TABASKI 2012, DAS OPFERFEST, WIE ES IN MALI GEFEIERT WIRD – La fête du mouton au Mali (rapport)

persönlicher bericht by blogautorin aramata – reportage personnel

DSCN0708ASDie Nachbarskinder kommen zum Grüßen, wie bei uns am Tag der 3 Könige – Les enfants du voisinage viennent saluer

– Version française sous les dernières photos –

=> all TABASKI in MALI-INFORMATIONEN, (6)

Kati, 26. Oktober 2012

Heute ist Tabaski, seliba, das große Fest.
Der Tag begann um 6 Uhr, als Sega, meine afrikanische große Schwester, mich weckte: „Wir gehen zum Friedhof“ – die beste Zeit um das Grab eines Angehörigen zu besuchen ist der Freitagmorgen, besonders an einem Feiertag. Wir gingen zum Grab unserer gemeinsamen großen Schwester(*).
Unterwegs – man braucht etwa 30 Minuten zu Fuß – sah man überall die jungen Mädchen oder die Hausmädchen den Hof und die staubige Lateritstraße vor den Häusern fegen.

Das Wasser in den Kochtöpfen auf den Holzfeuern begann zu kochen, das Frühstück war in der Mache. Auf dem Friedhof konnte man eine Menge Menschen zwischen den Gräbern bemerken (im Vergleich zu anderen Tagen), und viele Motorräder waren auf dem Hauptweg geparkt.

Auf dem Heimweg nimmt man immer einen anderen Weg als den Hinweg. Warum? Es soll halt besser so sein, damit es kein Unglück bringt.

Zum Frühstück gibt es heute nicht den üblichen Hirsebrei, la bouillie, sondern Rinderfüße oder Ochsenzunge, mit Soße und Brot. Das ist ein besonders gutes nahrhaftes Festfrühstück. Morgen wird es der Kopf vom Hammel sein.

DSCN0699S Der Hammel wartet nochDer Hammel wartet noch – Le mouton en attente
DSCN0709S

Die Zeit des Gebets. Alle haben ihre Festtagsgewänder an, die in den letzten Tagen sorgfältig geschneidert wurden, die Schneider hatten Hochkonjunktur und mussten auch schon mal eine Nacht durcharbeiten. das Gebet beginnt um 8 Uhr in und vor der Moschee, und da alle auf den Beinen sind, knieen sich die Männer sogar an den Straßenrand, weil der Hof der Moschee überfüllt ist – da wo der Lautsprecher noch hindringt. Ich bleibe so lange in der Großfamilie (meines Schwagers) nebenan, begrüße die Dortgebliebenen und warte auf die anderen.
Danach geht oder fährt man nach Hause, und das Schlachten der Schafe beginnt, nachdem der Imam eines im Innenhof der Moschee geopfert hat. Bei uns macht das nicht der Familienchef, sondern ein Neffe kommt dafür vorbei. Am Vorabend hatten die Kinder die Schafe geschrubbt, „weil Gott saubere Dinge liebt.“
Die Teile des Schafes werden dann den Frauen übergeben, nicht ohne einige Teile den Nachbarn, einfachen Passanten, oder besonders den Verwandten zu bringen.
Kleine Stücke werden gegrillt, und wir essen sie schon ab 11 Uhr, mit Zwiebelschnitzeln, Paprika und Tomaten.
Einen leckeren Saft gibt es, gestern vorbereitet aus geriebenem Ingwer, Zitronensaft und Zucker.

Weil Feiertag ist, werden Getränke gekauft, hier auch Zuckerwerk genannt: Cola-, Fanta-, Tonicflaschen – normalerweise wird nur Wasser getrunken nach dem Essen, am liebsten gekühlt mit Eisstücken, die man gut in Gefrierschränken herstellen kann, wenn man einen hat..
Zum Mittagessen gibt es Fonio (eine sehr feine Hirsesorte) oder Couscous, und eine tolle Sauce mit viel Fleisch, natürlich vom Schaf. Es gibt auch Nachtisch, heute Wassermelone.

Man ruht sich aus, man geht zu den Nachbarn oder wird besucht, um ein frohes Fest zu wünschen:
Dass Gott uns das nächste Jahr zeigen möge, dass er uns Wohlstand, Gesundheit und langes Leben zugestehen möge.
Dass Gott uns verzeiht und uns schützt.
Dass er unserem Land den Frieden bringt.
Dass er alle unsere Bitten erhört….
Auf alle diese Segenswünsche antwortet man mit „Amina“, so soll es sein. Je mehr Respekt man seinem gegenüber erweisen will, desto länger sind die Wünsche.

