LÄSST SICH DER NORDKONFLIKT DURCH FRIEDENSGESPRÄCHE LÖSEN? – Rencontres préparatoires à des négociations de paix qui règleront le conflit du Nord?

Mali: Vorbereitungstreffen für Friedensgespräche
Bamako ( AFP) – 13.02.2014 17:31
Zehn Tage nach einem Besuch von Mitgliedern des Sicherheitsrates der Vereinten Nationen in Mali begannen am Donnerstag Vorbereitungstreffen für Friedensverhandlungen mit den bewaffneten Gruppen in Bamako, um den Konflikt im Norden zu lösen.
Daran nehmen Mitglieder der Tuareg-Gemeinschaft, der Regierung und der UN-Truppe in Mali, der Minusma, teil.

DEUTSCH (VON MIR ETWAS VERBESSERTE GOOGLE-ÜBERSETZUNG) WEITER UNTER DEM ORIGINAL

Mali: rencontres préparatoires à des négociations de paix
Bamako (AFP) – 13.02.2014 17:31
Par Serge DANIEL
Dix jours après une visite des membres du Conseil de sécurité de l’ONU au Mali, des rencontres préparatoires à des négociations de paix avec les groupes armés ont débuté jeudi à Bamako pour régler le conflit dans le nord du pays.
AFP 13.02.14Le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly (2eg) lors d'une réunion avec le représentant
Foto (c) AFP/Habibou Kouyaté: Le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly (2e g) lors d’une réunion avec le représentant de la France à l’ONU, Gérard Araud (2e d), le 3 février 2014 à Bamako
Der malische Premierminister Oumar Tatam Ly (2. von links) bei einem Treffen mit dem Vertreter Frankreichs bei den Vereinten Nationen, Gerard Araud (2. von re.), am 3. Februar 2014 in Bamako

Ces rencontres rassemblent notamment des membres de la communauté touareg, du gouvernement et de la force de l’ONU au Mali, la Minusma.
Un document obtenu par l’AFP, intitulé „Eléments de la feuille de route de sortie de crise“, fixe un calendrier. Jeudi et vendredi débuteront ainsi des „ateliers“ de travail, l’un sur le cantonnement et le processus de démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR), l’autre sur la réinstallation de l’administration et des services sociaux dans les trois régions du nord du Mali, Gao, Tombouctou et Kidal.
Ces régions ont été occupées en 2012 par des groupes jihadistes, qui restent actifs en dépit d’une intervention armée internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France. Ces groupes sont exclus des négociations de paix, qui concernent essentiellement la rébellion touareg.
En ouvrant les travaux du premier atelier, le Premier ministre malien, Oumar Tatam Ly, a estimé que cette rencontre était „la première étape d’un processus qui touchera à d’autres questions centrales, difficiles pour certaines telles que les opérations de cantonnement, de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des combattants; le retour effectif de l’administration dans les régions du Nord; l’accès rapide des populations aux services sociaux de base“.
Les „ateliers“ seront suivis d’une rencontre élargie sur „la mobilisation et l’implication de la société civile“.
Suivront ensuite, dans un délai non précisé, les „pourparlers inclusifs de paix“ rassemblant tous les groupes armés du Nord, la société civile et le gouvernement malien.
Avant que ces pourparlers ne débutent, des discussions seront engagées avec la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), pour qu’il en accepte les grandes lignes contenues dans un document déjà signé par d’autres groupes armés.
– Le Mali veut reprendre la main –
Parallèlement à ce processus, la „Commission vérité, justice et réconciliation“, promise en mars 2013, doit débuter ses travaux la semaine prochaine. Elle a pour mission „de rechercher, par le dialogue, la réconciliation entre toutes les communautés maliennes“.
(…)
Le président Keïta a souhaité que les Maliens reprennent la main sur ces pourparlers de paix, écartant de facto la médiation du Burkina Faso et de son président Blaise Compaoré qui, depuis le début de la crise malienne, a joué un rôle de premier plan.
