ALGERIEN UND NIGERIA IM ACHTELFINALE (ZEITPLAN) – Mondial: l’Algérie, en huitièmes et dans l’histoire (et le tableau)

Übernahme aus Afrikanews Archiv

1. Algerien – Russland 1:1 – Algerien fordert Löw-Team im Achtelfinale
27.06.2014 http://www.sportschau.de/fifawm2014/
Algerien heißt der Achtelfinal-Gegner des deutschen Teams. Im „Endspiel“ der Gruppe H reichte den Nordafrikanern eine enorme Leistungssteigerung im zweiten Abschnitt zum erforderlichen Remis gegen Russland.
2. Deutschlands nächster WM-Gegner Algerien: Eine Frage der Ehre
Stand: 27.06.2014 12:07 Uhr http://www.tagesschau.de/sport/
Sie sind eines der Überraschungsteams der WM: Die „Wüstenfüchse“ aus Algerien. Im Achtelfinale trifft die Mannschaft um ihren Star Sofiane Feghouli auf Deutschland. Dabei geht es – wie immer, wenn Algerien antritt – um die Ehre der ganzen Nation.

DEUTSCHE ARTIKEL WEITER UNTER DEN UNTEREN FOTOS

VIDEO:
2* Highlights, Tore, Goals http://www.sportschau.de/fifawm2014/video/videoalgeriengegenrusslanddiehoehepunkte100.html
http://www.zdf.de/ZDFmediathek/beitrag/video/2181370
LIVE-TICKER DE, LIVEBLOG FR
http://www1.sportschau.de/sportschau_specials/layout/php/ticker/index.phtml?tid=2399&event=13307
http://www.rfi.fr/afrique-foot/20140626-algerie-russie-halilhodzic-coupe-monde-2014-bresil-curitiba-slimani-capello/
CM 2014 : LE TABLEAU DES 8EMES DE FINALE
(horaires GMT)
– Samedi 28 juin
Brésil-Chili, 16H, Belo Horizonte
Colombie-Uruguay, 20H, Rio de Janeiro

– Dimanche 29 juin
Pays Bas-Mexique, 16H, Fortaleza
Costa Rica – Grèce, 20H, Recife

– Lundi 30 juin
France-Nigeria, 16H, Brasilia
Allemagne-Algérie, 20H, Porto Alegre

– Mardi 1er juillet
Argentine – Suisse, 16H, Sao Paulo
Belgique – Etats Unis, 20H, Salvador

=> MORE FUßBALL – FOOTBALL in AFRIKANEWS ARCHIV

1. L’Algérie en 8e de finale : historique !
par Farid Achache 27.06.2014 http://www.rfi.fr/afrique-foot/
Les Fennecs ont réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale après un match nul face à la Russie jeudi 26 juin à Curitiba (1-1). Alors que les Russes avaient ouvert le score très rapidement, Islam Slimani a égalisé en seconde période. Pour leur quatrième participation à un Mondial, les Fennecs goûteront pour la première fois au second tour.

L'attaquant algérien Islam Slimani (blanc d)) marque contre la Russie au Mondial, le 26 juin 2014 à
Ausgleichstor von Slimani (r)
L’attaquant algérien Islam Slimani (blanc d)) marque contre la Russie au Mondial, le 26 juin 2014 à Curitiba
afp.com –

