DER NEUE PRÄSIDENTENJET HATTE IN BAMAKO FÜR POLEMIK GESORGT UND JETZT DEN IWF AUF DIE PALME GEBRACHT – Le FMI "préoccupé" par l’achat d’un avion présidentiel au Mali et demande des comptes

Wutausbruch des IWF nach dem Kauf eines Präsidentenjets in Mali
Washington ( AFP) – 19/05/2014 19:07
Der IWF schlug am Montag mit der Faust auf den Tisch und kritisierte den Kauf (für 40 Millionen US-Dollar) eines neuen Präsidenten-Flugzeugs in Mali, einem Land, das am Tropf der internationalen Gemeinschaft bleibt.

DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM ORIGINAL

Coup de colère du FMI après l’achat d’un jet présidentiel au Mali
Washington (AFP) – 19.05.2014 19:07 – Par Jeremy TORDJMAN
Le FMI a tapé du poing sur la table lundi en critiquant l’achat, pour 40 millions de dollars, d’un nouvel avion présidentiel au Mali alors que le pays reste sous perfusion de la communauté internationale.
Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita (devant, au centre), entouré de son gouverne

Foto (c) AFP/Habibou Kouyate: Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita (devant, au centre), entouré de son gouvernement le 16 avril 2014 à Bamako
Präsident Ibrahim Boubacar Keita aus Mali (vorne, Mitte), umgeben von seiner Regierung am 16. April 2014 in Bamako

„Nous sommes préoccupés par la pertinence de récentes décisions telles que l’achat d’un avion présidentiel d’une valeur de 40 millions de dollars (29,5 millions d’euros)“, a affirmé à l’AFP un porte-parole du Fonds monétaire international.
Cette transaction, qui fait également des vagues à Bamako, témoigne de „faiblesses“ dans la gestion des finances publiques du pays, a ajouté ce porte-parole, affirmant que le prochain prêt du FMI au pays serait en conséquence „retardé“.
Le porte-parole de l’institution n’a par ailleurs pas exclu que cet achat ait été, en partie, financé par des précédents prêts du Fonds.
Dans son courriel, il a simplement déclaré que cette transaction –dont l’institution n’a pas été préalablement informée– avait été „principalement“ financée par un prêt d’une banque malienne, dont il n’a pas donné le nom.
Contactée par l’AFP, la Banque mondiale a, elle, indiqué suivre la situation „avec inquiétude“.
Selon une source proche du dossier, l’achat du jet présidentiel n’a par ailleurs pas fait l’objet d’un appel d’offres en bonne et due forme.
Aucune réaction officielle n’a pu être obtenue dans l’immédiat à Bamako. Début mai, le Premier ministre Moussa Mara avait défendu cette transaction en estimant que l’ancien avion présidentiel était techniquement défaillant.
– Besoins de financement urgents –
La colère du FMI est à la mesure de son investissement dans le pays, qui peine encore à reprendre le contrôle de la partie nord, plus d’un an après le début de l’intervention militaire menée par la France.
Pour combler les besoins de financement urgents du pays, le FMI a d’abord débloqué deux prêts d’urgence en 2013 d’un total de quelque 33 millions de dollars. Il a notamment salué le retour d’une certaine stabilité politique avec l’élection en août d’Ibrahim Boubacar Keïta à la tête de l’Etat.
Après le feu vert du Fonds, la communauté internationale dans son ensemble a promis 3,25 milliards de dollars d’aide aux autorités maliennes.
Signe d’un soutien appuyé, le Fonds a même décidé en décembre d’accorder au pays une ligne de crédit de 46 millions de dollars sur trois ans, dont les versements successifs sont conditionnés à des réformes visant notamment à „lutter contre la corruption“ et à „combattre la pauvreté“.
Un premier prêt de 9,2 millions de dollars avait alors été immédiatement débloqué.
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, s’était ensuite personnellement engagée dans ce dossier en se rendant à Bamako en janvier où elle avait confié avoir „beaucoup d’espoir“ pour le pays, qui a renoué avec la croissance après une récession de 1,2% en 2012.
L’affaire de l’avion présidentiel risque toutefois de ternir le tableau. D’autant que le FMI a également fait part à l’AFP de ses préoccupations concernant la garantie apportée par l’Etat malien à un prêt de 200 millions de dollars à une société privée en lien avec l’armée.
„Il faudra du temps pour obtenir les informations satisfaisantes sur ces transactions et la garantie des autorités qu’elles sont attachées à la stabilité budgétaire et à une gestion solide des finances publiques conformément à leur engagement avec le FMI“, a indiqué le porte-parole de l’institution.
Sans évoquer le terme de sanctions, le FMI a indiqué qu’il allait „retarder“ l’audit que ses équipes devaient mener en juin à Bamako, condition préalable au versement d’un nouveau prêt au pays. Aucune nouvelle date n’a été évoquée par le Fonds.
En 2012, le Mali était classé 182e sur 187 sur l’indice de développement humain établi par les organisations internationales et près de la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté.
© 2014 AFP

