AFROTOPIA, DIE 11. BIENNALE DER AFRIKANISCHEN FOTOGRAFIE – Aux 11èmes Rencontres de Bamako, l’Afrique regarde son futur en photo

Foto (c) Fototala King Massassy: Anarchie productive, 2017

1. Rencontres de Bamako , Afrikanische Biennale der Fotografie vom 2. Dezember bis 31. Januar 2018.
arte.tv – 20.11.2017
Das Institut Français eröffnet, zusammen mit dem malischen Kulturministerium, in Bamako die Rencontres de Bamako (Begegnungen von Bamako).
2. „Afrotopia“: In Bamako blickt die Biennale der Fotografie in die Zukunft
TV5MONDE – 05.12.2017 um 12:53
In Mali, einem echten Ort der Entdeckungen, des Austauschs und der Sichtbarkeit, sind die „Rencontres de Bamako“ (Biennale der Fotografie) ein absolutes Muss für die Entdeckung afrikanischer Fotografen. (mit Videoreportage)
3. In Bamako betrachtet Afrika seine Zukunft in Bildern
LesInrockuptibles – 07.12.2017
Die Rencontres de Bamako versammeln für ihre elfte Ausgabe zwei Monate lang die Prominenz afrikanischer Fotografen. Unter dem Titel Afrotopia dokumentiert die Ausstellung die intellektuelle und kulturelle Transformation des dynamischsten Kontinents des Planeten…

DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEN FRZ. ORIGINALEN UND VIDEO

=> Le site des Rencontres de Bamako
Die Homepage der Rencontres de Bamako
auch auf Englisch verfügbar

1. Les Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie du 2 décembre au 31 janvier 2018.
arte.tv – 20.11.2017
L’Institut français inaugure, aux côtés du Ministère de la Culture du Mali, les Rencontres de Bamako. Cette biennale participe au mouvement de valorisation de la création contemporaine et de prise de parole des artistes africains.

Girma Berta « Moving Shadows » – « Bewegende Schatten » (oder „Sich bewegende Schatten“ ?)

Marie-Ann Yemsi, à la tête d’un atelier de conseil en art contemporain et de production culturelle indépendant, assure le commissariat de cette édition.
Choisissant de l’intituler Afrotopia, elle invite les artistes à réfléchir aux ressorts du futur et à la contribution du continent dans un monde globalisé.
L’exposition Afrotopia réunit les propositions des quarante artistes ou collectifs d’artistes sélectionnés dans le cadre de l’appel à candidatures.
Ils investissent toutes les formes contemporaines de l’image, de la série photographique à la vidéo ou l’installation plasticienne pour révéler les espaces du possible en germe dans les réalités contemporaines africaines.
La programmation s’inscrit dans un dispositif urbain comprenant le Musée National du Mali, épicentre de l’évènement, le Musée du District, la Galerie Médina, l’Institut français de Bamako et le Parc National.

Après Bamako, les Rencontres seront présentées au Musée National des Cultures du Monde aux Pays-Bas à partir d’avril 2018. (A partir du 13 avril au Afrika Museum
à Berg en Dal , ndlr)
© 2017 arte.tv

Affiche officielle des 11èmes Rencontres de Bamako. © Zied Ben Romdhane, West of Life, 2014-2016

2. „Afrotopia“ : à Bamako, la biennale de la photo regarde vers l’avenir
TV5MONDE – 05.12.2017 à 12:53
Par Laurie Fachaux, Kaourou Magassa
Au Mali, véritable lieu de découvertes, d’échanges et de visibilité, les „Rencontres de Bamako“, ou biennale de la photographie sont une plateforme incontournable pour la révélation des photographes africains. La 11ème édition se tourne résolument vers l’avenir.
=> REGARDEZ LA VIDEO , reportage de 1:50
„Afrotopia“ , c’est le thème des 11ème rencontres photographiques de Bamako. Une invitation à l'“afrofuturisme“ : regarder en avant et poser les bases des ressorts de l’avenir. „C’est important de donner cette image d’une Afrique qui se bat et essaie de construire son avenir, explique Samuel Sidibé, le Délégué général des rencontres photographiques de Bamako. C’est le rôle des intellectuels de montrer la voie, d’inciter les gens à réfléchir à ça“.
„L’afro-pessimisme ne nous apporte pas grand-chose. Il nous a conduit à la soumission. Je pense qu’il faut oser aujourd’hui poser les vrais problèmes et réfléchir, en fonction de nos potentialités, aux solutions que l’on peut apporter aux problèmes de l’Afrique.“ (Samuel Sidibé, Délégué général des Rencontres)

Foto (c) Kaourou Magassa/TV5MONDE: Die afrikanische Identität, Inspirationsquelle für einige der 40 Künstler, die für diese panafrikanische Ausstellung ausgewählt wurden, wie zum Beispiel eine Serie von Hélène Jayet, Französin malischer Herkunft, die Afrofrisuren in den Mittelpunkt stellt.