De notre envoyé spécial à Curitiba,
On avait laissé les Fennecs sur une victoire historique à Porto Alegre face aux Coréens (4-2), avec le plus grand nombre de buts pour une équipe africaine en Coupe du monde. Elle avait mis fin à trente-deux années de disette. On les a retrouvés à Curitiba pour une nouvelle page d’histoire : une première qualification pour le second tour d’un Mondial.
L’Algérie mal partie…
Sauf que ce fut une souffrance aussi bien pour les Algériens présents dans les tribunes que pour les joueurs sur le terrain. Islam Slimani, double buteur lors de ce Mondial, restera un héros pour toujours.
« Au départ de la Coupe du monde, mon équipe n’avait rien à perdre et maintenant on a quelque chose à perdre », avait déclaré le sélectionneur, Vahid Halilhodzic, la veille de cette rencontre fatidique. Et les Fennecs ont bien mal débuté la partie. Dès la 6e minute, la Russie fait taire tout le public algérien de l’Arena Da Baixada. La défense des Fennecs est encore une fois approximative. Sur le côté gauche, Kombarov délivre un centre parfait qui profite à Alexander Kokorin qui place une tête. Le ballon file dans la lucarne. Essaïd Belkalem, préféré à Madjid Bougherra, et Rafik Halliche n’arrivant pas à se coordonner.
« La Russie a beaucoup plus l’expérience de ce type de matches que l’Algérie. Pour nous ce sera difficile. Ils sont très bien préparés physiquement et tactiquement », avait prévenu Vahid Halilhodzic. Mais la roue a fini par tourner pour les Fennecs, qui avaient vécu une humiliation en 1982, après un match arrangé entre l’Allemagne et l’Autriche.
Slimani délivre les siens
Avec une possession de balle un peu supérieure (53%), la Russie menait à la pause (1-0). Les hommes de Fabio Capello, ancien sélectionneur de l’Angleterre, n’avaient eux non plus jamais goûté à un huitième de finale dans un Mondial. Et tout était permis. Car à part un tir de Djamel Mesbah bien servi par Yacine Brahimi, les Fennecs n’avaient pas réussi à faire douter les Russes en première période (27e). Les « One Two Three Viva l’Algérie » du public n’y faisaient rien. Sur le deuxième corner tiré par Sofiane Feghouli, la tête puissante d’Islam Slimani n’arrivait pas à tromper le gardien russe (43e).
Et c’est finalement Islam Slimani qui délivre les siens à la 60e minute sur un coup franc de Brahimi. La Russie, qui a gagné ses deux seuls matches de Coupe du Monde face à des adversaires africains (6-1 contre le Cameroun en 1994 et 2-0 face à la Tunisie en 2002), n’ira pas au second tour.
Pour l’Algérie, ce sera certainement une belle revanche face à l’Allemagne le 30 juin à Porto Alegre. Et peu importe le résultat face à la Mannschaft, le Mondial des Algériens au Brésil est déjà une réussite. Malgré toutes les critiques, Vahid Halilhodzic a remporté son pari. Pendant plusieurs minutes, Coach Vahid est resté sur la pelouse pour saluer les supporters et embrasser tout son staff et ses joueurs.

