WIEDER TOTE UND ENTFÜHRTE BEI ANGRIFFEN AUF GOUNDAM, LERE UND BINTAGOUNGOU, DIE DAS ALGIERABKOMMEN UNTERMINIEREN SOLLEN – Un mort et six personnes enlevées lors d’une attaque à Bintagoungou, après celles de Goundam et Léré

Ein Toter und sechs entführte Menschen bei einem Angriff im Norden Malis
AFP – 01/05/2015 à 22:30
Am Donnerstag wurde im Norden Malis eine Person getötet und sechs entführt bei einem Angriff, der der Rebellion zugeschrieben wird.

DEUTSCH (VON MIR VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DER KARTE

Mali: un mort et six personnes enlevées lors d’une attaque dans le Nord
AFP – 01/05/2015 à 22:30
Une personne a été tuée jeudi et six enlevées dans le nord du Mali lors d’une attaque attribuée à la rébellion à dominante touareg, a-t-on appris vendredi auprès d’un élu local, d’un habitant et de la force de l’ONU au Mali (Minusma).
Carte postale de Bintagoungou

„Plus de cinquante hommes armés de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion) sont venus jeudi semer la terreur à Bintagoungou. Ils ont tué un homme et pris en otage six autres personnes avec qui ils sont partis“, a déclaré à l’AFP Hama Aboubacrine, maire de cette localité à 90 km à l’ouest de Tombouctou, une des plus grandes villes du nord du Mali.
„Tout le monde se connaît ici. Ils (les assaillants) avaient le drapeau de la CMA“, a raconté le maire à l’AFP.
Selon lui, ces derniers ont en outre pillé une vingtaine de boutiques, un dispensaire et emporté deux véhicules.
Un habitant de Bintagoungou a confirmé ces propos à l’AFP, ajoutant que son père, un directeur d’école, faisait partie des otages emmenés pas les „rebelles touareg“.
„Effectivement, jeudi, des groupes armés ont terrorisé la population de Bintagoungou, tuant au moins une personne et prenant en otages d’autres“, a confirmé une source au sein de la Minusma, sans préciser l’identité des agresseurs.
Les responsables de la CMA étaient injoignables vendredi.
Bintagoungou est située à 55 km au nord de Goundam, une localité attaquée mercredi par les rebelles. Deux membres de la garde nationale – une composante de l’armée – et un enfant avaient été tués lors de cet assaut imputé à la CMA par l’ONU et le gouvernement malien.
Par ailleurs, „la tension restait vive dans la périphérie de Ménaka“ (nord-est) vendredi, selon une source au sein de la Minusma. Des groupes pro-Bamako se sont emparés lundi des positions de la CMA à Ménaka, ville proche de la frontière nigérienne.
Des combats meurtriers ont également opposé mercredi la rébellion et l’armée à Léré, près de la frontière mauritanienne. 
La médiation internationale, conduite par l’Algérie, estime „impératif que les parties retrouvent la voie du dialogue (…) en vue d’une signature prochaine de l’accord de paix prévue le 15 mai“ à Bamako, dans un communiqué de la Minusma publié vendredi.
Par ailleurs, elle exige „le retrait immédiat et sans condition des groupes armés occupant des positions en violation“ des accords de cessez-le-feu.
Ces déclarations interviennent au lendemain d’une réunion qui s’est tenue à Bamako en présence de représentants de l’Algérie, de l’Union africaine, de l’Union européenne, de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, de la France et des États-Unis. (…)
© 2015 AFP


Foto (c) AFP/K.Tian: Localisation de Goundam où des membres de la garde nationale et un enfant ont été tués
Lage von Goundam, wo Nationalgardisten und ein Kind getötet wurden

