremonie teil …
Unser Land wurde vertreten durch Herrn Bakary Coulibaly, Vertreter des Ministers für auswärtige Angelegenheiten und internationale Zusammenarbeit, den Vertreter des Generalstabschefs der Streitkräfte von Mali, einen Vertreter des Hohen Islamischen Rates. Dies ist das erste Mal, dass die Botschaft von Ghana in Mali einen Kranz am Fuße dieses Denkmals niederlegt, anlässlich einer Jubiläumsfeier der Unabhängigkeit der Republik Ghana, wurde uns gesagt.
Diese Zeremonie war eine Ehrung der ghanaischen Gemeinschaft an den ersten Präsidenten der Republik Ghana, KWAME NKROUMAH. Er ist eine der Ikonen von Ghana und somit von ganz Afrika.
Herr Bakary Coulibaly lobte die ghanaische Gemeinde in Mali für diese Initiative, bevor er die guten Beziehungen der Zusammenarbeit zwischen unseren beiden Ländern schätzte. Er erklärte, dass es eine sehr gute Zusammenarbeit zwischen Ghana und Mali in allen Bereichen gebe (Gesundheit, Bildung …). Ihm zufolge haben Ghana und Mali dieselben Bestrebungen.
© 2018 Info Matin

Une biographie plus detaillée:
Art et Culture
3. Statue de Kwamé N’Krumah (Avenue Kwamé N’Krumah Hamdallaye A.C.I. 2000)

