GANZ SEGOU AUS DEM HÄUSCHEN BEIM 11. FESTIVAL AUF DEM NIGER – Une bonne affluence à la 11e edition du Festival sur le Niger

Festival sur le NigerDepuis sa première édition en 2005, le Festival sur le Niger est rapidement devenu un événement culturel majeur, d’une ampleur sans précédent au Mali, un véritable rendez-vous culturel annuel qui a lieu chaque début février à Ségou.
=> TOUT sur les concerts et les artistes musiciens
ALLES über die Konzerte und die Künstler

=> TOUT sur l’équipe du festival – ALLES über das Organisationsteam
1. Festival auf dem Niger: Startschuss für die 11. Auflage
Bamako Hebdo (maliweb) – 07.02.2015
Die Stadt der Balanzanbäume ist vom 04. bis 08. Februar Schauplatz der 11. Auflage des „Festival auf dem Niger.- Diese Auflage steht unter dem Zeichen des Neubeginns der sozio-ökonomischen Aktivitäten in Mali.
2. Die Rhythmen des Festivals von Ségou trotzen dem Klirren der Waffen
Ségou (AFP) – 07.02.2015
Das riesige Podium des Festivals von Ségou im Zentrum von Mali hat die Füße im Wasser des Niger. Für ein paar Tage lässt die Musik, die Besucher und Bewohner das Klirren der Waffen im Norden, ganz in der Nähe, vergessen.

DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM ORIGINAL

1. Festival sur le Niger : C’est parti pour la 11e édition
Bamako Hebdo (maliweb) – 07.02.2015
Par Zoumana Nayté, envoyé spécial à Segou
La cité des Balazan abritera du 04 au 08 février la 11e édition du „festival sur le Niger“. Cette édition est placée sous le signe de la reprise des activités socio économiques du Mali. Tout est bien parti.

Le podium du festival du Niger
Foto (c) maliweb: Le podium du festival du Niger
Das Podium des Niger-Festivals

Considéré comme l’un des plus grands festivals actuels du Mali, le festival sur le Niger fut ouvert le mercredi 4 février dans la cité des 4444 Balanzans au rythme de la situation socio-économique et culturelle du Mali. Le lancement s’est déroulé comme à l’accoutumé en présence des autorités politiques et administratives de la région, les représentants des institutions du Mali, les partenaires du festival et des milliers de festivaliers venus de part le monde.

Foto (c) maliweb: Une vue du presidium à la cérémonie d’ouverture. On reconnaît à gauche Mamou Daffé, le promoteur du Festival du Niger
Das Präsidium bei der Eröffnungsfeier. Links erkennt man Mamou Daffé, den Promoter des Niger-Festivals

Deux grands évènements l’ont essentiellement marqué, notamment l’ouverture de la foire artisanale et agricole internationale de Ségou qui a eu lieu dans l’après midi en présence des autorités nationales et régionales. Quant au festival, il a été déclaré ouvert dans la soirée au rythme des manifestations musicales.
Pendant cinq jours, les festivaliers suivront un programme bien garni, réparti entre différents sites de manifestions et des colloques sur les aspects culturels et historiques de Ségou et du Mali, sur les expositions d’oeuvres d’art, et l’agriculture. Plusieurs scènes de spectacles comme la scène Biton, Damonzon, la scène Ali Farka Touré, la scène de la Berge, accueilleront des artistes musiciens maliens et étrangers de renommer nationale et internationale. Parmi eux on peut noter les présences de Super Biton, l’orchestre mythique de Ségou, Néba SOLO, Safi Diabaté, la guest star : Oumou Sangaré, Fatoumata Diawara dite Sya Yatabaré, Cheick Tidiane Seck, Bassékou Kouyaté, Ben Zabo, des groupes étrangers comme Jam Session entre autre seront de la fête. Le Rap malien sera de la partie avec, Gaspi, Penzy, master Soumy, Iba One et Sidiki Diabaté. Une des particularités de cette édition sera la découverte de jeunes talents où les artistes comme Van Baxy, Mascad, Sankarankan et les frères Tandina vont être de la partie pour émerveiller les milliers de festivaliers.
Le Festival sur le Niger c’est aussi la sécurité. Un dispositif énorme et sans complexe de policiers, de la gendarmerie et des forces armées est mobilisé pour assurer tous les aspects sécuritaires du Festival et dissiper des psychoses terroristes qui à un moment avait fragilisé les engouements du festival. Ce qui vient à renforcer et persuader les festivaliers qui hésitent à se rendre à Ségou.
© 2015 Bamako Hebdo

