SCHWERSTES ATTENTAT SEIT LANGEM IN EINEM MILITÄRLAGER IN GAO WILL GEMISCHTE PATROUILLEN VERHINDERN – Près de 50 morts dans un attentat suicide visant le processus de la paix

1. Dutzende Soldaten und Ex-Rebellen getötet
tagesschau – 18.01.2017 22:39
Im westafrikanischen Mali wurden bei einem Anschlag auf ein Militärlager in der Stadt Gao rund 60 Soldaten und frühere Rebellen getötet.
2. Al-Kaida-Gruppe bekennt sich zu Anschlag mit vielen Toten
Die Terrororganisation Al-Kaida im Islamischen Maghreb hat sich zum Anschlag in Mali mit rund 60 Toten bekannt.

DEUTSCHE ARTIKEL WEITER UNTER DEM ZWEITEN FOTO

1. Mali: près de 50 morts dans un attentat suicide
AFP – 18.01.2017 à 19:00
Un attentat suicide visant des combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali a fait près de 50 morts mercredi à Gao, principale ville du nord du pays, toujours en proie aux attaques jihadistes.

Foto (c) AFP/STRINGER: Des militaires sur les lieux d’un attentat suicide, le 18 janvier 2017 à Gao, dans le nord du Mali
Soldaten versorgen nach dem Attentat auf das Militärlager in Gao Verletzte.

Les combattants, appartenant à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg), ou à des groupes armés pro-gouvernementaux, se préparaient pour des patrouilles mixtes prévues par l’accord de paix signé en mai-juin 2015 entre Bamako et ces différents groupes armés.
Ces patrouilles, auxquelles doivent également se joindre des militaires maliens, sont censées préfigurer la refonte d’une armée malienne unitaire.
Le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé un deuil national de trois jours à la suite de cet attentat, le plus meurtrier de l’histoire récente du Mali, et son ministre de la Défense, Abdoulaye Idrissa Maïga, était attendu sur place.
„Le bilan provisoire est de 47 morts, dont 5 kamikazes, et plusieurs dizaines de blessés“, a annoncé le gouvernement dans un communiqué.
Une source militaire malienne a de son côté fait état à l’AFP d’un bilan de 53 tués et 110 blessés, sans indication sur le nombre d’assaillants parmi les morts.
La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a évoqué „des dizaines de morts“, ainsi que „des dizaines de blessés“, précisant que le camp abritait 600 combattants.
Selon une source militaire au sein de la Minusma, „le kamikaze est venu dans un véhicule et s’est fait exploser“ vers 08H40 GMT. Les combattants des différents groupes „devaient commencer bientôt une patrouille mixte“, a souligné cette source.
Des corps ont été déchiquetés et des membres projetés par l’explosion, très puissante, qui s’est produite pendant une séance d’entraînement des combattants, selon un témoin.
Le véhicule qui a servi à l’attaque était „aux couleurs du MOC“ (Mécanisme opérationnel de coordination), chargé d’organiser ces patrouilles, a déclaré à l’AFP le colonel Diarran Koné, un porte-parole de l’armée malienne.
– ‚Piège‘ mortel –
Un combattant rescapé a dénoncé les défaillances des mesures de sécurité.
„Pour faire les patrouilles mixtes, il faut faire le cantonnement (des groupes armés, ndlr) et désarmer les gens, à ce moment (là), il y aura la paix“, a-t-il déclaré à l’AFP. „Sans le désarmement et le cantonnement, la patrouille mixte, c’est un piège pour nous tuer“, a-t-il ajouté.
L’attentat n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, mais les soupçons se tournaient vers les groupes jihadistes, qui avaient déjà perpétré un attentat suicide à la voiture piégée contre l’aéroport de Gao, à quelques centaines de mètres de là, le 29 novembre 2016.
La médiation internationale et les parties signataires de l’accord ont condamné dans un communiqué „un attentat lâche et meurtrier commis par les ennemis de la paix“, assurant que cet „acte barbare“ ne les détournerait pas de l’application de l’accord.
En route le 13 janvier pour un sommet Afrique-France à Bamako, qui a marqué ses adieux au continent, le président français François Hollande avait effectué une visite symbolique à Gao aux troupes de la force française Barkhane et aux militaires maliens.
Il a condamné l’attentat qui a frappé „les forces regroupées pour participer au processus de patrouilles mixtes dans le nord du pays“, réaffirmant „le plein soutien de la France à la mise en œuvre des accords de paix“ au Mali.
„Il y a un sens politique: empêcher que le processus de paix et de réconciliation se poursuive“, a souligné le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.
Le Conseil de sécurité de l’ONU était réuni mercredi pour discuter de la situation au Mali.
(…)
© 2017 AFP