2. Mondial: l’Algérie, en huitièmes et dans l’histoire
Curitiba (Brésil) (AFP) – 26.06.2014 22:19
L’Algérie a enfin concrétisé son rêve d’accéder pour la première fois aux huitièmes de finale d’une Coupe du monde en arrachant le nul contre la Russie (1-1) jeudi à Curitiba, grâce à un coup de tête d’Islam Slimani synonyme de délivrance.
Trente-deux ans après le crève-coeur de 1982, les Fennecs ont réécrit l’histoire: pour leur quatrième participation au Mondial, les voilà invités dans le top 16 mondial en tant que deuxièmes (4 points) du groupe H derrière la Belgique (9 points).
Généreux et combatifs, les hommes de Vahid Halilhodzic ont réalisé ce que la génération 1982 n’avait pu réussir en raison du fameux „match de la honte“, où Allemagne et Autriche avaient livré un non-match (1-0) qui les qualifiait toutes les deux aux dépens de l’Algérie.
Jeudi, il fallait voir les visages rayonnants, la communion entre les joueurs et leurs nombreux supporteurs à l’Arena da Baixada, pour mesurer l’ampleur de l’exploit. Certes, les Algériens n’ont encore rien gagné, mais ils ont obtenu le droit de disputer la semaine prochaine un huitième de finale contre l’Allemagne à haute valeur symbolique, 32 ans après.
Pour cela, il leur a valu forcer le verrou d’une équipe russe parfaitement organisée et très dangereuse en contre.
Sans doute pour apporter plus de mobilité à sa défense, Halilhodzic avait choisi de se passer de son défenseur central et capitaine Madjid Bougherra (31 ans) au profit du jeune Esseid Belkalem (25 ans), titulaire dans l’axe.
Mais c’était un gros risque et les automatismes n’étaient pas au point: sur la première vraie occasion russe, le latéral gauche Dmitry Kombarov a déboulé dans son couloir délaissé par un Sofiane Feghouli temporairement sorti sur saignement. Et le défenseur a adressé un joli centre que Kokorin, s’élevant seul au milieu de trois adversaires plutôt passifs, a catapulté au fond (6).
– Slimani la tête, Mbolhi les gants –
Ce but précoce a récompensé un début de match très intense de la part des Russes, qui ont ensuite déployé leur belle organisation défensive, avec des lignes très resserrées et un seul attaquant en pointe.
Cette stratégie leur a permis d’aspirer les Algériens pour tenter de faire le break: Kokorin, d’une nouvelle tête pas assez appuyée (19), ou Oleg Shatov, d’une frappe au ras du cadre (26) auraient pu forcer la décision.
Et quand Samedov s’est présenté seul face au gardien Raïs Mbolhi juste après la pause, ce dernier a bien fermé l’angle et entretenu les espoirs de l’Algérie (47).
De leur côté, les Fennecs ont passé une heure à tenter de contourner la muraille russe.
Que ce soit le remuant Abdelmoumene Djabou sur l’aile gauche ou bien le duo Brahimi-Feghouli, les Algériens étaient nettement plus vifs et plus techniques que les Russes dans les 30 derniers mètres.
Mais ils n’ont jamais réussi à percer le bloc adverse, mis à part sur coups de pied arrêtés où l’envergure d’Islam Slimani s’est montrée précieuse (30, 43).
C’était clairement la clé, tant la défense russe se montrait fébrile sur ces phases arrêtées. Et juste à l’heure de jeu, sur un coup franc proche du poteau de corner, Brahimi a trouvé la tête de Slimani qui a marqué et enflammé le camp algérien (60).
Pour les Fennecs, il a alors fallu subir. Toute l’Algérie a tremblé quand Kerzhakov a eu la balle du 2-1 qui aurait qualifié les Russes mais a buté sur un Mbolhi à nouveau impérial (70). Ou bien quand Kozlov a expédié une tête juste à côté (90).
Au coup de sifflet final, on a vu les joueurs algériens exploser de joie, courir en tous sens et s’étreindre à n’en plus finir. C’était, de toute évidence, la fin d’une longue attente.
© 2014 AFP

