WELTKULTURERBE TIMBUKTUS: DIE MAUSOLEEN SIND RESTAURIERT – Mme Bukova de l’UNESCO: „Les mausolées de Tombouctou sont de nouveau debout.“

1. Das von Dschihadisten entstellte Timbuktu findet sein früheres Gesicht wieder
2016.02.05 um 08:30 Uhr – von Sébastien RIEUSSEC – AFP
Mehr als drei Jahre nach der Zerstörung der Mausoleen in Timbuktu von Dschihadisten, mit Spitzhacken, Hacken und Meißel, nahm die legendäre Stadt im Nordwesten von Mali am Donnerstag ihre rekonstruierten Schreine wieder in Besitz.

2. Timbuktu: 900-year-old ceremony re-consecrates mausoleums destroyed by armed groups
un.org – 04.02.2016

3. IN BILDERN: Die Renaissance der Mausoleen Timbuktus
L’Express – 11.02.2016

AUF DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTEN GOOGLE-ÜBERSETZUNG #1) WEITERLESEN UNTER DEM FRZ. ORIGINAL

VOIR AUSSI / LESEN SIE AUCH:
=> « TIMBUKTUS WIEDERGEBURT SYMBOLISIERT DIE NEUE ZUVERSICHT DES LANDES » – « Tombouctou est le symbole d’un pays qui reprend confiance » – 18.07.2015
=> HOFFNUNG FÜR DIE MAUSOLEEN UND MANUSKRIPTE TIMBUKTUS – L’UNESCO et l’UE s’engagent en faveur de la reconstruction du patrimoine de Tombouctou – 20.05.2014 in den MALI-INFORMATIONEN

1. Tombouctou défigurée par les jihadistes, retrouve son visage d’avant
AFP – 05.02.2016 à 08:30 – Par Sébastien RIEUSSEC –
Plus de trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou par les jihadistes, à coups de pioche, de houe et de burin, la cité légendaire du nord-ouest du Mali a repris jeudi possession de ses sanctuaires reconstruits. C’est au nom de la lutte contre “l’idôlatrie” que le groupe jihadiste touareg malien Ansar Dine les avait démolis.
C’est par une cérémonie de sacralisation, avec lecture intégrale du Coran et prière collective, que s’achève la patiente œuvre de réhabilitation, qui s’est appuyée sur le savoir-faire traditionnel des maçons locaux.

Foto (c) AFP: Un homme se tient devant la mosquée de Djingareyber à Tombouctou, le 4 février 2016 – Ein Bewohner von Timbuktu vor der „Großen Moschee“ – Djingareyber, am 4.Februar 2016