Selon Cheick Oumar Diarrah, ministre malien de la Réconciliation nationale, „les futures négociations se dérouleront sur le territoire malien. (…) La médiation du Burkina Faso était une décision de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (Cédeao)“.
Ce qui, estime-t-il, n’exclut pas la médiation d’autres pays de la région, tels l’Algérie et le Maroc, dont le roi Mohamed VI a récemment reçu le secrétaire général du MNLA, Bilal Ag Achérif, l’incitant au „dialogue“ avec Bamako.
Une „rencontre préparatoire“ a par ailleurs eu lieu en Algérie avec des groupes armés du nord du Mali, boudée par le MNLA.
„Il apparaît clairement que la nouvelle stratégie malienne est de domicilier les futures négociations sur le territoire national, d’avoir plusieurs appuis extérieurs, mais surtout de noyauter les groupes armés par d’autres acteurs civils du Nord pour arriver à une paix globale“, estime un diplomate en poste à Bamako.
Selon lui, il faut s’attendre du côté du gouvernement malien à des négociateurs „déterminés et même parfois brutaux“, qui ne proposeront qu’une „décentralisation poussée“ pour parvenir à un accord.
Or, le MNLA veut une forme d’autonomie du Nord, comme l’a rappelé dans une déclaration récente à l’AFP Mohamed Djéri Maïga, son vice-président: „Nous allons demander l’instauration d’un Etat fédéral. Il nous faut une autonomie“.
© 2014 AFP

Mali: Vorbereitungstreffen für Friedensgespräche
Bamako ( AFP) – 13.02.2014 17:31
Von Serge DANIEL
Zehn Tage nach einem Besuch von Mitgliedern des Sicherheitsrates der Vereinten Nationen in Mali begannen am Donnerstag Vorbereitungstreffen für Friedensverhandlungen mit den bewaffneten Gruppen in Bamako, um den Konflikt im Norden zu lösen.
Daran nehmen Mitglieder der Tuareg-Gemeinschaft, der Regierung und der UN-Truppe in Mali, der Minusma, teil.
Ein Dokument, das AFP erhielt, „Elemente der Roadmap für den Ausweg aus der Krise“, hält einen Zeitplan fest. Donnerstag und Freitag starten somit „Workshops“, der eine mit der Einquartierung und dem Prozess der Demobilisierung, Entwaffnung und Reintegration ( DDR), der andere mit der Wiedereinrichtung der Verwaltung und der sozialen Dienste in den drei Regionen Nord-Malis, Gao , Timbuktu und Kidal.
Diese Regionen wurden im Jahr 2012 von Dschihad-Gruppen , die trotz einer internationalen bewaffneten Intervention im Januar 2013 auf Initiative von Frankreich aktiv bleiben, besetzt. Diese Gruppen sind von den Friedensverhandlungen, die vor allem die Tuareg-Rebellion betreffen, ausgeschlossen.
Als er die Arbeit des ersten Workshops eröffnete, sagte der malische Premierminister Oumar Tatam Ly, das Treffen sei „der erste Schritt in einem Prozess, der andere zentrale Fragen aufgreifen werde, für einige schwierig, wie die Maßnahmen der Einquartierung, der Entwaffnung, der Demobilisierung und der Reintegration der Kombattanten; die effektive Rückkehr der Verwaltung in die nördlichen Regionen; den schnellen Zugang der Bevölkerung zur sozialen Grundversorgung.“
Den „Workshops“ wird ein erweitertes Treffen über „die Mobilisierung und Beteiligung der Zivilgesellschaft“ folgen.
Dann folgen , in einem nicht näher angegebenen Zeitraum, die „inklusiven Friedensgespräche“, zu der alle bewaffneten Gruppen im Norden, die Zivilgesellschaft und die malische Regierung hinzugezogen werden.
