DIE GEISELN IN KIDAL FREI – Le Mali envoie des renforts à Kidal, où 30 fonctionnaires ont été libérés

In Kidal: Freilassung der 28 von der MNLA festgehalten Gefangenen
RFI – 19/05/14 20: 55
In Kidal sind achtundzwanzig Gefangene, die seit dem 17. Mai von der Nationalen Bewegung für die Befreiung des Azawad ( MNLA ) festgehalten wurden, gerade freigegeben worden.

DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM ORIGINAL

Mali : libération, à Kidal, des 28 prisonniers retenus par le MNLA
RFI – 19/05/14 à 20:55
A Kidal, les vingt huit prisonniers retenus depuis samedi 17 mai par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) viennent d’être libérés, selon plusieurs témoins sur place, contactés par RFI. Ces administrateurs civils et militaires ont été remis à 18h30 TU à une délégation de la Minusma (Mission de l’ONU au Mali), en présence du CICR (Comité international de la Croix Rouge) sur la piste d’aviation de Kidal. Le MNLA a justifié cette libération comme un geste de bonne volonté et une réponse à la pression internationale pour obtenir cette libération. Selon Mossa Ag Ataher, porte-parole du MNLA, le mouvement refuse, pour l’instant, de quitter le gouvernorat de Kidal, repris samedi au cours d’intenses combats entre l’armée malienne et les groupes armés du nord. Au moins huit personnes ont été tuées. Les bilans varient selon les parties.
© 2014 RFI

In Kidal: Freilassung der 28 von der MNLA festgehalten Gefangenen
RFI – 19/05/14 20: 55
In Kidal sind achtundzwanzig Gefangene, die seit dem 17. Mai von der Nationalen Bewegung für die Befreiung des Azawad ( MNLA ) festgehalten wurden, gerade freigegeben worden, nach mehreren Zeugen vor Ort, von RFI kontaktiert. Diese zivilen und militärischen Administratoren wurden um 18:30 Uhr GMT einer Delegation der Minusma (UN-Mission in Mali) übergeben, in der Gegenwart des IKRK (Internationales Komitee des Roten Kreuzes) auf der Rollbahn des Flughafens von Kidal. Die MNLA begründete diese Mitteilung als Geste des guten Willens und eine Antwort auf den internationalen Druck bezüglich der Freilassung. Nach Ag Mossa Ataher, dem Sprecher der MNLA, weigert sich die Bewegung momentan, das Gouverneursbüro zu verlassen, das sie am Samstag während der intensiven Kämpfe zwischen der malischen Armee und bewaffneten Gruppen aus dem Norden gestürmt hat. Mindestens acht Menschen wurden getötet. Die Zahlen variieren nach den Parteien .
© 2014 RFI

Advertisements

2 Gedanken zu “DIE GEISELN IN KIDAL FREI – Le Mali envoie des renforts à Kidal, où 30 fonctionnaires ont été libérés

  1. Voici l’article plus détaillé que l’AFP a publié un peu plus tard

    Le Mali envoie des renforts à Kidal, où 30 fonctionnaires ont été libérés
    Bamako (AFP) – 19.05.2014 20:25
    Par Serge DANIEL et Ahamadou CISSE

    Foto (c) AFP/Fabien Offner: Un hélicoptère de l’armée française escorte le véhicule du Premier ministre malien Moussa Mara de Gao à Kidal, le 17 mai 2014

    Le Mali a dépêché des renforts militaires pour tenter de reprendre le contrôle de Kidal, fief des rebelles touareg, qui y ont libéré lundi soir près de 30 fonctionnaires qu’ils retenaient depuis ce week-end.
    „1.500 militaires maliens sont arrivés en renfort à Kidal les dernières 24 heures. Ils continuent d’arriver“, a déclaré à l’AFP une source militaire étrangère, information confirmée par une source militaire malienne. Et ce chiffre „sera revu à la hausse dans les prochaines heures“, selon cette source malienne.
    Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), rébellion touareg qui dispose d’hommes armés dans la ville, a libéré lundi soir une trentaine de fonctionnaires qu’il retenait depuis des combats avec l’armée malienne il y a trois jours.
    Ils ont été remis à la mission de l’ONU au Mali (Minusma), selon un responsable de cette mission et un travailleur humanitaire.
    De source militaire, l’envoi de renforts de soldats à Kidal est en cours depuis les accrochages de samedi.
    Le nombre de militaires auparavant déployés n’était pas connu. Mais fin avril, le Premier ministre avait affirmé que le Mali disposait „d’environ 8.300 hommes (…) sur le théâtre des opérations“ dans le Nord, où ils travaillent „en partenariat“ avec les soldats de l’opération française Serval et la Minusma, „en vue de surmonter les énormes difficultés de sécurisation du territoire“.
    D’après un autre responsable militaire, certains des soldats arrivés en renforts sont venus notamment de Gao (au sud de Kidal), d’autres d’Anéfis (entre Gao et Kidal)
    Ils sont déployés alors que Bamako tente de renforcer la présence de l’Etat dans le Nord, englobant les régions de Tombouctou, Gao et Kidal, où le Premier ministre Moussa Mara a effectué jusqu’à dimanche sa première visite depuis sa prise de fonction.