2. Les rythmes du festival de Ségou défient le fracas des armes
Ségou (AFP) – 07.02.2015
Le podium géant installé au festival de Ségou, dans le centre du Mali, a les pieds dans le fleuve Niger. Pour quelques jours, la musique fait oublier aux visiteurs et aux habitants le fracas des armes dans le Nord tout proche.
„C’est un vrai régal. A cause de la crise dans le nord du Mali, plus aucun touriste étranger“ ne s’y aventure, explique Norbert, un jeune Belge venu du Burkina Faso, pays voisin du Mali.


Foto (c) slateafrique: Les pirogues du Niger ont de l’affluence
Die Boote auf dem Niger finden wieder Passagiere

Située aux marches du Nord où opèrent des groupes armés, Ségou, deuxième ville du Mali, en est devenue la destination la plus septentrionale accessible. „C’est pour cette raison que je suis venu“, ajoute Norbert, fredonnant de sa voix nasillarde les paroles du chanteur ghanéen sur scène.
Parmi les artistes à l’affiche: Oumou Sangaré, Salif Keita, Amadou et Mariam, le super Onze de Gao, le groupe touareg Amanar de Kidal, le Sahel Blues, mais également des musiciens venus de Paris, du Sénégal ou encore de Côte d’Ivoire.
La ville est aux couleurs du festival qui s’achève dimanche soir, avec des banderoles sur lesquelles on peut lire „Bienvenue au festival sur le fleuve Niger“ ou encore „Bonne arrivée pour le festival à Ségou, ville des surprises“.
„Ce festival sert également à relancer le tourisme au Mali“, souligne Nanténin Diarra, de l’office du tourisme de Ségou, évaluant l’affluence à „plusieurs milliers“ de personnes. „C’est presque le seul festival qui se tient au nord de Bamako et qui reçoit des visiteurs européens. A cause de la crise dans le Nord, les recettes de l’industrie touristique ont chuté de plus de 40%“, précise-t-elle.
Pour la première fois depuis des mois, les hôtels affichent complet.
Et sur les trois sites du festival, ou dans la ville, les artisans réalisent de bonnes affaires. Ils proposent masques dogons, coffrets en cuir, colliers, gourmettes, drapeaux français et malien cousus ensemble en allusion à l’opération militaire „Serval“, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui a chassé la majeure partie des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda contrôlant le Nord.
– Attaques à 200 km –
Les guides touristiques se frottent également les mains. Des touristes se laissent tenter par une grande balade sur le Niger. Et l’on voit alors des pirogues danser sur le fleuve. Au programme figure la visite d’un village de potiers situé à quelques kilomètres de Ségou.
Un couple de Français monte sur une pirogue, sous les acclamations de l’assistance qui les félicite de leur „courage“.
Au nord de la ville, un groupe de touristes français en bermuda marche. Très discrètement, des policiers en civil les suivent.
„Nous sommes là pour assurer la sécurité des touristes. Mais par définition, le touriste apprécie la liberté. C’est donc pour cela que nous sommes très discrets“, explique un policier.
Outre des policiers habillés en civil, des militaires maliens patrouillent dans la région, écumée en janvier par des jihadistes qui ont attaqué des localités situées à 200 km de là.
Parmi les festivaliers figurent des diplomates de la représentation de l’Union européenne (UE) au Mali, qui soutient la manifestation par un financement de 60.000 euros, dont le chef de la délégation, l’ambassadeur Richard Zink.
„C’est très important de venir ici pour encourager la reprise. L’Union européenne est convaincue que le développement économique du Mali est une condition importante pour atteindre un Mali en paix et prospère“ a-t-il déclaré à l’AFP.
Outre l’aspect festif, plusieurs conférences et débats sur la culture et son rôle dans le retour de la paix dans le Nord se déroulent dans la cité des balazans, du nom des arbres qui pullulent dans la ville.
„Le +cousinage à plaisanterie+ et la coexistence pacifique“, un sketch joué en plein air, en référence à une pratique sociale ouest-africaine qui permet de désamorcer par le rire les tensions interethniques, a beaucoup ému le public.
„C’est très important de réconcilier les Mali. Le Mali de Gao, de Kidal, de Bamako“, commente Hamadoun Diakité, professeur de philosophie. „Nous devons cultiver le vivre ensemble“.
© 2015 AFP