Bevor diese Gespräche beginnen, werden Diskussionen mit der Tuareg-Rebellion der Nationalen Bewegung für die Befreiung des Azawad ( MNLA ) abgehalten werden, damit diese die in einem bereits von anderen bewaffneten Gruppen unterzeichneten Dokument enthaltenen Umrisse akzeptiert.
– Mali will wieder die Kontrolle übernehmen –
Parallel zu diesem Prozess soll die „Wahrheits-, Gerechtigkeits- und Versöhnungskommission“, zugesagt im März 2013, in der kommenden Woche ihre Arbeit aufnehmen. Ihr Auftrag ist es, „durch den Dialog die Versöhnung unter allen Gemeinschaften in Mali zu suchen.“
(…)
Präsident Keïta wollte, dass die Malier die Kontrolle zurückgewinnen über diese Friedensgespräche, und somit de facto die Vermittlung von Burkina Faso und seines Präsidenten Blaise Compaoré abzuwenden, der seit Beginn der Krise in Mali eine führende Rolle gespielt hat.
Nach Cheick Oumar Diarrah, dem malischen Minister für Nationale Versöhnung, „werden die künftigen Verhandlungen sich auf malischem Territorium abspielen. (…) Die Vermittlung von Burkina Faso war eine Entscheidung der Wirtschaftsgemeinschaft der westafrikanischen Staaten (ECOWAS).“
Dies , so glaubt er , schließt nicht die Vermittlung von anderen Ländern in der Region aus, darunter Algerien und Marokko, dessen König Mohamed VI. vor kurzem den Generalsekretär der MNLA, Bilal Ag Achérif, empfangen und zum „Dialog“ mit Bamako angehalten hat.
Ein „Vorbereitungstreffen“ hat auch in Algerien mit bewaffneten Gruppen aus dem Norden Malis , von der MNLA gemieden, stattgefunden.
„Es ist klar, dass die neue malische Strategie ist, die künftigen Verhandlungen auf malischem Boden stattfinden zu lassen, mehrere externe Unterstützungen zu haben, aber vor allem die bewaffneten Gruppen durch andere zivile Akteure des Nordens zu infiltrieren, um zu einem umfassenden Frieden zu gelangen“, sagte ein Diplomat in Bamako.
Ihm zufolge muss man sich seitens der malischen Regierung auf Verhandlungsführer gefasst machen, die „sehr entschieden und manchmal brutal“ agieren und eine „weiter getriebene Dezentralisierung“ anbieten, um eine Einigung zu erreichen.
Allerdings will die MNLA eine Form von Autonomie des Nordens, woran in einer aktuellen Erklärung gegenüber AFP Mohamed Djéri Maïga, ihr Vizepräsident, erinnerte: „Wir werden die Einrichtung eines Bundesstaates fordern. Wir brauchen die Autonomie.“
© 2014 AFP

Advertisements

Ein Gedanke zu “LÄSST SICH DER NORDKONFLIKT DURCH FRIEDENSGESPRÄCHE LÖSEN? – Rencontres préparatoires à des négociations de paix qui règleront le conflit du Nord?

  1. « La France nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad »
    Le Courrier du Sahara – 17.01.2014
    Hama Ag Mahmoud: Il fut l’un des ténors du MNLA avant de claquer la porte du mouvement avec fracas en décembre 2012, peu avant le déclenchement de l’opération Serval contre les djihadistes du Nord-Mali. Hama Ag Mahmoud estime que cette opération militaire poursuivait également d’autres objectifs.
    Hama Ag Mahmoud était en charge des affaires Extérieures dans le Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad, le gouvernement autoproclamé du MNLA, formé en juin 2012 après la conquête des villes du nord du Mali.