3. Les Fennecs à jamais dans l’histoire du football
par Farid Achache 27.06.2014 http://www.rfi.fr/afrique-foot/
Une soirée au goût de victoire, puisqu’elle leur ouvre, pour la toute première fois, les portes d’un tableau final de Coupe du monde. Lundi, les fennecs se frotteront à l’Allemagne, auteure, il y a 32 ans, du « match de la honte ».
De notre envoyé spécial à Curitiba,
Curitiba, Brésil, un 26 juin 2014. A Alger, Paris ou ailleurs, les Algériens du monde entier se souviendront de cette rencontre électrique face à la Russie. Une confrontation cruelle quoi qu’il dût arriver, puisque les deux équipes rêvaient de vivre le premier huitième de finale de Coupe du monde de leur histoire, et qu’il n’y avait qu’une seule place à prendre.
« On a les meilleurs supporters du monde »
Ce sont finalement les joueurs algériens qui ont décroché le gros lot. Sur la pelouse, en compagnie du sélectionneur « Vahid », ils sont restés un moment à saluer le public après leur exploit. Sofiane Feghouli s’est étendu dans l’herbe, la tête bandée suite à un choc. Il avait les larmes aux yeux. « On a les meilleurs supporters du monde et c’est aussi grâce à eux que l’on est passé ! » Son pays tient son grand fait d’armes.
Dans les gradins du stade de Curitiba, le public algérien a tremblé, crié, chanté et finalement hurlé sa joie. Une joie obtenue après trois participations au Mondial, dont une édition 2010 assez triste en Afrique du Sud. Ceux qui avaient mis toutes leurs économies pour se déplacer au Brésil ne doivent donc pas le regretter. Comme cette famille rencontrée dans la matinée avant le match dans les rues de Curitiba, et qui tentait de tuer les heures d’attente.
Madjid Bougherra, qui n’a pas joué face aux Russes, n’a pas non plus boudé son plaisir. « J’ai vécu une soirée magique. Pour l’équipe nationale, c’est une énorme fierté. J’étais sur le banc et c’était très stressant », raconte celui que l’on surnomme « Magic Madjid ». Il avait qualifié les Verts pour le Brésil face au Burkina Faso le 19 novembre dernier. « Faire partie de l’histoire, c’est juste extraordinaire », avoue-t-il.
Après dix années passées avec les Fennecs, le joueur de Lekhwiya (Qatar) va pouvoir, à l’issue de ce Mondial, prendre sa retraite internationale en toute quiétude. « Finir comme ça… »
Halilhodzic : « J’imagine très bien ce qui se passe en ce moment en Algérie »
Si Bougherra terminera, quoi qu’il arrive désormais, son parcours en beauté, d’autres, arrivés sur la pointe des pieds dans l’équipe, affichent un sourire malicieux. Comme Aïssa Mandi, 22 ans, troisième match avec les Fennecs et première Coupe du monde. « C’est notre exploit. On va savourer un peu avant de penser à la suite », confie le joueur de Reims.
Formé au FC Sochaux, Liassine Kadamuro a quant à lui vécu ses débuts en Vert en 2012. Il a choisi le pays de sa mère, son père étant né en Italie. Le défenseur de la Real Sociedad, qui n’a pas oublié de rappeler les critiques vécues après le match face à la Belgique, veut désormais saluer le peuple algérien. « On dédie cette victoire à tous ceux qui nous ont soutenus dans notre pays », lance-t-il avec son accent toulousain.
Une histoire de revenche
« C’est une joie inexplicable et immense. Comme entraîneur, je suis fier de ce que j’ai fait », lance ensuite Vahid Halilhodzic, qui continue : « J’imagine très bien ce qui peut se passer en ce moment en Algérie. » Après avoir eu des relations très tendues avec le président de la Fédération et la presse algérienne, « coach Vahid » est désormais, lui aussi, le héros des Verts. Un héros qui a toujours été soutenu par le public algérien. « Il faut maintenant se reposer. Ce soir, c’est ma revanche. J’ai gagné une bataille personnelle pour un pays qui attend cela depuis son indépendance. » Les trentes dernières minutes ont dû lui paraîtrer une érernité.
Désormais, les joueurs algériens ont eux aussi l’opportunité de prendre une revanche sur l’histoire. Trente-deux ans après le match gagné face aux Allemands de l’Ouest en Espagne, prouesse qui avait été suivie du « match de la honte » entre Allemands et Autrichiens – un pacte de non-agression voilé qui allait priver l’Algérie de qualification -, les Fennecs tenteront de remettre le couvert, lundi 30 juin, en plein Ramadan, contre l’Allemagne.

Revivez ce match en images
Bilder dieser Partie
http://www.rfi.fr/afrique-foot/20140626-algerie-russie-images/
http://www.sportschau.de/fifawm2014/nachrichten/bilder-vom-spiel-algerien-russland102.html

sofiane feghouli dpaLe sélectionneur de l'Algérie Vahid Halilhodzic et ses joueurs, au moment de fêter la qualification Abdelmoumene Djabousofiane feghouli dpa
Le sélectionneur de l’Algérie Vahid Halilhodzic et ses joueurs, au moment de fêter la qualification historique des Fennecs pour les huitièmes de finale du Mondial brésilien, le 26 juin 2014. REUTERS/Damir Sagolj
Abdelmoumene Djabou peut sauter de joie. L’Algérie est en huitièmes de finale pour la première fois. REUTERS/Murad Sezer