3. Merci Amadou Toumani Touré
Bamako (Le Reporter) – 11 Février 2015
Le festival sur le Niger vient de s’achever à Ségou. Cette année, il s’est passé sans accident meurtrier ; tout le monde est parti et revenu en bonne santé. Cela grâce à l’état de la route, pour ne pas dire la nouvelle route Bamako-Ségou, un projet du président Amadou Toumani Touré.
Hé oui, pendant le festival, personne n’a parlé de la nouvelle route encore moins remercié le soldat de la démocratie qui est à l’origine de cette route. C’est pourquoi les jeunes de Ségou lui ont dit merci lors d’une soirée dansante au Mobasso ; une soirée organisée en marge du festival sur le Niger.
Tous les jeunes ont dit merci à ATT pour la route, même si les autorités n’ont rien dit pendant tout le festival. En outre, les chauffeurs de cars et autres voitures venus cette année au festival ont tous dit merci au général qui se trouve actuellement à Dakar. Qui souhaite d’ailleurs revenir au Mali.
(…)
Élimination
Chaque année, le secrétariat exécutif de lutte contre le VIH Sida est au rendez-vous du festival sur le Niger. Depuis 11 ans, Malick Sène et son staff sensibilisent les festivaliers. La 11ème édition du festival sur le Niger n’a pas été oubliée. Après avoir fait l’historique du Sida dans le monde et au Mali, il dira qu’à partir de cette année 2015, le Mali va s’engager dans l’élimination du Sida qui est différent de son éradication.
Car plusieurs malades sont encore sous traitement. Mais il s’agit d’abord de connaître le statut de chaque Malien. Pour lui, les 15 ans à venir seront mis à profit pour faire cette lutte. Parlant du financement, il fera savoir qu’après l’incident avec le Fonds mondial, ce qui est important, c’est que le Mali devient gestionnaire de son argent au lieu de rester sous tutelle des ONG internationales, qui ne peuvent pas faire le travail à la place des Maliens. Surtout que le Fonds mondial ne reproche rien au Mali, à qui il a même présenté des excuses.
N’Tola Sarama
C’est un nouveau concept, une histoire de passion et de partage, une idée originale de Moctar Sow. Il est ancien footballeur et président de l’association N’Tola Sarama, un concept présenté aux journalistes lors de la 11ème édition du festival sur le Niger. Pour lui, c’est un prétexte pour le développement de l’esprit citoyen, d’un corps sain dans un environnement sain. Il s’agit surtout de faire jouer des enfants, jeunes, adultes et vieux sur le petit terrain de football, tennis-ballon, comme cela se fait au Brésil.
Sauf qu’ici, Moctar Sow l’associe à la lutte contre le sida, avec un usage des logos et autres supports de la lutte contre le sida, afin de sensibiliser les joueurs dans la lutte contre le sida, surtout permettre aux pratiquants d’avoir un corps sain. Ce jeu contre le Sida est avant tout un sport très prisé dans le monde, en particulier, dans les pays de l’Est et au Brésil. Les joueurs y perfectionnent leurs techniques individuelles par ce jeu créatif et spectaculaire.
Le festival «compris»
Très hostiles aux premières éditions du festival sur le Niger, les Ségoviens ont compris que la grande rencontre culturelle est une aubaine pour tout Ségou.
Pendant le festival, chacun essaye de faire quelque chose : les taximen, les charretiers, les motos-taxis, les vendeurs de beignets, d’arachides, les gargotes, tout le monde se prépare. Sauf que pendant cette 11ème édition, tout était devenu cher à Ségou. Et même quand on requérait les services d’un jeune garçon pour une course, celui-ci s’attendait à quelque chose. Rien n’était donc gratuit à Ségou pendant le festival !
Par ailleurs, cette année, le festival s’est «nationalisé» car la plupart des participants étaient des nationaux. Le plus gros contingent d’Européens est venu des Pays-Bas, lequel pays finance le festival depuis son début. Aussi, plusieurs participants ont déploré la programmation musicale et les animateurs des soirées qui n’ont pas été du tout à la hauteur.
37 millions Fcfa pour le FSN
Le Festival sur le Niger s’est déroulé du 4 au 8 février 2015 à Ségou, la Cité des Balanzans. Cette 11ème édition a été soutenue par l’Union européenne à hauteur de près de 37. 370. 000 millions de Fcfa (60. 000 euros) à travers le Projet «Appui au Développement de l’Economie Régionale» du Festival sur le Niger.
L’objectif du projet est de promouvoir l’économie régionale à travers la foire artisanale et agricole et de contribuer à la préservation du patrimoine culturel régional. L’ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Richard Zink, a déclaré que «l’Union européenne est convaincue que le développement économique du pays est une condition importante pour atteindre un Mali en paix et prospère.
C’est pour cette raison qu’elle continuera à soutenir le développement du Mali, au profit de l’ensemble des Maliens, par son engagement notamment dans les domaines de la décentralisation, des routes, du développement rural, de la sécurité, de la justice et bientôt de l’éducation».
© 2015 Le Reporter