    Farouchement opposé à l’alliance entre les indépendantistes touaregs et le groupe djihadiste Ansar Dine d’Iyag Ag Ghali, Hama Ag Mahmoud a démissionné en décembre 2012, quelques mois avant le début de l’offensive française Serval au Mali. Ancien ministre de la fonction publique sous la présidence de Moussa Traoré, Hama Ag Mahmoud est également un fin connaisseur des enjeux économiques régionaux.
    Il a officié en tant que secrétaire général de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Mali et a été élevé au rang de Chevalier de l’Ordre National du Malien 2009, une distinction qu’il a refusé de se voir décerner. Témoin clé des événements ayant conduit au déclenchement de l’opération Serval il y a un an,Hama Ag Mahmoud livre son analyse pour Le Courrier du Sahara.

    Interview:
    – Un an après le déclenchement de l’offensive française au Mali, quel bilan faites-vous de ces opérations ?
    – J’ai surtout vu des assassinats de civils, des pillages, des destructions d’habitats et de points d’eau. La presse n’en parle pas. Qu’a-t-on dit au sujet des 600 morts civils que nous avons répertoriés depuis le début de ces opérations militaires? Et quand vous regardez les images de Hollande à Tombouctou, vous ne voyez pas une seule personne blanche. Comparez l’arrivée de Hollande à Tombouctou avec celle de Chirac et vous allez voir la gaffe de l’armée française. On a procédé à une épuration ethnique des 3 régions du nord sous le regard impassible de l’armée française et de la communauté internationale. Personne n’en dit mot. Ça me révolte.
    – Doit-on comprendre que vous mettez en cause la légitimité de cette intervention ?
    – Tout le monde sait aujourd’hui qu’il y a un agenda caché derrière cette intervention. Durant toute l’année 2012 on a mis en garde la communauté internationale contre cette intervention. On ne peut pas lutter contre le terrorisme avec des avions et des blindés. Les terroristes connaissent particulièrement bien la région. Ils circulent avec des 4X4 qui filent à 100km/h hors piste. Ils connaissent le moindre petit trou de rat dans le désert.
    Les français n’ont pas accepté les solutions qu’on leur avait présentées à l’époque. A savoir négocier pour parvenir à la paix, comme le préconisait la résolution 2085 du conseil de sécurité. On pouvait régler les problèmes politiques et laisser les populations locales faire la guerre aux terroristes, sans dégâts collatéraux. Le MNLA, avec le soutien des populations de l’Azawad, pouvait faire échec aux terroristes mille fois mieux que l’armée française.
    – Après avoir conquis le nord du Mali, le MNLA s’est retrouvé débordé par les djihadistes. La menace était bien réelle, vous l’admettez?
    – Mais bien sur que je l’admets. Je sais aussi pourquoi. C’était pour faire échec au MNLA. Tous ces mouvements ne sont pas venus de rien. On sait d’où ils viennent, qui les ravitaille, qui les finance. Toutes les positions politiques qu’ils proclament correspondent aux positions politiques défendues par certains pays. Soyons clair, ils faisaient la guerre au MNLA par procuration.
    – Ce sont des arguments que vous avez tenté de faire entendre à Paris lorsque vous étiez en charge des affaires extérieures du MNLA?
    – Au départ, on avait dit à la France faites attention. Vous tenez les deux bouts. C’est vous qui nous avez incité à revenir dans l’Azawad. C’est vous aussi qui détenez le pouvoir politique à Bamako. Arrangez les problèmes avant qu’il ne soit trop tard. La France ne l’a pas fait. Aujourd’hui je crois que c’est même trop tard.
    – La France aurait donc poussé le MNLA à occuper les villes du Nord du Mali ?
    – Oui tout à fait. La France a demandé au MNLA de l’aider à faire déserter tous les combattants de l’Azawad qui étaient dans l’armée libyenne, pendant la guerre de Libye. Ensuite de bloquer le recrutement des libyens dans l’Azawad et dans l’Aïr au Niger.