– Identité noire, identité complexe –
La fierté africaine, la complexité des identités, autant de thèmes chers a Julien Creuzet, un artiste francais, afro-caribéen, qui s’interroge sur l’héritage de l’époque coloniale dans ses videos. Il est le lauréat du prix de la francophonie décerné par différentes organisations, dont l’Institut francais. „J’ai voulu rendre compte de comment une identité noire peut être une identité complexe, explique Julien Creuzet, surtout quand on est issu de cultures esclavagistes, de la colonisation. J’ai grandi en Martinique, du coup comment cet héritage existe, comment il se montre au travers d’individus, au travers d’une culture“.
© 2017 TV5Monde.com

VOIR AUSSI le portrait de Joana Choumali et son oeuvre “Ça va aller”:
=> L’artiste Joana Choumali recoud les blessures ivoiriennes
dans Courrier international

3. A Bamako, l’Afrique regarde son futur en photo
LesInrockuptibles – 07.12.2017
Par David Doucet
Pour leur onzième édition, les Rencontres de Bamako réunissent durant deux mois le gratin des photographes africains. Intitulée Afrotopia, l’exposition documente la transformation intellectuelle et culturelle du continent le plus dynamique de la planète, aujourd’hui résolument tourné vers l’avenir.
Au milieu du bourdonnement des motos et sous une chaleur encore tropicale, Bamako rayonne de mille flashes en cette fin d’année 2017. Du 2 décembre au 31 janvier, la capitale malienne rassemble les meilleurs photographes du continent africain à l’occasion de la onzième édition des Rencontres de Bamako. …En lire plus ( et voir les portraits de 5 artistes)
© 2017 lesinrocks.com


AFRICA NEWS ROOM – Mali : 11ème Biennale africaine de la photographie
Publié le 09.12.2017 12 min
..la culture peut être le fer de lance du développement … c’est un problème de l’èducation ..
© 2017 Africa24

1. Rencontres de Bamako, Afrikanische Biennale der Fotografie vom 2. Dezember bis 31. Januar 2018.
arte.tv – 20.11.2017
Das Institut Français eröffnet, zusammen mit dem malischen Kulturministerium, in Bamako die Rencontres de Bamako (Begegnungen von Bamako). Diese Biennale beteiligt sich an der Bewegung der Aufwertung des zeitgenössischen Schaffens der afrikanischen Künstler, die sich hier zu Wort melden.
Marie-Ann Yemsi, Leiterin eines unabhängigen Beratungsbüros in zeitgenössischer Kunst und kultureller Produktion, ist die Kuratorin dieser Ausgabe.
Mit der Wahl des Titels Afrotopia lädt sie die Künstler ein, über die Antriebsfedern der Zukunft und den Beitrag des Kontinents in einer globalisierten Welt nachzudenken.
Die Ausstellung Afrotopia stellt vierzig Künstler oder Künstlergruppen vor, die aus den vielfachen Bewerbungen ausgewählt wurden.
Sie bringen alle zeitgenössischen Formen des Bildes ein, von der Fotoserie bis zum Video oder der visuellen Installation, um die Räume des Möglichen, die in den afrikanischen zeitgenössischen Realitäten keimen, aufzuzeigen.
Das Programm ist Teil des städtischen Umfelds, vom Nationalmuseum von Mali, dem Epizentrum des Ereignisses, über das Stadtmuseum, die Galerie Médina und das Institut français in Bamako bis zum Nationalpark.
Nach Bamako werden die Rencontres de Bamako ab April 2018 im Nationalmuseum der Weltkulturen in den Niederlanden gezeigt. (Ab 13.04. im Afrikamuseum in Berg en Dal,NL, Ed)
© 2017 arte.tv

2. „Afrotopia“: In Bamako blickt die Biennale der Fotografie in die Zukunft
TV5MONDE – 05.12.2017 um 12:53
Von Laurie Fachaux, Kaourou Magassa
In Mali, einem echten Ort der Entdeckungen, des Austauschs und der Sichtbarkeit, sind die „Rencontres de Bamako“ (Biennale der Fotografie) ein absolutes Muss für die Entdeckung afrikanischer Fotografen. Die 11. Ausgabe ist konsequent auf die Zukunft ausgerichtet.
…Sehen Sie die => Videoreportage