Algerien – Russland 1:1 – Algerien fordert Löw-Team im Achtelfinale
27.06.2014 http://www.sportschau.de/fifawm2014/
Algerien heißt der Achtelfinal-Gegner des deutschen Teams. Im „Endspiel“ der Gruppe H reichte den Nordafrikanern eine enorme Leistungssteigerung im zweiten Abschnitt zum erforderlichen Remis gegen Russland.
Beim 1:1 (0:1) der Algerier gegen Russland beeindruckten die Nordafrikaner mit einer enormen Steigerung in der zweiten Hälfte. Nachdem das russische Team mit entschlossener Leistung den ersten Abschnitt dominiert hatte und durch Alexander Kokorin (6.) verdient mit 1:0 in Führung gegangen war, schlugen die „Wüstenfüchse“ im zweiten Abschnitt zurück. Islam Slimani gelang in der 60. Minute der Ausgleich zum 1:1, als er einen Fehler von Russlands Keeper Igor Akinfejew per Kopfball nutzte.
Das Unentschieden reichte den Algeriern (4 Punkte) hinter Belgien (9) zu Rang zwei, damit trifft das Team des bosnischen Coaches Vahid Halilhodzic am Montag (30.06.14) in Porto Alegre um 22.00 Uhr MEZ im Achtelfinale auf Deutschland. Ein riesiger Erfolg für das größte Land des afrikanischen Kontinents: Algerien hat zum ersten Mal überhaupt ein WM-Achtelfinale erreicht.
„Außergewöhnlich, was heute passiert ist“
Mittelfeldspieler Nabil Bentaleb war nach dem Spiel einfach nur glücklich: „Außergewöhnlich, was heute passiert ist. Wir haben alle an uns geglaubt und nicht aufgegeben. Wir sind eine Mannschaft aus Teamplayern, das macht uns stark. Gegen Deutschland wird es hart. Die spielen gut und sind kompakt. Aber jetzt feiern wir erst einmal.“ Russlands Coach Fabio Capello haderte: „Ich bin enttäuscht. Ich rede nicht gerne über die Schiedsrichter, aber es wurde wieder ein Elfmeter nicht gegeben. Ich verstehe es nicht. Warum sind alle Schiedsrichter gegen uns?“
Russland mit starker erster Hälfte
Mit dem Anpfiff machte das russische Team allerdings erst einmal deutlich, dass es an diesem Donnerstag seine ersten beiden eher schwachen Auftritte dieser WM vergessen machen wollte. Giftig in den Zweikämpfen, die algerischen Verteidiger schon in deren Aufbauspiel störend, erarbeitete sich das Team gleich eine deutliche Feldüberlegenheit. Und es ging vor allem auch für die Russen endlich zielstrebig nach vorn. Was schon in der 6. Minute fruchtete. Außenverteidiger Dimitri Kombarow zog am linken Flügel einen guten Spurt an, seine maßgenaue Flanke wuchtete Alexander Kokorin in bester Mittelstürmer-Manier aus elf Metern zum 1:0 in den linken Winkel – ein Traumtor.
Algerien, das im Spiel zuvor beim 4:2 gegen Südkorea noch mit purem Powerfußball beeindruckt hatte, war nun völlig aus dem Tritt. Schwierigkeiten schon im Spielaufbau mündeten in frühen Ballverlusten, gegen das massive russische Mittelfeld mit den starken Denis Gluschakow, Alexander Samedow und Victor Faisulin gab’s fast kein Durchkommen. Und so versuchten es die Spanien-Legionäre Yacine Brahimi (FC Granada) und Sofiane Feghouli (FC Valencia) fortan mit Einzelleistungen, was aber aussichtslos war. Auf dem schlechten Rasen des Stadions von Curitiba blieben die Dribblings gegen eine gegnerische Abwehr-Übermacht ohne Chance auf Erfolg.
So waren es lediglich zwei Standard-Situationen, die im ersten Abschnitt Gefahr vor dem russischen Tor heraufbeschwörten: In der 29. Minute zwang Islam Slimani – im Abseits stehend – Keeper Akinfejew aus sechs Metern zu einer starken Parade, 14 Minuten später köpfte wieder Slimani dem Torwart aus acht Metern in die Arme. Das war’s zunächst.
Akinfejew unterläuft der nächste Fehler
Im zweiten Abschnitt aber die große Steigerung der Nordafrikaner: Das Ausscheiden vor Augen, löste das Team früh seine letzte Viererkette auf, Halliche schob mit vor ins Mittelfeld. Und tatsächlich reagierten die Russen beeindruckt und ließen sich zurückdrängen. In der 60. Minute die Belohnung für das algerische Risiko: Brahimi zirkelte einen Freistoß von halblinks hoch vor’s Tor, Akinfejew unterlief den Ball und Slimani bedankte sich am zweiten Pfosten mit einem unbedrängten Kopfballtor – 1:1. Der nächste schwere Fehler des russischen Torwarts bei diesem Turnier. Auch der Laserpointer aus den Zuschauerrängen, der ihn möglicherweise irritierte, taugte dabei nicht wirklich als Entschuldigung.
Der Rest des Spiels war mehr oder weniger verzweifeltes Anrennen der Russen, die jedoch kaum noch klare Aktionen zustande brachten. Die nun aufopferungsvoll kämpfenden Algerier warfen sich mit allem in Schüsse, Flanken und Pässe. Es reichte: Sie ließen nichts mehr zu.