    Et en contrepartie, elle nous avait donné son feu vert pour l’indépendance de l’Azawad. C’est l’accord qui a été conclu avant la guerre entre le MNLA et la France. Et immédiatement la guerre gagnée par le MNLA, la France a changé complètement de politique. Elle a mis tout son dispositif diplomatique contre le MNLA. Alors conclusion, l’objectif de la France était tout simplement d’affaiblir le gouvernement malien et je peux vous assurer que ce n’était pas pour donner raison au MNLA.
    – A vous entendre, les enjeux de cette guerre sont cachés. Quels sont-ils, selon vous ?
    – Tout le monde convoite notre territoire. Il y a une guerre pour les ressources minières. La France a pris les devants pour obliger le Mali à signer un accord de défense et ensuite s’octroyer des concessions minières et protéger celles qui existent déjà. C’est ça l’essence de cette guerre. Les autres puissances ne sont pas dupes. Et ça pourrait ouvrir la porte à une intervention étrangère avec une implication des américains, des russes et même des chinois. Je vois mal ces pays laisser la France faire une OPA sur les ressources de l’Azawad et de la région.
    – Quelles sont ressources auxquelles vous faites référence ?
    – Il y en a énormément et rien n’a encore été exploité ni même exploré. Vous avez de l’or, vous avez du phosphate, du gaz, du pétrole et surtout vous avez de l’eau. C’est une ressource qui deviendra plus importante que le pétrole ou l’uranium. Le bassin de Taoudeni est une mer intérieure d’eau douce.
    Imaginez les enjeux dans cette région où l’eau va se raréfier de plus en plus. La zone est éminemment stratégique. Les grandes puissances cherchent à se positionner dans le nord du Mali depuis très longtemps. Prenez la base de Tessalit, elle a toujours été convoitée par les américains, les européens mais aussi les russes. Tout le monde veut avoir cette base.
    A partir de là, comme à Tamanrasset (n.d.l.r : sud de l’Algérie), vous avez un point de vue sur toute la région. Donc c’est une zone hautement stratégique et tout le monde a un œil dessus. Mais on ne peut pas exploiter des ressources dans une région en état d’insécurité permanente. Il faut trouver la stabilité avant de pouvoir exploiter. C’est l’un des enjeux de cette guerre.
    – Vous avez une position très critique vis-à-vis de la France. Comment étiez-vous perçu par Paris lorsque vous étiez en charge des Affaires extérieures au MNLA ?
    – La France ne voulait plus de contacts avec nous. Elle a tout bloqué. Elle a mis tout son arsenal diplomatique pour bloquer le MNLA dans le monde. Mais tout le monde savait que nous avions raison sur le fond. C’est un problème qui existe depuis très longtemps, une conséquence du découpage de la colonisation. Un découpage qui n’a pas respecté les réalités africaines et qui a voulu faire des Etats imaginaires impossible à faire exister sur le long terme.
    Les Etats prennent des siècles voir des millénaires à se constituer. On ne fabrique pas des Etats en quelques années. Ce sont des pays créés artificiellement. Des pays dotés d’institutions calquées sur le modèle français. Ce n’est pas utile en Afrique. On ne peut pas travailler les sociétés africaines avec des institutions françaises.
    – En mai 2012, le MNLA et Ansar Dine annonçaient officiellement leur alliance. Qu’en pensiez-vous à l’époque ?
    – Il y a toujours eu des discussions. Mais l’annonce officielle de l’alliance est le résultat de manipulations venant de l’étranger et visant à ternir l’image du MNLA. A l’origine, le MNLA n’a jamais été pro-islamiste. Mais le MNLA a été infiltré au plus haut niveau par les pays qui financent le terrorisme. Je veux parler de l’Algérie mais aussi du Qatar. On a tous vu comment s’organisaient les distributions d’argent et de ravitaillement dans le nord du Mali et qui en était à l’origine. Et je n’exclus pas que les français et les américains soient aussi impliqués.