“C’est un symbole fort pour la paix”, s’est félicité Sane Chirfi, représentant de la famille responsable du mausolée Alpha Moya, l’un des tout premiers à avoir été vandalisés par les jihadistes.
“Les mausolées sont des symboles de rassemblement, de regroupement, parce que parmi les saints de Tombouctou, il y a des saints de toutes les ethnies”, a-t-il souligné.
Après le sacrifice rituel de cinq bœufs tôt dans la matinée, la cérémonie, dans la mosquée de Djingareyber, s’est conclue par la remise des clés aux représentants des familles chargées de la gestion des mausolées, en présence de responsables maliens, dignitaires coutumiers et religieux ainsi que de diplomates.
“Ce jour célèbre le remarquable et courageux travail que vous avez accompli pour recouvrer votre dignité”, a déclaré le représentant de l’Unesco, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, qui a conduit le projet, Lazare Eloundou.
Pour la population de Tombouctou, qui voue un grand respect aux saints décédés, considérés comme de grands humanistes, des érudits et des personnes pieuses, c’était un pan de la culture malienne qui a été détruit avec la démolition des mausolées.
“Il s’agit de remettre en activité ces monuments-là : que ceux qui avaient l’habitude de les fréquenter puissent revenir se recueillir dans ces mausolées”, a expliqué à l’AFP le directeur de cabinet du ministre malien de la Culture, Almamy Ibrahim Koreissi.
Afin de restaurer les monuments en reproduisant l’original, les restes des murs ont été récupérés. Les anciennes photos ont été consultées et, la tradition culturelle se transmettant généralement de bouche à oreille, des personnes âgées ont été interrogées avant et pendant les travaux.
– ‘Rempart de la ville’ –
Ancienne cité marchande prospère, Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l’islam. Selon l’Unesco, qui l’a classée au Patrimoine mondial de l’humanité en péril, elle compte “16 cimetières et mausolées qui étaient des composantes essentielles du système religieux dans la mesure où, selon la croyance populaire, ils étaient le rempart qui protégeait la ville de tous les dangers”.
Quatorze de ces mausolées de saints musulmans avaient été détruits par des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, qui ont dicté leur loi dans cette région de mars-avril 2012 jusqu’au déclenchement, en janvier 2013, d’une opération militaire internationale à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.
Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.
La réhabilitation des mausolées a été achevée sur le plan architectural en septembre 2015, le même mois que la première comparution devant la Cour pénale internationale (CPI) d’un suspect, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, membre d’Ansar Dine, accusé d’avoir dirigé les dégradations contre neuf mausolées et une mosquée.
La directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, qui avait indiqué lors de sa visite en juillet 2015 avoir saisi la CPI, a mis en garde contre les menaces qui demeurent, dans un message lu en son nom par Lazare Eloundou.
“Des difficultés persistent et les dangers n’ont pas disparu, nous le savons. Mais ces bâtiments debout sont la preuve irréfutable que l’unité est possible, que la paix est plus forte, que nous y sommes arrivés et que nous pouvons le refaire”, selon ce message.
Cette cérémonie “témoigne de la richesse spirituelle de cette ville qui est un phare pour la paix”, affirme Mme Bokova, “dans cet effort, nous avons reconstruit davantage que des monuments, nous avons tissé des liens d’amitié que rien ne pourra défaire”.
© 2016 AFP

2. Tombouctou: pour la première fois depuis 900 ans, une cérémonie resacralise des mausolées endommagés par des groupes armés
Centre d’actualités de l’ONU – 04.02.2016
Une cérémonie de sacralisation des mausolées de Tombouctou, au Mali, organisée pour la première fois depuis le XIème siècle, a eu lieu jeudi à l’initiative des communautés locales, dernière étape de la renaissance culturelle de Tombouctou après les destructions des mausolées par les groupes islamistes armés qui occupaient la ville en 2012.
« Ces mausolées sont de nouveau debout. Ils sont la preuve irréfutable que l’unité est possible, que la paix est plus forte; que nous y sommes arrivés et que nous pouvons le refaire », a déclaré la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO), Irina Bokova, dans un message adressé aux populations.
La cérémonie, organisée à la mosquée de Djingareyber, a débuté par un sacrifice d’animaux et la lecture de versets coraniques. Elle est destinée à invoquer la miséricorde divine pour asseoir la paix, la cohésion et la tranquillité. Elle s’est achevée par une Fatiha (sourate d’ouverture du Coran) prononcée par l’imam de la mosquée de Djingareyber. Ces rites religieux sont aussi l’expression du refus de l’intolérance, de l’extrémisme violent et du fondamentalisme religieux, qui ont contribué à détruire ces éléments du patrimoine mondial en 2012.
Lieux de pèlerinage au Mali et dans les pays limitrophes d’Afrique occidentale, les mausolées de Tombouctou étaient des composantes essentielles du système religieux dans la mesure où, selon la croyance populaire, ils étaient le rempart qui protégeait la ville de tous les dangers. Parmi ces mausolées, dont 16 sont inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, 14 ont été saccagés en 2012. Leur destruction a constitué une tragédie pour les communautés locales. L’importance de ces monuments a conduit le gouvernement malien à solliciter dès mai 2013 l’appui de partenaires extérieurs, notamment de l’UNESCO, en vue de leur reconstruction ainsi que la sauvegarde des manuscrits anciens. Lancée en mars 2014, la réhabilitation des 14 mausolées détruits par des groupes armés en 2012 a pris fin en juillet 2015.
un.org