    A Kidal, en plein séjour de M. Mara, les soldats maliens qui sécurisaient la délégation officielle, ont affronté des groupes armés mêlant rebelles touareg et „terroristes“, selon Bamako.
    Au cours de ces combats, 36 personnes ont été tuées, dont huit militaires, d’après le gouvernement, qui avait aussi dénoncé les enlèvements.
    Le MNLA a affirmé que ses hommes ont réagi pour „défendre leurs positions et opposer une légitime défense“. Il a revendiqué „une dizaine de soldats maliens morts“, en plus des 30 personnes retenues, qu’il avait qualifiées de „prisonniers de guerre“.
    Dimanche, la mission de l’ONU au Mali, la Minusma, avait fait état de „l’assassinat de deux civils et six officiels maliens“, sans donner plus de détails. De sources officielles malienne et internationale, les six responsables tués sont deux préfets et quatre sous-préfets de la région de Kidal.

    – Violences condamnées –
    Les violences avaient été condamnées par plusieurs pays et organisations. Après la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’Union africaine et les Etats-Unis dimanche, le Maroc, s’en est dit inquiet et a appelé au dialogue lundi, tandis que la France a exprimé sa solidarité au Mali „suite à l’assassinat de plusieurs représentants de l’Etat malien à Kidal“ et dénoncé des „violences inacceptables“.

    La France a été le fer de lance d’une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 – et toujours en cours – contre les jihadistes qui occupaient le nord du Mali. Ces islamistes ont été chassés des grandes villes mais demeurent actifs dans ces zones.
    „Les terroristes ont déclaré la guerre au Mali, le Mali est donc en guerre contre ces terroristes“, sans distinctions d’origine, a dénoncé dimanche le Premier ministre Moussa Mara. Selon lui, les forces maliennes „sont en train de se préparer à toutes les éventualités“ à Kidal.
    (…)
    Les dernières violences de ce week-end ont suscité des réactions d’hostilité envers la force Serval et la Minusma, accusées de passivité face aux rebelles touareg.
    © 2014 AFP

    Entführte Verwaltungsbeamte in Mali wieder frei
    Bamako (der standard) – 19. Mai 2014, 22:32
    (…)
    Angesichts der ausufernden Gewalt im Nordosten schickte die Regierung Truppen in die Region. „In den letzten 24 Stunden sind 1500 Soldaten in Kidal eingetroffen“, sagte ein ausländischer Militärvertreter am Montag zu AFP. Die Zahl werde weiter steigen, kündigte ein malischer Militärvertreter an.
    © 2014 derstandard.at

    Gefällt mir

  2. Adresse à la nation:
    Le président IBK hier soir à propos de la tuerie perpétrée par le MNLA à Kidal samedi 17 mai : «Je vous fais le serment que ces crimes odieux ne resteront pas impunis»
    Bamako (L’Indépendant) – 20.05.2014
    C’est un IBK très ému avec des yeux rouges et larmoyants qui s’est adressé à ses compatriotes hier soir au-delà de 22 heures au cours du journal télévisé (retardé pour la circonstance) pour dénoncer vigoureusement les derniers événements survenus à Kidal, qui ont entraîné la mort d’une trentaine de personnes. Le chef de l’Etat s’est engagé sous serment à ne pas laisser «ces crimes odieux» impunis.
    Pour IBK, la visite du Premier ministre et sa délégation avait pour but d’apporter aux populations éprouvées de nos régions septentrionales, un message fort de paix, d’espoir et de solidarité.
    Pour IBK, la visite du Premier ministre et sa délégation avait pour but d’apporter aux populations éprouvées de nos régions septentrionales, un message fort de paix, d’espoir et de solidarité.
    «Avec une importante délégation, le Premier ministre et une dizaine de ministres ont été chaleureusement accueillis à Tombouctou et Gao. Il n’en ira hélas pas de même Kidal, où ils furent reçus sous des balles et des tirs à l’arme lourde de groupes armés. Nous qualifions cela d’acte crapuleux et de lâche trahison de tous les engagements antérieurs, notamment ceux contenus dans les Accords de Ouagadougou.», a-t-il déclaré.. => Continuez

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s