    – Plusieurs ONG internationales ont accusé le MNLA d’avoir commis de graves exactions lorsque le mouvement était présent dans les villes du nord du Mali. Vous réfutez ces accusations ?
    – Absolument, ce n’était pas le fait du MNLA. Il faut se rappeler que le MNLA est venu dans l’Azawad avec les combattants d’Ansar Dine et d’AQMI. Ces hommes se sont infiltrés dans le MNLA et ce sont eux qui ont provoqué tous les crimes commis durant cette époque. Le MNLA a, au contraire, sauvé des européens qui étaient là-bas en les escortant jusque vers la Mauritanie, l’Algérie, le Burkina et le Niger.
    C’est la preuve que le MNLA n’a jamais voulu commettre des exactions contre les populations. Il ne faut pas confondre la propagande avec la vérité. La vérité c’est que Bamako a toujours été un allié des terroristes et des trafiquants de drogue et que cette alliance a perduré pendant que les terroristes occupaient l’Azawad.
    – Les revendications du MNLA sont passées de l’indépendance à l’autonomie. Bamako parle d’une décentralisation poussée. Le MNLA a progressivement abandonné ses revendications historiques, vous le confirmez ?
    – Oui bien sur parce que le MNLA a été infiltré. Depuis longtemps, le MNLA cadre sa politique avec les désidératas des pays étrangers. Ce n’est plus le MNLA originel. Et ce n’est pas ce que veulent les populations de l’Azawad. Sinon le MNLA n’aurait jamais signé les accords de Ouagadougou. Toutes les revendications du MNLA ont été vidées de leur substance avec cet accord.
    – La direction du MNLA ne représente plus la base, selon vous ?
    – Non et de loin. Sinon le MNLA n’aurait jamais signé ces accords. La preuve, c’est que cet accord a été adopté sans en référer à la base. Regardez aujourd’hui, les dirigeants du mouvement ne peuvent plus aller à Kidal. Comment peut on se battre pendant des années pour l’autonomie, l’indépendance et dire aujourd’hui on n’en veut plus? On accepte la constitution du Mali, une copie du système français, à l’encontre des usages en cours dans l’Empire du Ghana, du Mali et de Gao.
    – Selon votre analyse, le MNLA arrive à la fin?
    – Absolument, le MNLA a atteint ses limites. Il va passer à la trappe comme il l’a déjà fait en 1991. Mais si on veut un Mali stable, un Mali qui se développe, il ne faut pas fermer les yeux sur la réalité. La vérité c’est que le MNLA défend l’Azawad. L’Azawad, c’est la boucle du Niger constituée d’Etats indépendants avant l’arrivée des français. C’est une zone qui a fait partie pendant des millénaires de l’ensemble des royaumes et empires africains.
    Il faut rappeler que les touaregs n’ont jamais fait la guerre aux noirs. Ils ne se sont jamais révoltés contre l’empire du Ghana, du Mali ou de Gao. Pourquoi? Parce qu’ils ont de tout temps joué un rôle politique et social qui a bénéficié aux populations noires. Ils ont assuré le commerce transsaharien. Ils ont enrichi les empires noirs. Ils ont organisé la sécurité du Sahara. Les touaregs étaient reconnus et respectés dans les empires noirs. Ce que ni le Mali ni la France n’ont réussi à faire.
    Il faut revenir à ça si on veut la stabilité de la région. Il faut accepter le principe d’une entité à part. On le voit aujourd’hui, les islamistes gagnent du terrain, ils constituent une menace au Mali, dans l’Azawad mais au Niger, au Cameroun et au Nigéria. Ils sont présents en Algérie et en Libye. Tant que cette question ne sera pas réglée politiquement, le désordre ne pourra que se généraliser dans la sous-région.
    – Les djihadistes, très affectés par l’offensive Serval, semblent se reconstituer. Ils sont à nouveau une grave menace selon vous?