2. Carnage au camp du MOC à Gao – • 60 morts et 115 blessés : • Le gouvernement malien décrète un deuil de 3 jours
Bamako (Le Républicain) – 19.01.2017
Par Soumaila T. Diarra
L’attaque contre le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) dans la ville de Gao a fait un bilan lourd, selon plusieurs sources. L’attentat qui a fait au moins 60 morts et plus d’une centaine de blessés a été causé par une voiture piégée aux couleurs du MOC, au moment où il y avait un rassemblement matinal des troupes dans le camp.
Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement, qui a promis de faire la lumière sur le triste évènement. Une mission gouvernementale conduite par le ministre de la Défense, Abdoulaye Idrissa Maïga, s’est rendue dans la ville où la police scientifique est déjà à l’œuvre.
Selon la MINUSMA, le camp qui a été frappé abrite un contingent de 600 combattants issus des rangs de l’armée nationale, de la CMA et de la Plateforme. Prévu par l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le MOC est chargé de la planification et de la conduite des patrouilles mixtes, associant les FAMa, la Coordination et la Plateforme, avec l’appui de la MINUSMA et des forces internationales, afin d’assurer la sécurité dans le Nord du Mali.
L’odieux acte des terroristes a créé une vive émotion et des réactions d’indignation à travers tout le pays. L’ONG Cri de Cœur dont le siège est à Gao a lancé un appel à l’endroit de la population pour un don de sang. L’hôpital de Gao était à court de sang pour prendre soin des centaines de blessés qui y étaient transportés.
[L’attaque a été revendiquée par le groupe islamique Al Mourabitoune.]
© 2017 Le Républicain

Foto (c) AFP/Stringer 18.01.2016

Foto (c) AFP/Stringer: Des militaires sur les lieux d’un attentat suicide, le 18 janvier 2017 à Gao
Soldaten sichern den Tatort. Am Boden liegt ein mit einem Tuch bedecktes Opfer des Anschlags.

1. Dutzende Soldaten und Ex-Rebellen getötet
tagesschau – 18.01.2017 22:39
Im westafrikanischen Mali wurden bei einem Anschlag auf ein Militärlager in der Stadt Gao rund 60 Soldaten und frühere Rebellen getötet. Zu der Tat bekannte sich eine Al Kaida-Gruppierung.
Im westafrikanischen Mali wurden bei einem Anschlag auf ein Militärlager in der Stadt Gao mehr als 60 Menschen getötet. Nach Angaben der Regierung wurden zudem mehr als 100 Menschen teils schwer verletzt. Es habe sich um ein Selbstmordattentat gehandelt – zunächst gab es aber unterschiedliche Angaben darüber, ob der Anschlag von einem oder mehreren Attentätern verübt worden war. Mails Präsident Ibrahim Boubacar Keita ordnete eine dreitägige Staatstrauer an.
Regierungssprecher Mountaga Tall zufolge befanden sich unter den Toten auch fünf Selbstmordattentäter. Sie sollen demnach am Vormittag ein mit Sprengstoff beladenes Auto in das Lager gesteuert haben. Auf dem Stützpunkt sind nach Angaben der Vereinten Nationen (UN) etwa 600 malische Soldaten und frühere Rebellen untergebracht. Viele von ihnen hatten sich zum Zeitpunkt des Anschlags zu einem Treffen versammelt, wie Augenzeugen berichteten.
Nach einem Friedensabkommen, dass 2015 in Mali geschlossen wurde, wollen sich die Ex-Rebellen und die Streitkräfte des Landes zusammen [in gemeinsamen Patrouillen, die im Friedensabkommen vorgesehen sind, Ed] um die Wahrung des Friedens vor allem im Norden des Landes bemühen. …
© 2017 tagesschau.de

2. Al-Kaida-Gruppe bekennt sich zu Anschlag mit vielen Toten
Die Terrororganisation Al-Kaida im Islamischen Maghreb hat sich zum Anschlag in Mali mit rund 60 Toten bekannt.
Das verlautete aus der amerikanischen Site Intelligence Group, die auf Beobachtung von Terror-Propaganda spezialisiert ist.

Advertisements

Ein Gedanke zu “SCHWERSTES ATTENTAT SEIT LANGEM IN EINEM MILITÄRLAGER IN GAO WILL GEMISCHTE PATROUILLEN VERHINDERN – Près de 50 morts dans un attentat suicide visant le processus de la paix

  1. So drückte es Bundesverteidigungsministerin Ursula von der Leyen nach dem Selbstmordattentat in Gao mit über 70 Toten aus:
    Reuters – 20.01.2017

    „Dieser niederträchtige Anschlag ging gezielt in eines der Herzstücke des Friedensvertrages, der in Mali umgesetzt werden soll“, sagte die Ministerin am Freitag in der Bundestagsdebatte über die Ausweitung des Bundeswehreinsatzes in Gao. Es sei sehr schwierig gewesen, gemischte Patrouillen aus malischen Sicherheitskräften und Rebellen, die die Waffen niederlegen wollten, überhaupt in Gang zu bringen. „Deshalb zeigt der Anschlag auf das Lager dieser gemischten Patrouillen, dass es nach wie vor Terroristen gibt, die gezielt diesen Friedensvertrag torpedieren und zerstören wollen.“
    Umso wichtiger sei es, dass die Weltgemeinschaft an der Seite Malis stehe und dem Land konsequent helfe, sagte die Ministerin.
    (…)
    © 2017 de.reuters.com

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s