3. EN IMAGES. Mausolées de Tombouctou: la renaissance
L’Express – 11/02/2016
Par Anne-Sophie Faivre Le Cadre

En avril 2015, un mausolée est reconstruit au cimetière des trois saints, à Tombouctou. Foto (c) AFP/Sébastien Rieussec

En avril 2015, un mausolée est reconstruit au cimetière des trois saints, à Tombouctou.
Foto (c) AFP/Sébastien Rieussec

La cité mythique de Tombouctou renaît de ses cendres après avoir été touchée au coeur par les forces armées islamistes qui ont détruit nombre de ses mausolées. Grâce au concours de l’Unesco, ces outrages ont pu être réparés, et la reconstruction des mausolées de la ville a été célébrée par une cérémonie le 4 février 2016.
Située aux portes du désert du Sahara, Tombouctou est l’une des villes d’Afrique dont le nom est le plus chargé d’histoire: la cité dite des „333 saints“ a vu le jour au Ve siècle et a connu son apogée culturelle et économique aux XVe et XVIe siècles. A cette époque, la cité malienne était un phare de diffusion des savoirs qui accueillait des milliers d’étudiants venus de toute l’Afrique pour recevoir les enseignements des Oulémas musulmans, savants éclairés dispensant des cours de philosophie, de médecine ou de mathématiques. …En lire (et voir) plus
© 2016 lexpress.fr