3. In Bamako betrachtet Afrika seine Zukunft in Bildern
LesInrockuptibles – 07.12.2017
Von David Doucet
Die Rencontres de Bamako versammeln für ihre elfte Ausgabe zwei Monate lang die Prominenz afrikanischer Fotografen. Unter dem Titel Afrotopia dokumentiert die Ausstellung die intellektuelle und kulturelle Transformation des dynamischsten Kontinents des Planeten, der sich nun entschlossen der Zukunft zuwendet.
Inmitten des Summens der Motorräder und noch unter tropischer Hitze, erstrahlt Bamako von tausend Blitzen. Vom 2. Dezember – 31. Januar versammelt die malische Hauptstadt die besten Fotografen Afrikas … Diese Veranstaltung, die vom Institut français und dem malischen Kulturministerium organisiert wird, trägt einen verheißungsvollen ambitionierten Titel: Afrotopia.
Durch die Wahl eines Buchtitels, veröffentlicht im vergangenen Jahr vom senegalesischen Schriftsteller Felwine Sarr, der meint, dass „Afrika niemand einzuholen hat“, sondern stattdessen dem Pfad folgen muss, den es zum Abschließen der Dekolonisierung eingeschlagen hat, wollte die energische Kuratorin Marie-Ann Yemsi die kulturelle und intellektuelle Transformation des Kontinents zeigen. …MORE und Portraits von 5 Künstler*innnen)
© 2017 lesinrocks.com

Advertisements

Ein Gedanke zu „AFROTOPIA, DIE 11. BIENNALE DER AFRIKANISCHEN FOTOGRAFIE – Aux 11èmes Rencontres de Bamako, l’Afrique regarde son futur en photo

  1. Sehr aufschlussreiches Interview mit der Kuratorin Marie-Ann Yemsi
    «Afrotopia» à Bamako: la photographie d’une Afrique «fière d’elle-même»
    RFI – 01-12-2017 à 14:39
    Par Siegfried Forster
    C’est une Biennale africaine de la photographie pas comme les autres qui ouvre ses portes ce samedi 2 décembre au Mali. Les Rencontres de Bamako sont un rendez-vous incontournable, emblématique et légendaire pour les photographes et la photographie sur le continent africain, mais aussi au niveau mondial. Entretien avec la commissaire Marie-Ann Yemsi sur cette onzième édition, intitulée « Afrotopia ».
    RFI : Les Rencontres de Bamako s’affichent cette année sous le signe de « Afrotopia ». Pourquoi avez-vous choisi le titre du livre de l’intellectuel sénégalais Felwine Sarre pour cette 11e édition de la Biennale africaine de la photographie ?
    Marie-Ann Yemsi : Ce livre a été un choc pour moi à sa sortie en 2016. Ce livre m’avait interpellé. C’était un manifeste de cette Afrique qui est fière d’elle-même et qui ne veut plus baisser la tête, qui entreprend un travail de résilience et qui dit : nous avons sur ce continent tous les moyens et outils pour penser l’Afrique de demain et aussi sa place dans le monde. Pour dire que l’Afrique est une ressource pour le monde, contrairement à cette idée fréquente, permanente et usante de cette Afrique qui ne serait que celle du manque, du déficit, des difficultés. C’est une autre Afrique qui arrive, qui est là, inventive, créative et qui pense l’avenir pour être une ressource pour le monde.
    Vous étiez aussi la commissaire de la foire Art Paris Art Fair en 2017. Exposer à Paris ou à Bamako, est-ce la même démarche ?
    Ce sont des événements très différents. Art Paris est une foire avec une vocation commerciale. Bamako est la biennale historique sur le continent avec celle de Dakar. Mais, au fond, le travail est le même : créer des espaces où l’on peut montrer autrement l’Afrique.
    Pour revenir à l’Afrotopia de Felwine Sarre, pour lui, « la modernité africaine est déjà là et pas à inventer ». Dans votre exposition panafricaine – qui est au cœur de votre projet pour les Rencontres de Bamako – pourriez-vous nous donner un ou deux exemples incarnant la modernité africaine dans le domaine de la photographie ?
    Je refuse toujours de mettre en avant un artiste plutôt qu’un autre. Ce sont des voix multiples, des positions différentes. Ensemble, elles forment Afrotopia. Ce que je retiens du livre de Felwine Sarre, c’est que l’idée du progrès occidental n’est pas l’idée du progrès sur le continent africain. C’est sur cela que l’Afrique réfléchit beaucoup. Le progrès n’est pas forcément de consommer plus, d’entrer dans un système capitaliste. Il y a d’autres façons d’être, d’établir des relations économiques, politiques, etc. C’est en cela que l’Afrique est source d’idées pour aujourd’hui et demain. Et il y a une œuvre qui me paraît incarner ce projet : une vidéo de l’artiste Neil Beloufa [Franco-Algérien, né en 1985 à Paris], un grand artiste reconnu aujourd’hui dans le monde de l’art. En 2007, lors d’un voyage d’études en tant que jeune étudiant, il a filmé des Maliens, la nuit. C’est une vidéo assez étrange, filmée avec très peu moyen. Il leur demande de dire le futur, mais en parlant au présent. Aujourd’hui, dix ans après, on les regarde, et c‘est étonnant.