=>Voici la page facebook et la collection des photos du Festival
=> Pour en savoir plus, le site web

1. Festival auf dem Niger: Startschuss für die 11. Auflage
Bamako Hebdo (maliweb) – 07.02.2015
Von Zoumana Nayté, Sonderkorrespondent in Ségou
Die Stadt der Balanzanbäume ist vom 04. bis 08. Februar Schauplatz der 11. Auflage des „Festival auf dem Niger.- Diese Auflage steht unter dem Zeichen des Neubeginns der sozio-ökonomischen Aktivitäten in Mali. Alles ist auf dem richtigen Weg.
Es gilt als eines der größten aktuellen Festivals in Mali. Das Festival auf dem Niger wurde am Mittwoch, dem 4. Februar in der Stadt der 4444 Balanzan eröffnet. Der Start fand wie üblich statt in Gegenwart von politischen und administrativen Autoritäten der Region, Vertretern der malischen Institutionen, Partnern des Festivals und Tausenden von Festivalbesuchern aus der ganzen Welt.
Zwei wichtige Ereignisse haben den Tag im Wesentlichen geprägt, darunter die Eröffnung der Internationalen Handwerks- und Landwirtschaftsmesse von Ségou am Nachmittag in Anwesenheit von nationalen und regionalen Behörden. Das Festival wurde am Abend im Rhythmus der Musikveranstaltungen für eröffnet erklärt.
Fünf Tage lang wird den Besuchern ein gut bestücktes Programm, aufgeteilt zwischen verschiedenen Standorten für Veranstaltungen und Kolloquien über kulturelle und historische Aspekte von Ségou und von Mali, über die Kunstausstellungen, und über die Landwirtschaft geboten. Mehrere Showbühnen wie die Biton-Bühne, die Damonzon-Bühne, die Ali Farka Touré Bühne, die Uferbühne, werden Künstler aus Mali und dem Ausland von nationalem und internationalem Renommee empfangen. Unter ihnen können wir Super-Biton, die mythische Band von Ségou, Néba Solo, Safi Diabaté, den Stargast Oumou Sangaré, Fatoumata Diawara genannt Sya Yatabaré, Cheick Tidiane Seck, Bassékou Kouyaté, Ben Zabo, ausländische Gruppen wie Jam Session begrüßen. Der malische Rap wird mit von der Partie sein mit Gaspi, Penzy, Master Soumy, Iba One und Sidiki Diabaté. Ein Merkmal dieser Auflage wird die Entdeckung junger Talente sein, wo Künstler wie Van Baxy, Mascad, Sankarankan und die Tandina Brüder dabei sein werden, um Tausende von Festivalbesuchern zu begeistern.
Das Festival auf dem Niger, das heißt auch Sicherheit. Eine riesiges Polizeiaufgebot, der Gendarmerie und der Streitkräfte ist mobilisiert, um alle Sicherheitsaspekte des Festivals zu gewährleisten und Terrorängste zu zerstreuen, die zeitweise die Beliebtheit des Festivals beeinträchtigt hatten. Das stärkt und überzeugt die Festivalbesucher, die zögern, nach Ségou zu fahren.
© 2015 Bamako Hebdo