aBamako.com – 01.09.2014
L’un des pères fondateurs de l’OUA, Kwame Nkrumah (21 septembre 1909 à Nkroful, Ghana – 27 avril 1972 à Bucarest, République socialiste de Roumanie) est un homme politique indépendantiste et panafricaniste ghanéen qui dirigea ce pays indépendant en tant que Premier ministre de 1957 à 1960, puis en tant que président de 1960 à 1966.
Il fait ses études en Angleterre et aux États-Unis. En 1945, il participe à l’organisation du Congrès panafricain. Il retourne en Côte-de-l’Or en 1947 et devient secrétaire général du parti indépendantiste, l’UGCC (United Gold Coast Convention), qu’il quitte pour fonder un autre parti : la Convention People’s Party (CPP).
Souhaitant l’indépendance, Nkrumah appelle au boycott et à la désobéissance civile, ce qui lui vaut d’être emprisonné par les autorités britanniques jusqu’en 1951.
Cette même année, les autorités britanniques organisent des élections législatives qui sont remportées par le CPP. Nkrumah, libéré, est alors nommé Premier ministre et collabore étroitement avec les autorités britanniques. Se basant sur la politique d’« Africanisation de l’administration, de panafricanisme et d’anticommunisme », il décide de développer les infrastructures de son pays grâce aux excédents de l’Office de commercialisation du cacao. Ainsi, le domaine de l’éducation3 et celui de la santé enregistrent de véritables progrès.
Après les élections législatives de 1956, le CPP remporte les trois quarts des sièges. Nkrumah, fort de son succès, oblige alors le Royaume-Uni à concéder l’indépendance, qui est proclamée le 6 mars 1957. La Côte-de-l’Or devient ainsi la première colonie à obtenir son indépendance après le Soudan (1956). Il se marie fin 1957 avec Fathia Rizk, une copte égyptienne. Le jour même de l’indépendance, Nkrumah décide d’abandonner le nom colonial du pays au profit de l’actuel, en hommage à l’Empire du Ghana . Tout en demeurant dans le Commonwealth, le Ghana de Nkrumah devient, le 1er juillet 1960, une république.
Ami personnel du père du panafricanisme, le caribéen George Padmore, Nkrumah organise avec lui les 6e et 7e conférences panafricaines en 1953 à Kumasi et 1958 à Accra, qui est également la première conférence des États Indépendants d’Afrique.
En plus de revendiquer l’indépendance immédiate de l’Afrique, il prône la formation d’une identité supranationale : les « États-Unis d’Afrique » qui permettrait au continent de devenir l’une des plus grandes forces du monde. Dans ce but, il s’engage en 1958, à poursuivre avec ses homologues africains, « une politique africaine commune ».
En 1958, il est le premier à apporter son soutien à la Guinée indépendante de Ahmed Sékou Touré, en lui accordant un prêt de dix millions de livres sterling. Il tente un premier pas vers une réalisation concrète du panafricanisme en formant le 1er mai 1959 une union avec la Guinée, rejoint le 24 décembre 1960 par le Mali. Mais si cette union n’est jamais dissoute, elle n’est que purement symbolique.
En mars 1963, il participe activement à la rédaction de la charte de l’Organisation de l’unité africaine, même si son idée de créer un gouvernement central africain n’est pas retenue.
L’indépendance du pays n’apporte pas de changement radical au système hérité de l’ancien colonisateur. Certes, les infrastructures connaissent un développement significatif : l’érection du barrage hydroélectrique d’Akosombo Barrage d’Akosombo (912 MW), la réalisation à Tema d’un grand port en eau profonde relié à la capitale par une autoroute9, les fruits de cette industrialisation naissante ne sont pas directement perceptibles par la population .
De plus, cette modernisation du pays entraîne une détérioration de la situation économique : le déficit public et celui de la balance des paiements s’accroissent et, bien qu’ayant adopté une économie d’inspiration libérale, les investissements étrangers sont quasi nuls. Et, si jusque-là l’inflation est contenue, en revanche les salaires des planteurs de cacao ne font que régresser depuis 1954, accentuant ainsi la crise. Cet échec économique, imputé à Nkrumah, se transforme en crise politique.
Déjà en 1959, Nkrumah restreint la démocratie en emprisonnant certains membres de l’opposition, ou bien en les forçant à l’exil, comme le chef de l’opposition unie Kofi Busia. Mais ce n’est qu’à partir d’octobre 1961, après une tournée de deux mois (juillet-août) dans les pays du bloc de l’Est, que Nkrumah oriente réellement le Ghana vers une dictature.
En effet, en septembre sont organisées des grèves qui, tout en revendiquant des hausses de salaires, manifestent également leur opposition au régime. Nkrumah les réprime impitoyablement, et décide d’arrêter les principaux leaders syndicalistes.
Puis, peu de temps après, il arrête tous les membres parlementaires de l’opposition et censure la presse.
Tandis que la répression sur la droite s’accentue et que les relations avec les pays occidentaux se dégradent, Nkrumah rejoint, officieusement, le camp socialiste (bien que se déclarant non-aligné), en juillet 1962, en optant pour le marxisme lors de la XIe conférence du CPP. Sous la doctrine du « consciencisme » (ou « nkrumahisme »), une économie planifiée est mise en place, qui va être marquée par un gaspillage des ressources naturelles, un accroissement de la corruption, une montée du chômage et la faillite économique du secteur agricole. Cette nouvelle politique économique entraîne une augmentation du coût de la vie de 48 % entre 1963 et 1966, ainsi que la désorganisation des marchés provoquant marché noir et ruptures de stocks.
Devant ce désastre économique, le climat intérieur se détériore ; Nkrumah échappe à deux tentatives d’assassinat en août 1962 et en janvier 1964 qui vont le plonger dans une véritable paranoïa. Ne croyant plus en personne, ne supportant plus aucune critique, Nkrumah se met à durcir son régime, tandis qu’il promeut un véritable culte à sa personnalité, se faisant appeler l’ « Osagyefo » (le « Rédempteur »).
En 1963, il restreint l’indépendance du pouvoir judiciaire et érige, le 26 janvier 1964, le monopartisme avec le CPP, instituant ainsi une dictature de parti unique. Puis la même année, se proclame président à vie.
Isolé à l’intérieur de son pays, il l’est également, de plus en plus, à l’extérieur. Son orientation socialiste lui vaut de se mettre à dos les pays occidentaux mais également certains dirigeants africains qui le soupçonnent, dans ses projets de panafricanisme, de vouloir propager le communisme en Afrique.
Le 24 février 1966, alors qu’il est en voyage en Chine, Nkrumah est renversé, sans aucune résistance, par un coup d’État militaire. Il se réfugie alors en Guinée, chez son ami Sékou Touré qui lui propose vainement la coprésidence du pays. Il fonde alors, dans son pays d’exil, une maison d’édition qui publie ses théories révolutionnaires et ses livres sur l’Unité africaine. Le 27 avril 1972, il décède dans un hôpital de Bucarest, de la suite d’un cancer de l’estomac.
En décembre 2010, le président John Evans Atta Mills a inauguré la mise en production d’un nouveau champ pétrolifère offshore ; celui-ci permet au Ghana d’accéder au statut de pays exportateur de pétrole. Le navire de soutien logistique (FPSO) associé à ce champ a été rebaptisé le Kwame Nkrumah.
© 2018 abamako.com

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s