Wutausbruch des IWF nach dem Kauf eines Präsidentschaftsjets in Mali
Washington ( AFP) – 19/05/2014 19:07
Von Jeremy Tordjman
Der IWF schlug am Montag mit der Faust auf den Tisch und kritisierte den Kauf (für 40 Millionen US-Dollar) eines neuen Präsidenten-Flugzeugs in Mali, einem Land, das am Tropf der internationalen Gemeinschaft bleibt.
„Wir sind besorgt über die Relevanz der aktuellen Entscheidungen wie dem Kauf eines Präsidentschafts-Jets im Wert von 40 Millionen Dollar ( 29.500.000 € ) „, sagte gegenüber AFP ein Sprecher des Internationalen Währungsfonds .
Diese Transaktion, die auch in Bamako Wellen schlug, zeige “ Schwachstellen “ in der Verwaltung der öffentlichen Finanzen des Landes , fügte der Sprecher hinzu und sagte, dass der nächste IWF-Kredit für das Land daher “ verzögert“ werden würde.
Der Sprecher der Institution konnte auch nicht auszuschließen, dass dieser Kauf teilweise durch vorherige IWF-Kredite finanziert wurde.
In seiner E-Mail sagte er einfach , dass diese Transaktion – über die das Institut nicht informiert worden war – „in erster Linie “ durch ein Darlehen von einer Bank in Mali, die er nicht nannte, finanziert wurde .
Von AFP kontaktiert sagte die Weltbank, die Situation “ mit Sorge “ zu überwachen.
Laut einer mit der Angelegenheit vertrauten Quelle erfolgte der Kauf des Präsidentschaftsets auch nicht nah einer korrekten öffentlichen Ausschreibung.
Keine offizielle Reaktion war sofort aus Bamako zu erhalten. Anfang Mai verteidigte Ministerpräsident Moussa Mara die Transaktion mit dem Argument, dass das ehemalige Präsidentschafts-Flugzeug technisch defekt sei.
– Dringender Bedarf an Finanzierung –
Der Zorn des IWF ist in der Größenordnung seiner Investitionen in dem Land, das immer noch zu kämpfen hat , die Kontrolle über den Norden wieder zu erlangen, mehr als ein Jahr nach dem Beginn der militärischen Intervention von Frankreich.
Um den dringenden Bedürfnisse an Finanzierung gerecht zu werden, hatte der IWF zwei Notfall-Kredite im Jahr 2013 von insgesamt rund 33 Millionen freigegeben. Er begrüßte insbesondere die Rückkehr der politischen Stabilität im August mit der Wahl von Ibrahim Boubacar Keita an die Spitze des Staates .
Nach dem grünen Licht des Fonds hatte die internationale Gemeinschaft als Ganzes 3,25 Milliarden $ zugesagt , um den malischen Behörden zu helfen.
Als Zeichen der starken Unterstützung hatte der Fonds dann noch im Dezember beschlossen, dem Land eine Kreditlinie von 46 Mio $ über drei Jahre zu gewähren , in aufeinanderfolgenden Zahlungen abhängig von Reformen, insbesondere “ Kampf gegen Korruption“ und “ Bekämpfung der Armut “ .
Ein erster Kredit von 9,2 Millionen US-Dollar wurde dann sofort freigegeben.
Die Exekutivdirektorin des IWF , Christine Lagarde, wurde dann persönlich aktiv in dieser Frage mit einer Reise nach Bamako , wo sie im Januar von ihren “ großen Hoffnungen “ für das Land sprach, das nach einer Rezession zu einem Wachstum von 1,2% im Jahr 2012 zurückgekehrt war.
Der Fall der Präsidentenmaschine jedoch kann das Bild trüben. Vor allem, da der IWF gegenüber AFP auch seine Bedenken über die Garantie der malischen Regierung für ein Darlehen von 200 Millionen Dollar an ein Privatunternehmen mit Verbindungen mit der Armee äußerte.
„Es wird Zeit, angemessene Informationen über diese Transaktionen zu sammeln und sicherzustellen , dass die Behörden die finanzpolitische Stabilität und solide Verwaltung der öffentlichen Finanzen in Übereinstimmung mit ihrem Engagement mit dem IWF respektieren“, sagte der Sprecher der Institution.
Ohne den Begriff Sanktionen zu erwähnen, sagte der IWF, die geplante Reise seiner Anhörungs-Teams nach Bamako im Juni werde sich “ verzögern „. Dies ist aber eine Voraussetzung für die Zahlung von einem neuen Kredit für das Land. Kein neuer Termin wurde vom Fonds erwähnt.
Im Jahr 2012 wurde Mali 182. von 187 auf dem Human Development Index von internationalen Organisationen und fast die Hälfte der Bevölkerung lebt unterhalb der Armutsgrenze.
© 2014 AFP