1. Das von Dschihadisten entstellte Timbuktu findet sein früheres Gesicht wieder
2016.02.05 um 08:30 Uhr – von Sébastien RIEUSSEC – AFP
Mehr als drei Jahre nach der Zerstörung der Mausoleen in Timbuktu von Dschihadisten, mit Spitzhacken, Hacken und Meißel, nahm die legendäre Stadt im Nordwesten von Mali am Donnerstag ihre rekonstruierten Schreine wieder in Besitz.
Im Namen des Kampfes gegen den “Götzendienst” hatte die malische Tuareg Dschihad-Gruppe Ansar Dine sie abgerissen. Mit einer heiligen Zeremonie, mit voller Lektüre des Koran und kollektivem Gebet endete die geduldige Arbeit des Wiederaufbaus, die sich auf die traditionellen Fähigkeiten der lokalen Maurer stützte.
“Es ist ein starkes Symbol für den Frieden”, begrüßte Sane Chirfi als Vertreter der für das Mausoleum Alpha Moya zuständigen Familie, einem der ersten von den Jihadisten mutwillig zerstörten Heiligtümer.
“Die Mausoleen sind Symbole des Versammelns, der Gruppierung, weil es unter den Heiligen in Timbuktu Heilige aller ethnischen Gruppen gibt”, sagte er.
Nach dem rituellen Opfer von fünf Ochsen früh am Morgen endete die Zeremonie in der Moschee von Djingareyber mit der Schlüsselübergabe an die Vertreter der für die Verwaltung der Mausoleen verantwortlichen Familien, alles in Gegenwart von malischen Beamten, regionalen und religiösen Würdenträgern und Diplomaten.
“Dieser Tag feiert die bemerkenswerte und mutige Arbeit, die Sie getan haben, um Ihre Würde wiederzuerlangen”, sagte der das Restaurationsprojekt leitende Vertreter der UNESCO, Lazarus Eloundou.
Für die Bevölkerung von Timbuktu, die die verstorbenen Heiligen, große Humanisten, Gelehrte und fromme Leute, in großem Respekt betrachtet, war es ein Stück der malischen Kultur, die mit dem Abriss der Mausoleen zerstört wurde.
“Es geht um die Reaktivierung dieser Denkmäler: diejenigen, die sich in diesen Mausoleen zu sammeln gewohnt waren, sollen zurückkehren können”, sagte gegenüber AFP der Stabschef des malischen Ministers für Kultur, Almamy Ibrahim Koreissi.
Zur Wiederherstellung der originalen Denkmäler sind Mauerreste geborgen worden. Alte Fotos wurden herangezogen, und, gemäß der kulturellen Tradition der mündlichen Übertragung, wurden vor und während des Baus die älteren Menschen befragt.
– “Bollwerk der Stadt” –
Die ehemalige wohlhabende Kaufmannsstadt Timbuktu war ein großes geistiges Zentrum des Islam. Laut UNESCO, die sie zum Weltkulturerbe in Gefahr erklärt hatte, gab es dort “16 Friedhöfe und Mausoleen, die wesentliche Bestandteile des religiösen Systems waren, und, nach der landläufigen Meinung, das Bollwerk der Stadt vor allen Gefahren. “
Vierzehn dieser Mausoleen der muslimischen Heiligen wurden von mit Al Qaida verbundenen Dschihad-Gruppen zerstört, die in dieser Region von März-April 2012 ihr Recht diktierten – bis zum Beginn einer von Frankreich initiierten internationalen Militäroperation im Januar 2013, welche immer noch im Gange ist.
Aber ganze Landstriche sind noch außerhalb der Kontrolle der malischen und ausländischen Truppen.
Die Sanierung von Mausoleen wurde architektonisch im September 2015 abgeschlossen., Im selben Monat erschien erstmals vor dem Internationalen Strafgerichtshof (ICC) ein Verdächtiger, Ahmad Al Faqi Al Mahdi, ein Mitglied der Ansar Dine, beschuldigt, den Abriss von einer Moschee und neun Mausoleen geführt zu haben.
Die Generaldirektorin der UNESCO Irina Bokova, der bei ihrem Besuch in Juli 2015 die Klage beim ICC angedeutet hatte, hat vor bleibenden Bedrohungen gewarnt, dies in einer in ihrem Namen von Lazare Eloundou verlesenen Nachricht.
“Die Schwierigkeiten bleiben und die Gefahren sind nicht verschwunden, das wissen wir. Aber diese Gebäude stellen den unwiderlegbaren Beweis, dass die Einheit möglich ist, der Frieden stärker ist, dass wir es schaffen und wir es wieder tun können”, entsprechend der Nachricht.
Diese Zeremonie “bezeugt den geistigen Reichtum dieser Stadt, die ein Leuchtfeuer für den Frieden ist”, sagte Frau Bokova. “Bei diesen Bemühungen haben wir mehr als Denkmäler rekonstruiert, wir haben Bande der Freundschaft geschmiedet, die nichts rückgängig machen kann”.
© 2016 AFP

2. Timbuktu: 900-year-old ceremony re-consecrates mausoleums destroyed by armed groups
un.org – 04.02.2016
A consecration ceremony of the Timbuktu mausoleums, last held in the 11th century, was celebrated today at the initiative of the local community, the final phase of the United Nations-backed cultural rebirth of the age-old Sahara city after the destruction wrought by radical Islamists in 2012.
“These mausoleums are now once again standing,” UN Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) Director-General Irina Bokova said in a message to the people of Mali, home to the city that was an economic, intellectual and spiritual capital and a centre for the diffusion of Islamic culture throughout Africa during its golden age in the 15th and 16th centuries.
“This is irrefutable proof that unity is possible and peace is even stronger than before. We did it and we can do it again,” she added.
The site was heavily destroyed by occupying Islamist extremists after fighting broke out in January 2012 between Government forces and Tuareg rebels.
Today’s ceremony at the Mosque of Djingareyber began in the early morning with the sacrifice of animals and reading of Quranic verses to invoke the divine mercy to provide peace, cohesion and tranquillity, and concluded with a Fatiha (prayers), rites representing the rejection of intolerance, violent extremism and religious fundamentalism. …Continue

Advertisements

Ein Gedanke zu “WELTKULTURERBE TIMBUKTUS: DIE MAUSOLEEN SIND RESTAURIERT – Mme Bukova de l’UNESCO: „Les mausolées de Tombouctou sont de nouveau debout.“

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s