Nach einiger Zeit beginnen die Frauen mit den Vorbereitungen für das Abendessen. Die verschiedenen Besucher bringen häufig eine Kostprobe ihres Mittagessens mit, vor allem die Kinder, die schon aus dem Haus sind. Meist mit einer Soße aus Hammelfleisch, klar.
Das Fest nennt sich auch „Hammelfest“, kaum verwunderlich.

Morgen und übermorgen geht es weiter, wie schön dass noch ein Wochenende dranhängt. In einigen Regionen oder Dörfern feiert man auch schon mal eine Woche lang.

Hier hat man den Eindruck, dass die Menschen sich wegen der Krise erst recht ins Feiern und in die zugehörigen Ausgaben stürzen, um die Probleme, die das Land schütteln, zu vergessen. Aber das ist ein falscher Eindruck, sagt man mir, es wurde immer so gefeiert.

(*) Die verschiedenen Frauen einer polygamen Familie bezeichnen sich in Mali gegenseitig als Schwestern (nicht co-épouses, Nebenfrauen)

DSCN0696SWieder kommen Kinder zum Grüßen – Les enfants saluent

DSCN0710S Le partage du repasLe partage du repas – Das Essen wird aufgeteilt: Die Mädchen, die Jungen, die Alten und die ganz Alten essen jeweils zusammen aus einer Schüssel, und für jeden muss immer ein Stück Fleisch drin sein – juhuu, heute sind es mehrere!

Kati, le 26 octobre 2012

C’est la Tabaski, seliba, la grande fête.
La journée a commencé à 6 heures par l’appel de ma grande sœur africaine Sega qui disait „on va au cimetière“ – la meilleure heure d’y aller pour visiter la tombe d’un parent est le vendredi au petit matin, et surtout un jour qui tombe sur la fête. On est parties voir la tombe de notre grande sœur commune.
En route – il faut compter 30 minutes à pied – on voyait partout les filles ou les servantes balayer la cour et la rue en terre devant la maison, avec beaucoup de poussière. L’eau dans les marmites sur le feu de bois commençait à bouillir, le petit déjeuner était en préparation. Arrivées au cimetière, on s’apercevait d’une petite foule (à comparer à d’autres jours), qui s’attroupait entre les tombes, et beaucoup de motos étaient garées à l’intérieur.

Pour rentrer à la maison, il faut toujours prendre un autre chemin que pour l’aller. Pourquoi? Je n’ai pas entendu d’explication, sauf „les gens disent que c’est mieux.“

Pour le petit déjeuner, au lieu de la bouillie (de mil) habituelle, il y a des pieds de vache, ou la langue de bœuf, avec la sauce et le pain. C’est un repas de fête qui rend tout le monde content. Demain matin ça sera la tête du mouton.

L’heure de la prière. Tout le monde a mis ses habits de fête, les grands boubous et les habits soigneusement confectionnés par les tailleurs qui ont travaillé jour et nuit ces derniers jours-ci. Ça commence à 8 heures à la mosquée, pour une fois à l’heure, et comme tout le monde est sur les jambes, les hommes prient et se prosternent même le long du bord de la rue, la cour de la mosquée étant déjà surpeuplée. Moi je reste à la grande famille (celle du grand frère de mon mari) pour saluer et attendre les autres. Les jours de fête, les non-musulmans ne sont pas admis à la mosquée.

Après une demie heure, on rentre et le procédé de l’égorgement du mouton commence après celui de l’imam sacrifié à l’intérieur de la cour de la mosquée. Si ce n’est pas le chef de famille, il y a un neveu ou un autre assistant qui vient faire le travail. La veille, les enfants avaient lavé les moutons dans toutes les familles, parce que „Dieu aime les choses propres.“
Les morceaux de viande sont ensuite cédés aux femmes qui les préparent, sans oublier de donner certains morceaux aux voisins, à des simples passants, ou surtout à des parents.
De petits morceaux sont grillés et on les mange vers 11 heures déjà, accompagnés de tranches d’oignons, poivrons, tomates.
On boit un délicieux jus, préparé dès la veille avec du gingembre râpé, du jus de citrons et du sucre.

Parce que c’est la fête, on a payé des boissons, aussi dénommées sucreries: de bouteilles de coca ou fanta ou tonic, là où on ne boit normalement que de l’eau.
Le repas de midi comprend du fonio (une sorte très fine de mil) ou du couscous, et une bonne sauce avec beaucoup de viande de ce mouton. Il y a aussi un dessert, des pastèques aujourd’hui.