2. Die Rhythmen des Festivals von Ségou trotzen dem Klirren der Waffen
Ségou (AFP) – 07.02.2015
Das riesige Podium des Festivals von Ségou im Zentrum von Mali hat die Füße im Wasser des Niger. Für ein paar Tage lässt die Musik, die Besucher und Bewohner das Klirren der Waffen im Norden, ganz in der Nähe, vergessen.
„Das ist ein echter Leckerbissen. Aufgrund der Krise im Norden Malis, wagt sich kein ausländischer Tourist mehr“ dorthin, so Norbert, ein junger Belgier, der aus Burkina Faso, einem Nachbarland Malis, gekommen ist.
Am Eingang des Nordens gelegen, wo bewaffnete Gruppen operieren, ist Ségou, die zweitgrößte Stadt in Mali, das nördlichste Ziel geworden, das zu erreichen ist. „Deshalb bin ich gekommen“, sagt Norbert und summt mit seiner nasalen Stimme die Worte des ghanaischen Sängerin auf der Bühne.
Unter den Künstlern auf dem Plakat: Oumou Sangaré, Salif Keïta, Amadou & Mariam, die Super Onze de Gao, die Tuareg-Gruppe Amanar aus Kidal, Sahel-Blues, aber auch Musiker aus Paris, Senegal oder der Elfenbeinküste.
Die Stadt strahlt in den Farben des Festivals, das am Sonntagabend endet, mit Transparenten, auf denen zu lesen ist „Willkommen zum Festival auf dem Niger“, oder auch „Gute Ankunft in Ségou, der Stadt der Überraschungen“.
„Dies Festival dient auch dazu, den Tourismus in Mali wieder anzukurbeln“, unterstreicht Nanténin Diarra, vom Verkehrsverein von Ségou, und schätzt die Zahl der Besucher auf „mehrere tausend“. „Das ist fast das einzige Festival nördlich von Bamako, das auch europäische Besucher hat. Wegen der Krise im Norden fielen die Einnahmen der Tourismusindustrie um mehr als 40%“, präzisiert sie.
Zum ersten Mal seit Monaten sind die Hotels ausgebucht.
Und auf den drei Festival-Websites oder in der Stadt machen die Handwerker gute Geschäfte. Sie bieten Dogon-Masken an, Leder-Koffer, Halsketten, Armbänder, französische und malische Fahnen zusammengenäht in Anspielung auf die Militäroperation „Serval“, im Januar 2013 auf Initiative von Frankreich gestartet, die die meisten mit Al-Qaïda verbündeten Dschihadistengruppen …vertrieben.
– Angriffe in 200 km Entfernung –
Die Touristenführer können sich auch die Hände reiben. Touristen lassen sich zu einer großen Spazierfahrt auf dem Niger verführen. Und dann sieht man wieder Pirogen auf dem Fluss tanzen. Auf dem Programm: der Besuch eines Töpferdorfs nur wenige Kilometer von Ségou entfernt.
Ein französisches Paar steigt in ein Boot, unter dem Jubel des Publikums, das ihnen zu ihrem „Mut“ gratuliert.
Im Norden der Stadt marschiert eine Gruppe von französischen Touristen in Shorts. Sehr diskret folgen ihnen Polizisten in Zivil.
„Wir sind da, um die Sicherheit der Touristen zu gewährleisten. Aber definitionsgemäß schätzt der Tourist die Freiheit. Darum sind wir also sehr diskret“, erklärt ein Polizeibeamter.
Neben Polizisten in Zivil patrouillieren malische Militärs in der Gegend, aufgemischt im Januar von Dschihadisten, die Ortschaften in 200 km Entfernung angegriffen haben.
Unter den Festivalbesuchern sind auch Diplomaten aus der Vertretung der Europäischen Union (EU) in Mali, die die Veranstaltung mit 60.000 € unterstützt, darunter der Leiter der Delegation, Botschafter Richard Zink.
„Es ist sehr wichtig hierher zu kommen, um den Aufschwung zu fördern. Die Europäische Union ist überzeugt, dass die wirtschaftliche Entwicklung Malis eine wichtige Voraussetzung ist, um ein friedliches und prosperierendes Mali zu erreichen“, sagte er gegenüber AFP.
Neben dem festlichen Aspekt finden in der Stadt mehrere Konferenzen und Debatten über die Kultur und ihre Rolle bei der Wiederherstellung des Friedens im Norden statt, der Stadt der Balanzans nach den Bäumen benannt, die in der Stadt im Überfluss wachsen.
„Die +Scherzverwandtschaft+ und die friedliche Koexistenz“, ein Sketch im Freien gespielt, in Bezug auf eine westafrikanische soziale Praxis, die durch das Lachen ethnische Spannungen entschärfen kann, bewegte das Publikum sehr.
„Es ist sehr wichtig, Mali wieder zu versöhnen. Das Mali von Gao, von Kidal, von Bamako“, kommentiert Hamadoun Diakité, Philosophieprofessor. „Wir müssen das Zusammenleben pflegen.“
© 2015 AFP

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s