Advertisements

2 Gedanken zu “DER NEUE PRÄSIDENTENJET HATTE IN BAMAKO FÜR POLEMIK GESORGT UND JETZT DEN IWF AUF DIE PALME GEBRACHT – Le FMI "préoccupé" par l’achat d’un avion présidentiel au Mali et demande des comptes

  1. Entschuldigung, das hätte nicht passieren dürfen…

    Wenn man bedenkt, dass der burkinische Präsident Thomas Sankara in den 80er Jahren per „Anhalter“ zu Konferenzen flog, dass die derzeitige Präsidentin Malawis, Frau Joyce Banda (hoffentlich wird sie wiedergewählt!) im letzten Jahr die Präsidentenmaschine ihres Vorgängers verkaufte, um etwas Geld in die leere Staatskasse zu bringen (BRAVO! MALAWI: VERKAUF DES PRÄSIDENTENJETS FÜR ARMENHILFE UND GEMÜSEZUCHT und mehr zu Malawi im AFRIKANEWS ARCHIV) wenn man über die jüngsten Versuche der Regierung von Gabun liest, überdimensionale Beamtengehälter umzuverteilen
    dann fragt man sich wirklich, ob IBK und seine Regierung sich in der Frage des Präsidentenjets nicht ein wenig mehr der öffentlichen Meinung hätten beugen, zumindest annähern können.
    Wer in die oben angesprochene Polemik eintauchen will: im nächsten Kommentar sind einige Artikel der malischen Presse dokumentiert – die ich nicht übersetzen werde. Ich hatte die Diskussion bisher aus den Mali-Informationen herausgehalten in der Hoffnung, dass sich außer Verdächtigungen und Dementis noch etwas Handfestes ergeben würde, vielleicht auch ein Einlenken im Sinne der bonne gouvernance…

    Gefällt mir

  2. Le FMI exige la vente du nouvel avion présidentiel : Démission attendue du Premier ministre Mara
    Bamako (Le Républicain) – 12 mai 2014.   
    Les articles de presse, le mémorandum du Parena et les réactions du pouvoir que ce document a suscité, ainsi que l’interpellation du Premier ministre Moussa Mara lors de la DPG, du député de l’Urd élu à Yélimané, Mamadou Awa Gassama Diaby, ont achevé d’étaler sur la place publique, le dossier de l’avion présidentiel. La colère du FMI, à laquelle on devait s’attendre n’a pas tardée, l’institution financière demande des comptes au gouvernement malien. A défaut d’annuler son achat, l’avion présidentiel devra être purement et simplement revendu. C’est le prix à payer pour une faute grave de gouvernance, au risque de voir le FMI suspendre sa coopération avec notre pays. => LIRE PLUS