2. Deutschlands nächster WM-Gegner Algerien: Eine Frage der Ehre
Stand: 27.06.2014 12:07 Uhr http://www.tagesschau.de/sport/
Sie sind eines der Überraschungsteams der WM: Die „Wüstenfüchse“ aus Algerien. Im Achtelfinale trifft die Mannschaft um ihren Star Sofiane Feghouli auf Deutschland. Dabei geht es – wie immer, wenn Algerien antritt – um die Ehre der ganzen Nation.
Von Anne Allmeling, ARD-Hörfunkstudio Rabat
Wenn die algerische Fußballnationalmannschaft im Stadion aufläuft, geht es nicht um Sieg oder Niederlage, sondern um die Ehre einer ganzen Nation. Man könnte meinen, der Erfolg der „Wüstenfüchse“ sei das Einzige, was für die Algerier zählt.
Die Fans der Mannschaft sind euphorisch: Algerien hat es bei der Weltmeisterschaft in Brasilien ins Achtelfinale geschafft – zum ersten Mal überhaupt. Und das, obwohl sich die Nationalmannschaft in einem viel kritisierten Spiel gegen Burkina Faso nur ganz knapp für die Endrunde qualifiziert hatte.
– Auftaktsieg gegen Deutschland bei WM 1982 –
Doch das ist längst vergessen. Die Algerier erinnern sich viel lieber an die heldenhafte Momente ihrer Mannschaft: zum Beispiel an den legendären Auftaktsieg gegen Deutschland bei der WM 1982 in Spanien. Am Montag wollen die „Wüstenfüchse“ ähnlich triumphieren – und sie seien bestens vorbereitet, sagt der marokkanische Sportjournalist Najib Salmi: „Sie spielen sehr technisch und athletisch. Sie spielen hart, sie haben Kraft. Und in der Abwehr haben sie ein paar Muskelprotze, die sehr schnell sind und wissen, wie man mit dem Ball umgehen muss.“
Angeführt wird das Aufgebot von Mittelfeldspieler Sofiane Feghouli vom FC Valencia. Doch er ist längst nicht der einzige in seiner Mannschaft, der bei dieser WM schon ein Tor erzielt hat. Eines zeichne die Algerier besonders aus, sagt Salmi: Ihr unbedingter Wille zum Sieg. „Jedes Match ist eine Frage von Leben und Tod. Das ist kein Fußballspiel mehr, sie spielen um ihre Ehre und ihren Stolz. Wenn sie gewinnen, sind sie außer sich vor Freude. Aber wenn sie verlieren, ist das eine Katastrophe.“
– „Anders als die anderen“ –
Bei den Weltmeisterschaften ist das fast immer passiert. Auch bei der Afrika-Meisterschaft konnten die Algerier in den vergangenen Jahren nicht gerade glänzen. Das hat ihre Leidenschaft für den Fußball aber nie gedämpft: „Die Algerier sind anders als die anderen“, sagt Sportjournalist Salmi. Die Schweiz zum Beispiel: Wenn es bei denen mit dem Fußball nicht klappe, hätten sie immer noch ihre Schokolade und ihre Uhren. Aber Algerien? Da gebe es Fußball und Staatschef Abdelaziz Bouteflika. „Bouteflika ist krank, also haben sie nur den Fußball“, sagt Salmi. „Ich übertreibe vielleicht ein bisschen – aber es ist doch so!“
So gespalten das Land sein mag, wenn es um den Präsidenten und die algerische Politik geht, so geschlossen stehen die Nordafrikaner hinter ihrer Nationalmannschaft: „Wenn es um Fußball geht, kann man Algerien mit Brasilien vergleichen“, sagt „Wüstenfüchse“-Fan Islam. „Jeder hier liebt Fußball, er ist wie eine zweite Religion.“

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s