    – Absolument. A-t-on dénombré les pertes dans les rangs djihadistes? Personne ne l’a fait. 200 morts selon les français. Qui a vu les corps? Où sont-ils? L’opération Serval n’a servi que de test pour les islamistes. Ils sont en train de se préparer pour reprendre une guerre sous une autre forme. Regardez, 2 hommes sont arrivés à Tombouctou pour semer la pagaille. Ils sont rentrés jusque dans le camp de bataillon. Ils ont exterminé des gens. A Kidal, à Tessalit, à Gao ils font la même chose. 2 ou 3 hommes suffisent à mettre en échec un bataillon durant plusieurs heures.
    – Les casques bleus et les soldats français, ça ne suffit pas ?
    – Ca suffit en apparence mais c’est inefficace en réalité. Le nombre d’hommes est supérieur aux vrais besoins. Mais c’est inefficace. Les Français sont dans leurs avions et dans leurs blindés. Ce n’est pas là que la guerre se joue. Les soldats de la MINUSMA sont venus pour les salaires et les avantages. Ils ne vont pas s’entretuer avec les islamistes pour la sauvegarde des intérêts du Mali. Quant aux militaires maliens, ils ne font rien.
    Comment voulez-vous qu’il y ait une guerre contre le terrorisme dans ces conditions là? La guerre contre le terrorisme, c’est d’abord une guerre politique. Il faut la gagner sur ce terrain là et à travers les populations. Sans la collaboration pleine et entière des populations, cela restera totalement inefficace. Tout ça est mal fait, mal conçu et n’apportera absolument aucun résultat.
    – Que préconisez-vous pour régler la question sur le plan politique? Une meilleure représentation de la société civile dans les négociations?
    – Ce que je préconise, c’est un règlement politique qui prenne forme sur des bases préexistantes. Inutile de faire du raccommodage. Inutile de revenir à ce qui s’est fait dans le début des années 90. Ces accords n’ont jamais rien résolu. Ils n’ont fait qu’aggraver la déchirure et n’ont apporté aucune solution. La communauté internationale n’a aucun intérêt à ce que les islamistes prennent prétexte des problèmes sociaux, politiques et économiques pour pouvoir infester la région. Il faut régler le fond du problème. C’est un problème politique. C’est en réglant ce problème qu’on règlera le problème du terrorisme.
    Dans cette région, personne ne veut aller avec les terroristes. Les populations sont hermétiques au terrorisme. Si le terrorisme a pris corps, c’est parce que les gens avaient besoin de travailler. Parce qu’ils voulaient les salaires et les autres avantages que les terroristes pouvaient leur donner. Rien d’autre.
    – Pensez-vous que le MNLA devrait désarmer?
    – Mais bien sur car l’arme ne joue plus. C’est la diplomatie maintenant. Il faut défendre les thèses du MNLA par la diplomatie, par la presse, par la communication. A quoi peuvent nous servir les armes aujourd’hui? Le désarmement a été signé. Quand on s’engage à désarmer, il faut le faire. Les accords de Ouagadougou exigent du MLNA qu’il soit désarmé et cantonné.
    – Avez-vous l’impression que le président IBK est sincère dans sa volonté de négocier?
    – Ah oui, le président IBK est un homme de parole, je le connais personnellement. Il a la volonté de régler les problèmes. Mais avec qui peut-il compter aujourd’hui au Mali ? Il n’y a personne. Ce sont les mêmes hommes qui ont détruit le pays par la corruption, les liens avec AQMI, avec les trafiquants de drogue. Ils ont détruit les institutions au Mali. Il n’y a pas de classe politique de rechange, il n’y a pas d’administration de rechange. IBK est prisonnier de cette situation. Quel que soit sa bonne volonté il lui faut des institutions, des hommes nouveaux et il n’y en a pas au Mali. Il est entouré des mêmes gangs qui ont miné le Mali depuis 20 ans.
    © 2014 Lecourrierdusahara.com

    Gefällt mir

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s