On se repose, et on passe chez les voisins et chez la famille pour saluer et souhaiter la bonne fête:
Que Dieu nous montre l’année prochaine, qu’il nous donne la prospérité, la santé, la longévité.
Que Dieu nous pardonne et nous protège.
Qu’il apaise notre Mali.
Qu’il exhausse toutes nos prières…
On répond chaque fois à ces bénédictions par „Amina“, qu’il en soit ainsi. Plus de respect on montre à l’égard de son interlocuteur, plus les bénédictions sont longues.

Au bout de quelque temps les femmes reprennent les préparatifs pour le soir. Avec les visiteurs, souvent des repas qu’ils ont cuisinés chez eux arrivent, surtout des familles des enfants déjà mariés..
Et la plupart avec une sauce à base de viande, de mouton évidemment.
On dit aussi „la fête du mouton“ ce qui n’étonne pas.

Demain et après-demain on continue, le week-end se prête à la fête prolongée dans les quartiers de la ville. Dans certaines régions ou villages, la fête se poursuit durant toute une semaine.

Ici on a l’impression, qu’avec la crise, les gens se jettent encore plus farouchement dans la fête et les dépenses pour oublier les problèmes qui secouent le pays. Mais c’est une fausse impression, on me dit et on ajoute qu’on a toujours fêté comme ça.

Alle Fotos: Gabriele Riedl

Das Fest in der Regierungszeitung L’Essor: Mit den besonderen Umständen muss man Tabaski feiern
– Worte des Interimspräsidenten (mit feierlicher Ansprache an die Mitbürger im Norden)
– Der Premierminister hat 12 Rinder an Vertriebene aus dem Norden in Bamako übergeben

Fête de la Tabaski : FORCEMENT AVEC LE CONTEXTE PARTICULIER
Bamako (L’Essor) 29.10.2012
Le président Dioncounda Traoré a formulé le voeœux que l’’année prochaine nous puissions célébrer la Tabaski dans des circonstances bien plus heureuses. Notre pays a célébré vendredi  comme le reste de la Oummah islamique, la fête de l’’Aïd El Kébir, communément appelée chez nous « Fête de la Tabaski ». Comme d’’habitude, tôt le matin, les fidèles musulmans vêtus de leurs plus beaux atours, ont afflué des quatre coins de la ville vers la Grande mosquée de Bamako où la grande prière a été dirigée par l’’imam Koké Kallé.
Le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra et le président de l’’Assemblée nationale par intérim, Younoussi Touré, ont entre autres personnalités participé à la prière. Un impressionnant dispositif de sécurité était déployé autour de la mosquée. Toutes les rues adjacentes au lieu de culte étaient bouclées. A la fin de l’office religieux, le président de la République par intérim a, dans un entretien accordé à la presse, parlé de la situation nationale.
Il a fait part de son optimisme quant à l’’avenir du pays. « Nous fêtons cette année dans des circonstances assez particulières. Je formule le vœoeux que l’’année prochaine nous puissions célébrer la Tabaski dans des circonstances bien plus heureuses », a déclaré en substance le président Dioncounda Traoré, appelant nos compatriotes à s’’armer de courage, et à croire en eux-mêmes. Il s’’est dit convaincu qu’’avec la force morale et la volonté de chacun, l’’année prochaine, nous fêterons, la Tabaski dans des conditions totalement différentes.
Le Pr Dioncounda Traoré a également fait allusion au sort de nos concitoyens qui vivent à l’’extérieur et aux conditions de ceux qui subissent toujours le joug des groupes armés occupant toujours le Nord. Le président de la République par intérim a une nouvelle fois indiqué que le pays n’abandonnera jamais nos compatriotes du Nord à leur sort. « Tout ce que nous sommes en train de faire aujourd’hui, le Premier ministre, le gouvernement et moi-même avec l’ensemble des Maliens et des Maliennes, c’est de réunir les conditions pour que la tragédie qu’’ils vivent arrive à son terme. Nous sommes un peuple uni et solidaire. Qu’’ils (Ndlr : nos compatriotes vivant dans les régions du Nord) sachent que nous sommes avec eux pour toujours », a déclaré Dioncounda Traoré sur un ton très solennel.
Par ailleurs, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a remis mercredi,12 boeœufs au ministère de l’’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées, au profit de  personnes déplacées du Nord résidant dans le District de Bamako. C’’est le Haut fonctionnaire de défense du département, le colonel Adama Kamissoko, qui a remis symboliquement, au nom du ministre de l’’Action humanitaire, de la Solidarité et des Personnes âgées, les 12 bœoeufs au conseiller aux affaires économiques et juridiques du gouvernorat du District représentant le gouverneur.
Abdourhamane TOURÉ
© 2012 L’Essor

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s