    Tel Président, tel PM : le Boeing 727 est « hors d’état de voler »
    Bamako (Le Républicain) – 13 mai 2014
    L’acquisition d’un nouvel avion présidentiel, un Boeing 737, pour près de 30 millions d’euros (19,5 milliards de Frans CFA), était-elle indispensable,
    alors que le précédent, acquis sous Amadou Toumani Touré, est apparemment toujours disponible ?
    A cette question posée par l’hebdomadaire jeune Afrique, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita apporte une réponse conforme à celle de son Premier ministre Moussa Mara, devant l’Assemblée nationale. Ainsi, selon le Président, le Boeing 727 est « hors d’état de voler. Il a en effet été obtenu dans des conditions d’opacité telles que nous ne disposons d’aucun document ni d’aucune facture le concernant : il semble qu’il aurait transité par la Libye.
    Le risque de tomber en panne sur un aéroport étranger, voir en plein vol, était réel. J’ai donc décidé de louer, puis, par de simples raisons
    d’économie, d’acheter. Est-il besoin de préciser que cet aéronef est la propriété de la République du Mali, pas la mienne ? ».
    Tel président… 
    © 2014 Le Républicain

    L’avion présidentiel : Réactions d’indignation
    Bamako (Le Républicain) – 14 mai 2014
    L’article de votre quotidien Le républicain, « Le FMI exige la vente du nouvel avion présidentiel : démission attendue du Premier ministre Mara », publié le 12 mai, a fait l’objet d’échanges nourris sur les réseaux sociaux, entre malilinkers, tweeters… => LIRE PLUS

    Le ministre de la Communication, Mahamadou Camara à propos de l’avion présidentiel : « Ce n’est pas avec l’argent du FMI que cet avion a été acheté mais avec un prêt consenti par la BDM.SA »
    Bamako (L’Indépendant) – 15 mai 2014.   
    Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accorder hier mercredi en début de soirée, le ministre de la Communication, Mahamadou Camara a révélé que le nouvel avion présidentiel n’a pas été acheté avec l’argent du FMI mais plutôt un prêt consenti par la BDM.SA dont le remboursement s’étale sur cinq ans. Il a balayé du revers de la main toute polémique entre les autorités maliennes et le Fonds monétaire international.
    Le ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, Mahamadou Camara a indiqué que  » le Fmi et le Mali sont des partenaires de longue date. Le FMI a été l’une des premières organisations à venir au secours du Mali pour la sortie de crise « . Ajoutant qu’  » il est tout à fait normal que lorsque vous prêtez des fonds à un Etat de lui demander des comptes sur son utilisation « . Le ministre de la Communication a indiqué qu’à ce sujet le Mali a pris le devant au mois d’avril dernier lors des assemblées générales du FMI et de la banque mondiale. La ministre de l’Economie et des Finances, Mme Boiré Fily Sissoko qui participait à cette rencontre, soutient-il, s’est réunie avec la Directrice du FMI, Christine Lagarde et lui a expliqué les conditions de l’acquisition du nouvel avion présidentiel. (…)
    A la question de savoir quelle a été la réaction de la Directrice du FMI, Mahamadou Camara de répondre :  » Elle a voulu en savoir plus. Elle a voulu savoir comment s’est faite cette acquisition. Elle a voulu aussi savoir si elle était nécessaire et quels ont été les financements mobilisés ? Le ministre de l’Economie a répondu en lui expliquant très logiquement que l’achat de cet avion était nécessaire dans la mesure où celui utilisé par les prédécesseurs d’IBK n’était pas en état de voler « . Et d’ajouter  » les contrôles techniques qui ont été effectués ont révélé que cet avion ne peut pas voler. …« . Il a indiqué que le président de la République après son élection a utilisé deux moyens de transport aérien. Le premier appareil, fait-il savoir, est un avion de la Royal Air Maroc mis à sa disposition gracieusement par Sa Majesté le Roi Mohammed IV et le second était obtenu dans des locations pour les voyages plus courts. => LIRE PLUS
    © 2014  L’Indépendant

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s