Ein Toter und sechs entführte Menschen bei einem Angriff im Norden Malis
AFP – 01/05/2015 à 22:30
Am Donnerstag wurde im Norden Malis eine Person getötet und sechs entführt bei einem Angriff, der der Rebellion zugeschrieben wird, erfuhr man am Freitag von einem lokalen Politiker, einem Bewohner und der UNO-Truppe in Mali (Minusma).
„Mehr als fünfzig bewaffnete Männer CMA (Koordination der Bewegungen des Azawad, Rebellion) kamen am Donnerstag nach Bintagoungou um Terror zu säen. Sie töteten einen Mann und entführten sechs andere Menschen, mit denen sie weggefahren sind“, sagte der AFP Hama Aboubacrine, Bürgermeister dieser Stadt 90 Kilometer westlich von Timbuktu.
„Jeder kennt hier jeden. Sie (die Angreifer) hatten die Flagge der CMA“, erzählte der Bürgermeister gegenüber AFP.
Wie er sagte, haben sie auch zwanzig Geschäfte und ein Gesundheitszentrum geplündert und zwei Fahrzeuge entwendet.
Ein Bewohner von Bintagoungou bestätigte diese Ausführungen und fügte hinzu, dass sein Vater, ein Schuldirektor, unter den Geiseln der „Tuareg-Rebellen“ war. (…)
Die Verantwortlichen der CMA waren am Montag nicht erreichbar.
Bintagoungou liegt 55 km nördlich von Goundam, einer Ortschaft, die am Mittwoch von den Rebellen angegriffen worden war. Zwei Mitglieder der Nationalgarde – die gehört zur Armee – und ein Kind wurden bei dem Angriff, der von den Vereinten Nationen und der malischen Regierung der CMA zugeschrieben wird, getötet.
Tödliche Kämpfe gab es am Mittwoch auch zwischen Rebellion und Armee in Léré in der Nähe der mauretanischen Grenze.
Außerdem „blieb die Spannung hoch am Stadtrand von Ménaka“ (Nordosten) am Freitag, nach einer Quelle innerhalb der Minusma. Pro-Bamako-Gruppen hatten am Montag Positionen der CMA in Ménaka, einer Stadt in der Nähe der Grenze zu Niger, in ihre Gewalt gebracht.
Die internationale Vermittlung unter der Leitung von Algerien hält es für „zwingend notwendig, dass die Parteien den Weg des Dialogs wiederfinden (…) laut einer Erklärung der Minusma vom Freitag.
Sie fordert auch „den sofortigen und bedingungslosen Rückzug der bewaffneten Gruppen, die Positionen in Verletzung“ der Waffenstillstandsvereinbarungen besetzen.
Diese Erklärungen kamen einen Tag nachdem ein Treffen in Bamako stattgefunden hatte, an dem Vertreter von Algerien, der Afrikanischen Union, der Europäischen Union, der Wirtschaftsgemeinschaft der Westafrikanische Staaten, von Frankreich und den Vereinigten Staaten teilnahmen. (…)
© 2015 AFP

Advertisements

Ein Gedanke zu “WIEDER TOTE UND ENTFÜHRTE BEI ANGRIFFEN AUF GOUNDAM, LERE UND BINTAGOUNGOU, DIE DAS ALGIERABKOMMEN UNTERMINIEREN SOLLEN – Un mort et six personnes enlevées lors d’une attaque à Bintagoungou, après celles de Goundam et Léré

  1. Und wieder ein Versuch der „Rebellion“ oder bewaffneter Banditen, die Paraphierung des Algierabkommens am 15. Mai zu torpedieren…

    Mali: plusieurs morts dans les combats à Ténenkou, selon gouvernement et armée
    AFP – 06.05.2015 à 00:00
    Un soldat malien et dix rebelles ont été tués mardi dans des combats à Ténenkou, dans la région de Mopti (centre du Mali), selon le gouvernement malien.
    (…)
    Mardi „vers 05H00 (heure locale et GMT), des bandits armés ont attaqué la ville de Ténenkou (…). Les forces armées et de sécurité du Mali ont riposté et repoussé les assaillants“ qui ont enregistré dans leurs rangs „dix morts et plusieurs blessés“ tandis que les militaires comptaient dans leur camp „un mort et trois blessés“, a affirmé le gouvernement dans un communiqué diffusé mardi soir. (…)
    Auparavant, l’état-major de l’armée à Mopti, chef-lieu de la région, avait fait état à l’AFP d’un soldat malien ainsi que de six rebelles tués.
    En milieu d’après-midi, l’armée contrôlait „totalement la situation sur le terrain“, avait-on indiqué de même source, évoquant également des véhicules saisis.

    Selon un élu local joint à Ténenkou (470 km au nord de Bamako), depuis la fin des combats, „un calme précaire“ règne dans la ville, dont les habitants craignaient de sortir „massivement dans les rues“.
    D’après lui, les assaillants „sont arrivés du côté nord de la ville“ où ils ont engagé la bataille avec l’armée. Ils seraient venus par la route qui mène à Léré (nord), près de la frontière mauritanienne, où des combats le 29 avril entre rébellion et armée ont fait, selon le ministère malien de la Défense, près de 20 morts (neuf militaires et dix rebelles) et une vingtaine de blessés.
    La CMA avait revendiqué avoir fait „une douzaine de prisonniers et plusieurs morts“ dans les rangs adverses, expliquant l’attaque de Léré par la prise le 27 avril de ses positions à Ménaka (nord), près de la frontière nigérienne, par des groupes armés favorables au gouvernement.
    Dans un bref communiqué diffusé dans l’après-midi, la CMA a de nouveau invoqué la „légitime défense“ contre les forces armées maliennes „et leurs milices affiliées“.
    Le 16 janvier, des combats entre jihadistes et soldats à Ténenkou avaient fait au moins deux morts parmi les militaires maliens.(…)
    © 2015 AFP

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s