    Neil Beloufa: « Kempinski », 2007, Vidéo 13’58’’ (France, Algérie). Exposée aux Rencontres de Bamako 2017.

    Parmi vos 40 photographes et artistes invités dans l’exposition panafricaine, il y a Sarah Waiswa (Ouganda-Kenya) qui travaille sur la nouvelle identité africaine et Teddy Mazina (Burundi), un photographe engagé sur les droits de l’homme et la liberté de la presse. En quoi incarnent-ils votre projet aux Rencontres de Bamako ?
    Afrotopia, ce sont 40 propositions d’artistes et 40 points de vue qui se situent plus dans des narrations métapolitiques. On montre la diversité, parce que le continent africain n’est pas un bloc. Il est fait de 54 pays. Et il ne s’agit pas que de photographies. Aujourd’hui, on parle d’images. Ces artistes travaillent avec l’image sous forme de séries photographiques, d’installations ou de vidéos. On montre à la fois des artistes qui se situent plutôt dans la photographie plasticienne et des photographes de la photographie documentaire. Ce qui m’intéresse est la façon dont ils s’infiltrent entre les eux. Et aussi leur façon de raconter cette Afrique dont ils sont à la fois témoins et – en tant que citoyen – acteurs.
    La Biennale a lieu après l’ouverture du plus grand musée d’art contemporain en Afrique. Quelle sera l’influence du Zeitz Mocaa sur la photographie en Afrique ?
    Le musée Zeitz Mocaa fait partie du mouvement du monde, à savoir le développement de fondations privées. On le voit dans le monde occidental et on le voit aussi en Afrique. Son ouverture était un signal fort, mais je voulais juste signaler que, au même moment, une autre fondation a ouvert ses portes à Capetown. La A4 Art Foundation est engagée dans un tout autre travail, plus modeste, mais très active au niveau de la population et des populations qui n’ont pas forcément un accès à l’art. Au fond, le musée Zeitz Mocaa est la face visible de l’iceberg de ces profondes mutations sur le continent où l’on voit arriver des fondations privées, des nouvelles galeries, des centres d’art, des foires qui sont acteurs dans cette transformation artistique sur le continent africain.
    Le Mali et Bamako restent formellement déconseillés aux touristes et aux voyageurs et les autorités françaises alertent toujours sur un risque élevé d’attentats et d’enlèvements. Dans une telle situation, qui prend le risque d’aller aux Rencontres de Bamako ?
    Beaucoup de monde. J’ai vu la liste des personnes qui se sont accréditées, ce sont des personnes du monde entier. Cela me réjouit fortement. Malheureusement, depuis deux ans, nous nous sommes « habitués » à des attaques terroristes soudaines qui arrivent un peu partout dans le monde et pas uniquement au Mali. Moi, je n’en ai aucune crainte, je n’en ai jamais eu. Je me suis sentie parfois plus en sécurité au Mali qu’en France ou ailleurs en Europe. Donc, je peux rassurer absolument tous les professionnels, parce que les mesures de sécurité ont été prises. Puis, il faut se dire une chose : c’est là où les choses sont difficiles que la culture doit être là. Rien ne remplace ces échanges physiques et ces rencontres. Pour nous, cette biennale est un acte de résistance contre tous les fondamentalismes et intégrismes. C’est ici où il faut être là pour utiliser cette arme pacifique qui est la culture.
    (c) 2017 rfi.fr

    Gefällt 1 Person

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

w

Verbinde mit %s